Intrigue #2

Une vague de peur

19 décembre. Paris.
Une vague de peur a fait trembler la capitale. Une vague de rumeur, qui s'est transformée en panique après l'arrivée de désolantes nouvelles. Michaël VanDertchen, tueur présumé d'une pauvre famille de Normaux, avait récidivé pour attaquer deux autres nouvelles familles. D'après les journaux, aucune des deux familles n'a survécu, elle n'avait aucune chance face à l'agresseur. Sur l'image du Paris Times, le visage de Sarah, 5 ans, sourit tristement au lecteur, un sourire immortalisé qu'on ne reverra jamais.
Lire plus

à adopter de toute urgence !

Partenaires Top

Rumeur Box

Liam — Un certain Courage aurait essayé de faire capoter mes plans... Faîtes attention à lui !
Inconnu — Eh vous savez quoi ? Apparemment un pervers d'Ombre draguerait la jolie Mia de Miroir ! Et ça serait réciproque... si quelqu'un pouvait les en empêcher...
Inconnu — A dit ça.

Top sites

Musique

©linus pour Epicode
En bref


Le recensement est terminé! La MàJ d'intrigue arrive bientôt et la MàJ graphique juste après!

Âme damnée contre gentil garçon ?

 :: Zone détente :: Archives :: Le passé Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 31 Juil - 17:11





Âme damnée contre gentil garçon ?
▼ with Lunaria Koryuto ▼



Au secours ! A l'aide ! Aidez-moi ! Je...

Drela éteignis la télévision et soupira. Ce n'était pas vraiment le genre de film qu'elle s'était attendu à voir. Pas de sang, de meurtres ou tortures, rien que de l'attente insoutenable qui ennuyait la jeune fille. Elle décroisa les bras de derrière sa tête et s'assit sur son lit en rallumant la lumière de sa chambre. Jéremy, son coloc, était parti draguer quelques filles, en réponse au vent intersidéral qu'il s'était pris de la jeune fille. Cela l'avait beaucoup amusée, de le voir partir avec une mine déconfite. Les Miroirs s'entendaient bien entre eux évidemment, mais ils avaient tendance à oublier que leur charisme ne marchait pas sur les élèves de la même classe. Elle aussi avait bien entendu essayé de se le taper, mais manque de chance il avait plissé les yeux et avait explosé de rire. Ce qui avait entraîné un kick magnifique de Drela dans les bijoux de famille du bleu. Drela McDolen - 1, Jéremy Morgan - 0. Il s'était écroulé par terre en se tenant l'entre-jambe et avait rampé dans le couloir le plus rapidement possible. Drela avait explosé de rire.
Elle jeta un regard vague au calendrier. Oui cela faisait maintenant un an. Un an qu'elle avait fui sa maison en laissant ses frères et soeurs devant les cadavres de leurs parents. Elle se demanda ce qu'ils faisaient maintenant. Avaient-ils grandi ? Une vie normale, pas comme la sienne ? Elle se souvint de l'homme qui avait arrêté son geste. Il avait voulu protéger sa famille. Pas elle. Pourquoi ? Pourquoi l'avoir envoyé ici ? Elle croisa les bras. Il fallait qu'elle aille sur le site qui l'avait rendu comme elle était. Elle se leva, s'habilla d'une tenue de lycéenne rosée. La voyant sur le point de sortir, un surveillant lui demanda où elle allait.

- Ruines Noires, daigna seulement répondre la jeune fille.

Il voulu l'en empêcher mais un discret regard noir ultra violent l'en dissuada. Elle passa donc les portes de l'Académie sans aucun problème et imagina avec plaisir la punition que le surveillant aurait pour l'avoir laissée sortir là bas. Car les Ruines Noires n'étaient pas pour les mauviettes. Drela avait survécu avec beaucoup de mal là-bas. Le froid, l'odeur de brûlé, le paysage apocalyptique, les animaux mutants et le vent constant ne rendaient pas l'endroit séduisant. Mais Drela voulait marquer le coup en allant à cet endroit. Pour signifier qu'elle avait réussi à survivre. Elle traversa tout Paris et posa le pied sur une des rares régions où la végétation n'avait pas repris ses droits. Il y avait eu des dizaines de combats à armes nucléaires ici. Et pas seulement la bombe atomique. Les humaines, dans leur bêtise, avaient fabriqués des flingues nucléaires, des avions à obus nucléaires, avec des radiations qui n'allaient pas loin mais à très forts effets et avaient détruit le sol.
Drela buta contre un crâne et l'envoya valser en lui administrant un coup de pied.

- Orh va chier toi !

Elle s'assit contre une colonne et regarda le paysage d'un air absent. Elle ne risquait rien. Quelle vie aurait-elle vécue si elle avait été normale ? Copain ? Ah non quelle horreur ! Animaux ? Encore moins ! Famille ? ... AH NON ! Elle sourit d'un air sadique, elle était bien mieux comme elle était maintenant. Elle entama un pas de danse, puis un autre, puis un enchaînement complexe. Une danse complète qui lui rappela qu'elle avait autrefois pratiqué la danse classique étant petite. Elle s'arrêta, en sueur, et explosa d'un rire dément qui lui prouva qu'elle était vivante. Puis elle s'effondra prise par des vertiges de plaisir.




©Etyncelle2014
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 31 Juil - 19:06

Une rencontre hors du commun with Drela McDoel
-Bruit de fracas-

Encore Spiro qui s'amuse a tester ses flammes avec Ariana, impossible de dormir avec autant de bruit. Ça fait un moment que je suis dans la même chambre que ces deux la mais impossible de m'y faire , faut que je sortes mais où aller ? J'enfile alors mon sweet , met mes écouteurs avec la musique a fond et me dirige vers la porte du dortoir sans lancer le moindre regard vers mes colocs.On va éviter de sortir par la porte principale les surveillants on cette manie de toujours nous empêcher de sortir, je me dirige alors vers le toit du bâtiment principale et bondit hors de l'académie, j'entendais alors la porte centrale s'ouvrir,même avec la musique a fond je peux entendre ce bruit de porte en métal , m'aurais t-on vu sauter ? non impossible je m'étais caché derrière un immeuble et vis une élève quitter l'académie , ouf au moins personne ne m'as vu.Je ne savais toujours pas ou aller.J'avançais dans les ruelles de Paris et me rappelé cette époque ou je n'étais qu'un débris dans les quartiers sombres proches de ces ruines noir, on dis que les radiations ont été tellement fortes que le sol est devenu impossible a fertiliser une vaste étendu ou la vie a perdu ses droits. J'avais passer des mois après les premières attaques dans cette partie de Paris, travaillant comme mercenaire pour l'armée , massacrant des soldats qui savaient a peine se servir de leurs fusils , des gamins...Pourquoi ne pas y retourner? la faciliter de la vie a l'académie m'avait fait oublier a quel point la vie est un enfer, y retourner serait bon pour me raviver la mémoire.Je traversais alors la ville , et je me retrouvais face a cette zone dite "dangereuse" a cause des radiations, pff je suis le fruit de ses radiations me faites pas rire...Des squelettes calcinés, des bâtiments effondrés et un brouillard presque glauque s'imposait ici, j'aperçu un bâtiment encore debout mais dont les murs étaient jonchés de trous, j'avais pris de sales coups la bas mais il pouvait servir de bon point d'observation. J'escaladais alors sa façade , me plaçais debout a son sommet et lançais mon regard tout autour de la zone quand j'aperçu cette fille.C'est la même que j'avais vu quitter l'académie plus tôt , elle avait un comportement plutôt...bizarre , elle dansait , bien certes mais elle dégageais un sentiment assez déconcertant , elle s'effondrait alors au sol mais sur son visage se lisait une expression de plaisir.Elle m'intriguait, par son comportement quelque peu incompréhensible.J'invoquais alors mon épée , la lançais en direction de la jeune demoiselle pour qu'elle se plante au plus prés d'elle sans me douter que celle si atterrirait entre les jambes de la fille , j'utilisais alors mon -lien immortel- avec mon épée pour me déplacer rapidement vers elle mais mes habitudes de bourrin mon fait arriver trop vite pour contrôler l’atterrissage ce qui me fit me retrouver plaquer contre elle au sol:

"Hrm Hrm -tousse- désolé c'était pas ...prévu"

Mon regard était plongé dans le sien, difficile de m'en détacher mais je me dépêchais de m'écartais et m'asseoir sur le coté . J'enlevais alors la poussière de mes vêtements,me relevais et tendais ma main vers elle pour l'aider a se relever.

© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 1 Aoû - 13:14





Âme damnée contre gentil garçon ?
▼ with Lunaria Koryuto ▼



Drela se retrouva plaquée au sol par un jeune homme qu'il lui semblait avoir déjà vu. Elle ne l'avait même pas vue, bien trop occupée à étudier l'arme qui venait de se planter entre ses jambes. Une grande lame, un peu comme elle en voyait dans les mangas, tranchante et lumineuse. Énorme, contrairement à elle qui n'était pas très épaisse.

- Quel est l'abruti pervers qui s'amuse à vouloir trancher les jeunes et jolies filles en deux en plantant sa lame entre leur jambes ?

Elle n'eut même pas le temps d'attendre sa réponse que le jeune homme lui était tombé dessus, se retrouvant à quatre pattes au-dessus d'elle. Elle plongea un regard interrogateur dans le sien et admira ses cheveux blancs et noirs. Pas trop mal comme jeune homme, pensa-t-elle en passant une langue virtuelle sur ses lèvres. Elle n'était pas du tout gênée d'être dans cette position alors que le jeune homme était rouge de confusion. Elle aurait bien voulu le mordre même tiens. Il s'enleva de sur elle et enleva la poussière de ses affaires pendant qu'elle rigolait intérieurement.

"Hrm Hrm -tousse- désolé c'était pas ...prévu"

Il voulut aider la jeune danseuse à se relever mais elle tapa sa main et se releva souplement toute seule. Elle n'était pas une de ses filles sensibles et fragiles qui ne sont pas capables de se relever et qui ont sans arrêt besoin d'un prince charmant à leurs côtés. Elle était forte, elle au moins. Et puis, elle aimait bien les imprévus aussi. Se retrouver seule avec un beau garçon, dans un endroit comme celui là, il ne faudrait pas qu'il lui tourne malencontreusement le dos... Elle lui lança un sourire carnassier et lui tourna lentement autour avec un petit rire.

- Lunaria Koruyto, classe Courage, 18 ans, célibataire et hétéro je me trompe ? Tu matérialise une armure, c'est ton altération non ? Qu'est-ce que tu fous ici ? C'est pas un endroit pour les garçons mignons comme toi, minauda-t-elle en lui caressant la joue.

Si elle avait été un lion, on aurait vu les crocs qui saliveraient de se planter dans une gazelle bien tendre. Elle exécuta un bond en arrière et fit discrètement sortir de ses mains un parfum désagréable qui tourna la tête à Lunaria. Elle prit un faux air compatissant.

- Tu vois, gloussa-t-elle avec une moue désabusée, tu as déjà la tête qui tourne de te trouver ici, avec toutes ces radiations...





©Etyncelle2014
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 1 Aoû - 21:21

Une rencontre hors du commun with Drela McDoel
Moi qui voulais aider, la jeune fille semblait en pleine forme, elle frappa dans ma main et se releva avec souplesse. Elle avait une certaine assurance dans son comportement, être trop sur de soi c'est pas la meilleur des stratégies a mon avis. Elle eu un sourire carnassier , et se mis a tourner autour de moi comme un fauve tourne autour de
sa proie...mais je ne serais pas son repas aujourd'hui.

- Lunaria Koruyto, classe Courage, 18 ans, célibataire et hétéro je me trompe ? Tu matérialise une armure, c'est ton altération non ? Qu'est-ce que tu fous ici ? C'est pas un endroit pour les garçons mignons comme toi, minauda-t-elle en me caressant la joue.

elle bondit aussitôt en arrière et fit un léger mouvement de la main. Je sentais alors un parfum désagréable remplir l'air ambiant et ma vision se troubler légèrement.

- Tu vois, gloussa-t-elle avec une moue désabusée, tu as déjà la tête qui tourne de te trouver ici, avec toutes ces radiation...

Je m'en souviens maintenant, Drela McDoel, élève miroir qui utilise des parfums pour créer des illusions chez ses ennemis...De plus elle en sait déjà beaucoup sur moi et a moins de vouloir me draguer de manière assez bizarre , elle me prépare surement un mauvais coup, je ne peut en aucun cas lui faire confiance...Elle m'as déjà surement envoyer l'un de ses parfums pour troubler mon esprit , je dois agir tant que je peux le faire , je stoppais alors ma respiration pour éviter de respirer encore l'un de ses parfums , bondis vers elle , saisit violemment son cou pour la soulever, fit revenir mon épée dans ma main et posa celle-ci sous sa gorge:

-Moi un garçon...mignon ???

je levais alors mon regard vers elle,

-On va pas s'entendre si tu commences a me faire sentir tes saloperies , Drela McDoel, j'ai combattu assez longtemps dans ses radiations pour savoir que ce ne sont pas elles qui me font cet effet la alors si tu veux pas finir avec ta tête détachée de ton corps tu arrêtes !

J'avais beau être gêné a cause de la situation qui c'était produite lorsque je m'étais retrouver sur elle mais j'avais retrouver mon sérieux et je regardais avec un regard insistant et remplis de cette même soif de sang que j'avais pendant la guerre...si elle croit avoir affaire a un gamin elle s'est trompé de chapitre dans l'histoire, je n'hésiterais pas un instant a la tuer si je sens qu'elle deviens un danger trop important pour moi, et ce ne sont pas ses faux semblant de compassion qui vont m'avoir.

© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 3 Aoû - 12:09





Âme damnée contre gentil garçon ?
▼ with Lunaria Koryuto ▼



Drela se sentit soulevée et elle eut du mal à respirer. Il l'avait attrapé par le cou. Quel taré ce mec, pensa sans réfléchir la jeune folle. Elle l'était aussi. Et sans doute bien plus. Elle agrandit son regard quand elle vit Lunaria ramener son épée immense vers son cou blanc. Le garçon avait l'air en rogne.

- Moi un garçon...mignon ???

Elle esquissa un sourire mauvais du mieux qu'elle put, lui cracha au visage puis le mordit au bras pour qu'il la lâche. Ce qu'il fit. Elle fit alors quelques bonds en arrière et croisa ses bras dans son dos en regardant le garçon de Courage s'essuyer le visage.

- On va pas s'entendre si tu commences a me faire sentir tes saloperies , Drela McDoel, j'ai combattu assez longtemps dans ses radiations pour savoir que ce ne sont pas elles qui me font cet effet la alors si tu veux pas finir avec ta tête détachée de ton corps tu arrêtes !

- Oh tu as réussi à comprendre mon Altération ? ricana-t-elle. C'est bizarre j'aurais cru qu'un Courage mettrait un peu plus de temps pour comprendre ça. (Elle rejeta en arrière ses longs cheveux roses et son visage devint violent : ) Bref. La prochaine fois que tu me touches que je t'assurer que ta descendance n'ira pas très loin et que tu pourras dire adieu à toute relation physique avec les gens, Koryuto Lunaria. Et puis arrête de me raconter ta vie, je n'en ai strictement rien à foutre, que tu ais combattu dans les radiations. Puisqu'on est dans le blabla, moi j'y ai vécu alors ferme-la pauvre chou.

C'était étrange comme le discours de Drela pouvait être rempli de contradictions. "Pauvre chou" et "ferme-la" vont rarement ensemble, il n'y a que Drela pour les mettre dans la même phrase. Elle fit quelques pas dans le sable noir et la poussière qui lui collait à ses longues jambes blanches. Elle prit un air contrarié mais on voyait bien que derrière se cachait de l'ironie et une moquerie non dissimulée.

- Tu ne m'as pas répondu. Qu'est-ce que tu fous là Koryuto ?

Mais il ne savait probablement pas que ses parfums ne servaient pas seulement à provoquer des sensations. Elle se concentra quelques secondes et matérialisa dans ses mains deux épées fines en argent noir, de deux mètres chacune. Enfin du moins c'est ce que devait voir le garçon. Car elle n'avait rien du tout dans les mains mais son expression faisait croire le contraire. Elle s'entraînait souvent devant son miroir pour améliorer son jeu d'acteur. Il fallait qu'elle y croit aussi, pour persuader l'adversaire que ce qu'elle matérialisait en illusion était véritable. Elle devait aussi avoir une bonne imagination et se renseigner sur tous les contenants de ses illusions. Elle s'était rendue chez un forgeron pour savoir ce que contenait des épées comme matériaux. Etant principalement de métal, elle avait imprimé l'odeur dans son esprit et même si personne ne la connaissait elle pouvait matérialiser l'épée de son choix. Elle devait aussi penser aux détails. Une lame en bois ou lisse ne serait pas prise au sérieux.
Lunaria avait donc été influencé par une odeur métallique presque imperceptible. Mais plus la personne avait cotoyé les armes et plus il était sensible au parfum et plus il était influençable. Alors évidemment Drela voulait se protéger et montrer qu'elle n'était pas sans défense. Elle s'approcha de lui, les épées toujours dans ses fines mains, mais solides. Mais elle n'allait pas le provoquer en duel. Tout simplement parce qu'elles n'étaient pas vraies... et qu'elle préférait le corps à corps. Elle fit semblant de rengainer ses lames et les fit disparaître prestement. Ce secret de matérialisation grâce à ses parfums résidait dans le fait qu'elle ne laissait pas le temps à ses adversaires d'analyser ses illusions.

- On se promène rarement ici pour le plaisir non ? demanda-t-elle en s'asseyant en seiza sur le sol poisseux.





©Etyncelle2014
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 4 Aoû - 21:33

Une rencontre hors du commun with Drela McDoel
- Oh tu as réussi à comprendre mon Altération ? ricana-t-elle. C'est bizarre j'aurais cru qu'un Courage mettrait un peu plus de temps pour comprendre ça. (Elle rejeta en arrière ses longs cheveux roses et son visage devint violent : ) Bref. La prochaine fois que tu me touches que je t'assurer que ta descendance n'ira pas très loin et que tu pourras dire adieu à toute relation physique avec les gens, Koryuto Lunaria. Et puis arrête de me raconter ta vie, je n'en ai strictement rien à foutre, que tu ais combattu dans les radiations. Puisqu'on est dans le blabla, moi j'y ai vécu alors ferme-la pauvre chou.


dis t-elle après m'avoir craché au visage et mordu assez fort le bras pour que je lâche prise, elle a de sacré dent celle la...je m'étais alors essuyé le visage et vis un air contrarié se dessiner sur son visage, elle cache encore quelque chose j'en suis sur.


- Tu ne m'as pas répondu. Qu'est-ce que tu fous là Koryuto ?

elle ferma les yeux pour se concentrer et fis apparaître deux longues et fines épées noires dans ses mains, ça sa risque d'être problématique, mais on ne m'avais jamais dis qu'elle pouvais invoquer des armes , serait-ce encore une illusion ? Pourtant elle paraisse si vraies et même si je me doute qu'elle sont fausse je ne peux pas la laisser me toucher avec sa! C'est alors qu'elle les rengaina et les deux épées disparurent...chercherais t-elle a calmer le jeux ou est-ce encore un piège dans lequel elle veut
me faire tomber, je ne peux en aucun cas lui faire confiance.

- On se promène rarement ici pour le plaisir non ? demanda-t-elle en s'asseyant en seiza sur le sol poisseux.

Lui répondre? j'en suis pas obliger, mais bon qu'elle sache ou non mes raisons ça ne me dérange en rien, je m'adossais alors a un vieux débris d'immeuble tout prés , fis disparaître mon épée et croisait mes bras:

- J'en avais marre de la facilité de l'académie, c'est un endroit qui...

je m’apprêtais a finir ma phrase quand une présence étrange se fit sentir, elle qui étais assise ne semblait même pas la percevoir.Ce sont surement eux...moi qui pensait en avoir fini avec...je n'avais pas le temps de réfléchir. il nous faut aller a ce point d'observation avant qu'ils nous tuent , je rematérialisait alors mon épée et la lançais sur le toit d'ou je venais et avant même qu'elle n'eu le temps de le comprendre je plaquais Drela au sol contre moi.En l'espace d'une seconde nos regards furent plongés l'un dans l'autre:

-J'ai pas le temps de t'expliquer !

je passais alors mes bras autour de sa taille , la serrais contre moi et nous propulsait tout les deux en direction de mon épée c'est alors qu'un gigantesque bloc de pierre s'abatue a l'endroit ou nous nous trouvions précédemment.je la déposais alors sur le toit :

-ils sont encore plus rapide qu'avant, des mutant de types forces , les radiations ne leurs on pas donné de pouvoir réel mais ont plutôt décuplé leur force physique a un point qu'ils pourraient anéantir un immeuble en quelques secondes sans se forcer, j’espère que tes épées sont aussi tranchantes qu'elle n'y paraisse parce que la c'est du sérieux

A trop parler je ne m'étais pas rendu compte qu'ils avaient découvert notre nouvelle position et un autre bloc fonçais droit sur nous.Comme un Réflex mes armes étaient invoqués et je bondis en direction du projectile , je le tranchais alors de part en part et pris appui sur l'un des morceaux pour sauter en arrière et retourner sur le toit.

-Ils sont nombreux, prépare toi!

mes yeux luisaient d'une fureur éclatant et un sourire se dessinais sur mon visage , cette excitation que procure le combat, ça m'avait tellement manqué!

© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 5 Aoû - 12:14





Âme damnée contre gentil garçon ?
▼ with Lunaria Koryuto ▼



- J'en avais marre de la facilité de l'académie, c'est un endroit qui...

La facilité de l'académie. c'est pas comme si tu n'avais pas des cours de combats tous les jours noooooon. Drela attendit patiemment la suite de la phrase qui ne vint pas. A la place, Lunaria eut son regard qui se perdit dans l'horizon et qui força la jeune fille à suivre sa direction, curieuse qu'elle était. Elle ne voyait rien d'autre qu'un nuage de poussière qui avait l'air d'avancer vers eux. Le garçon lança son épée sur le toit d'un immeuble et s'applatit sur Drela qui eut un air outré.

- Mais c'est une manie chez t...

-J'ai pas le temps de t'expliquer !

Ah bon. On se colle souvent aux gens pour le plaisir mais rarement pour ne rien dire. Elle examina un instant les yeux du jeune homme puis étouffa un cri quand il lui serra la taille, se colla encore plus à elle. Elle eut envie de se débattre, qu'est-ce qui lui prenait à ce fou ?! Puis elle se sentit projeté vers le toit où Lunaria avait lancé son épée et elle s'écrasa sur le sol en lâchant un cri de stupeur.

- Mais ça va pas non ?! Ça te prends souvent de faire ç...

- Ils sont encore plus rapide qu'avant, des mutant de types forces , les radiations ne leurs on pas donné de pouvoir réel mais ont plutôt décuplé leur force physique a un point qu'ils pourraient anéantir un immeuble en quelques secondes sans se forcer, j’espère que tes épées sont aussi tranchantes qu'elle n'y paraisse parce que la c'est du sérieux.

- Hein ?

Un truc explosa a leur ancien emplacement. Puis un énorme bloc de pierre leur fonça dessus et Lunaria le coupa en deux avant de faire une pirouette arrière pour revenir se placer devant Drela qui esquissa un sourire moqueur. Pouvait pas seulement couper ce gros cailloux normalement, fallait qu'il fasse l'intéressant devant une jeune fille. Les mecs tous les mêmes.

-Ils sont nombreux, prépare toi !

- Monsieur Koryuto, murmura-t-elle à son oreille, va se calmer parce qu'on ne donne pas d'ordre à une jeune fille. De plus, qu'est-ce qui te dis que je vais combattre ? Je peux te planter là et m'enfuir non ? Te laisser face à ces espèces de chiens mutants baveux enragés et te faire bouffer pendant que je serrais en train de déguster une glace sur l'esplanade de l'autre côté de la rive en filmant la scène. Mais je ne vais pas le faire, décida-t-elle après une pause. Parce que je veux combattre, et que je vais te montrer que même avec des illusions on peut arriver à tuer des machins comme ça.

Elle sauta de débris en débris pour arriver en bas de l'immeuble puis fit signe au jeune homme de descendre. Quand elle eut analysé la situation, elle comprit qu'ils étaient encerclés. Elle fixa la meute qui arrivait : des espèces de chiens déformés, baveux et l'air mi-stupide mi-intelligent. C'est marrant comme elle avait eut bon. Mais elle aurait besoin d'une bonne dose de concentration, pour en tuer autant...

- J'aurais besoin que tu me couvres Koryuto. Je te rappelle que je marche aux parfums. Mes illusions n'auront pas d'effets sur eux. Je dois en tuer le maximum avec des odeurs qui les déboussoleront. Tu les achèveras ok ?

Elle s'assit en tailleur et ferma les yeux, se foutant royalement de l'aperçu qu'avait Lunaria sur le haut de ses cuisses. Elle balança un parfum si immonde autour d'elle qu'elle-même faillit tituber. La meute eut l'air un peu floue et marqua un temps d'arrêt en couinant.

- Attaque-les maintenant !




©Etyncelle2014
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 5 Aoû - 23:15

Une rencontre hors du commun with Drela McDoel

- Monsieur Koryuto, murmura-t-elle à son oreille, va se calmer parce qu'on ne donne pas d'ordre à une jeune fille. De plus, qu'est-ce qui te dis que je vais combattre ? Je peux te planter là et m'enfuir non ? Te laisser face à ces espèces de chiens mutants baveux enragés et te faire bouffer pendant que je serrais en train de déguster une glace sur l'esplanade de l'autre côté de la rive en filmant la scène. Mais je ne vais pas le faire, décida-t-elle après une pause. Parce que je veux combattre, et que je vais te montrer que même avec des illusions on peut arriver à tuer des machins comme ça.

Me planter la et s'enfuir, si c'était possible je lui aurais immédiatement dis de le faire mais c'est déjà trop tard...On est sur leur territoire et la fuite n'est pas une option, on va devoir essayer de survivre et pour ça il faut attaquer!Drela sauta de débris en débris pour atteindre le bas de l'immeuble puis me fis signe de la rejoindre mais c'est impossible, si je ne me trompe pas sur son pouvoir , ses odeurs risque de m'atteindre aussi et je ne peux pas me permettre la moindre erreur face a eux.

- J'aurais besoin que tu me couvres Koryuto. Je te rappelle que je marche aux parfums. Mes illusions n'auront pas d'effets sur eux. Je dois en tuer le maximum avec des odeurs qui les déboussoleront. Tu les achèveras ok ?

Drela s'assis alors en tailleur sur le sol poussiéreux et c'est alors que le nuage de poussière s'écarta autour d'elle comme si un vent violent émané de son corps.Les bêtes qui se dirigeaient vers elle était comme abasourdie par le parfum qu'elle avait dégager, mais elle n'as affaiblie que la première vague...

- Attaque-les maintenant !

Hm, elle ne les a donc jamais affronté ceux la...ils ont beau être des tas de muscle cette meute utilise une stratégie bien précise ,une première vague attaque directement l'ennemi pour nous évaluer et savoir de quoi on est capable et peu après une deuxième vague de monstres deux fois plus puissant attaque après avoir observer nos faiblesses. Elle a immobiliser la première vague, je ne sais pas combien de temps elle tiendra mais au moins elle m'a ouvert un accès vers la deuxième vague. Je bondissais alors dans la direction opposée a celle qu'avait pris Drela et me fondis dans le nuage de poussière, je courrais aussi vite que je pouvais en contournant la première vague de monstres et la je pu apercevoir les premiers monstres de la seconde bien cachés a une vingtaine de mètres en retrait .Surgissant de la brume , je tranchais alors la tête du premier a l'aide de mon épée, avant même que le second ne me remarque je l’assommais avec mon bouclier et l’égorgeais silencieusement, puis je continuais ma course en exécutant un autre de ces chiens galeux .Après avoir discrètement éliminer une dizaine de monstre de la seconde ligne mon regard se lança immédiatement vers Drela, je l'avais presque oubliée elle était encore concentrée sur son illusion mais les monstres étaient déjà a deux doigts de l'écraser sous d'énormes blocs de pierre, ça n'est pas une illusion que je vois la je suis beaucoup trop loin pour qu'elle m'atteigne.Je ne la connais peut être pas, elle n'est pas forcément le type de personne que j'apprécie le plus mais...je ne peux pas me permettre qu'elle meurt .Une immense aura lumineuse entoura immédiatement Drela, je me retrouvais a genoux les mains au sol et en l'espace d'un clin d’œil J'avais invoqué sur elle mon armure complète, c'est un pouvoir que j'ai encore du mal a maîtriser et que je ne peux utiliser sans me mettre moi même dans une situation de vulnérabilité totale mais ma technique avais était efficace. Les blocs se fracassèrent contre l'armure sans que Drela n'ai la moindre égratignure et je vis la meute s'effondrer autour d'elle , je ne sais pas comment elle a fait pour les avoir mais elle a réussi c'est c'qui compte.Mais je venais de faillir a l'une de mes règles les plus importantes...ne jamais baisser sa garde , alors que je me réjouissais d'une victoire très brève je sentais un pouvoir se diriger a très grande vitesse dans ma direction,je me retournais alors et sentis mon corps se faire transpercé par trois grand pics qui sortaient de la brume , et la je compris qu'ils n'étaient pas seuls, un altéré surgis alors et ces pics n'étaient autres que les prolongements de ses doigts . Du sang remontais alors dans ma bouche lorsqu'il les retira .Je m'effondrais face a lui , a genoux :

-C'est pas bien de se promener ici les enfants, dit-il avec un rire de psychopathe, je vais t'arracher la tête le nerveux, mais avant j'vais me faire ta copine qui a l'air ...délicieuse

il regardais Drela avec un regard pervers tout en passant sa langue sur ses lèvres , je suis incapable de l'attaquer maintenant les blessures ne sont pas très graves mais il devait y avoir un poison sur ses doigts qui m’empêchais de bouger , la seul chose que je pu faire c'est balancer mon épée en direction de Drela qui se planta a ses pieds:

-tu sais c'qu'il te reste a faire...même si t'aimes pas les ordres ...celui la devrais te plaire dis-je en crachant le sang dans ma bouche

Drela pouvait certes matérialiser des épées mais je pense qu'il s'agit d'illusions, contre lui il faut du vrai et elle n'avait aucun moyen de s'approcher de lui assez rapidement pour l'avoir avec ses parfums, je l'avais compris dés lors qu'elle avait rengainer ses lames face a moi , elle est beaucoup plus efficace au corps a corps . Mon épée a un poids proche de 0 , mais est aussi tranchante qu'un katana bien aiguisé , c'est le principe d'une invocation elle ne lui posera donc aucun problème. alors sans même lancer un regard vers elle j'utilisais le peux d'énergie qu'il me reste pour faire revenir a toute vitesse l’épée dans ma direction, si elle l'a saisie elle viendra avec et sera assez proche pour l'avoir...sinon mon épée se plantera en plein dans ma poitrine et m’achèvera:

-Arrache la tête de cet enfoiré!!

© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 7 Aoû - 15:14





Âme damnée contre gentil garçon ?
▼ with Lunaria Koryuto ▼



Drela, bien que très concentrée à tenir la vague déferlante de parfum affreux sur l'odorat perçant de ses chiens mutants, observait Lunaria d'un coin de l'oeil. Se débrouillait bien le jeune homme, et vas-y que jte coupe des têtes à tour de bras, on aurait dit qu'il avait fait ça toute sa vie. Il sautait, tuait ses machins sans un bruit si bien que chaque bêbêtes qui avançait ne se doutait pas qu'à côté elles étaient en train de se faire décimer. La jeune fille renforça son parfum par une deuxième vague nauséabonde et elle lui tourna la tête. Elle sentait ses forces décliner. Elle ne serait bientôt plus capable de les retenir et de garder l'esprit éveillé, il lui en demandait trop ce Courage. Elle était casi sûre que ces trucs dégueu avaient été attirés par l'odeur de Lunaria. Ils devaient déjà l'avoir combattu, même le jeune homme en avait fait illusion. Mais quand aurait-il pu les rencontrer ? Avant d'entrer à Hight Storm ?

- Je... vais... craquer... marmonna-t-elle difficilement entre ses dents, le regard empreint de folie.

Elle ouvrit un oeil et aperçut des blocs de pierres se dirigeant vers elle. Merde ! Ils étaient beaucoup trop près pour qu'elle puisse les éviter ! Sa concentration se brisa, elle chancela et en un éclair, sans qu'elle est comprit ce qu'il lui arrivait elle se retrouva habillée d'une armure lumineuse qui la protégea des missiles. Ils s'explosèrent sur la jeune fille sans lui faire le moindre mal. Elle écarquilla ses grands yeux roses et acheva la première vague en lançant un parfum mortel sur le groupe. Ils s'affaissèrent tous et Drela put souffler un instant. Mais elle sentit tout à coup l'armure trembler de plus en plus. Une armure qui était liée à son propriétaire... Elle tourna la tête en direction de son coéquipier, de l'autre côté de l'immeuble et sa mâchoire s'affaissa. Elle avait aperçu le jeune homme, étendu à terre et baignant dans son sang qui se vidait lentement.

- KORYUTO ! hurla-t-elle à travers le silence de la plaine et le reniflement des monstres.

Il tourna misérablement la tête vers elle. C'est alors qu'elle remarqua l'homme qui se tenait face à lui. Elle ne l'aperçut pas franchement mais devina des traits tirés, sombres et malsains. Bien qu'elle s'entendait généralement avec ce genre de personnes, elle se doutait qu'ils n'allaient pas seulement faire la causette sur le bouquin "comment tuer un chien en trois leçons". Ni décortiquer des humains pour voir comment ils étaient foutu à l'intérieur. Le vent lui rapporta seulement des bribes de la conversation :

-... pas bien... enfants... arracher la tête... copine... délicieuse.

Elle fronça les sourcils en achevant d'un kick distrait le chien galeux qui essayait de la mordre à la jambe. C'est fou comme cette armure était utile. Bref ce mec voulait les tuer ça c'était sûr. Elle n'avait pas tout compris à la suite mais vu le regard de psychopathe que ce mec lui lançait, il voulait sans doute faire joujou avec elle. Mais elle, ce n'était pas son style de se laisser faire sans rien dire avant de mourir. Ok elle aurait bien voulu faire joujou avec Koruyto mais vu la jolie lame qu'il lui avait collé sous le nez un peu plus tôt elle n'avait pas envie de finir en lamelles. Eh folle mais pas conne et suicidaire. Et puis c'était juste pour s'amuser, un peu de drague ne fait pas de mal. Elle reçut une nouvelle fois une épée entre les jambes et énonça une série de jurons à l'encontre de son partenaire. Elle en avait décidément marre de se prendre des trucs tranchants là où il fallait pas et se demanda si elle avait acheté sa culotte avec l'option "Aimant à lames". Il s'écria avec le peu de forces qu'il lui restait :

- Tu sais c'qu'il te reste a faire...même si t'aimes pas les ordres ...celui la devrais te plaire dit-il en crachant le sang dans sa bouche.

- Oui effectivement je n'aime pas les ordres Koryuto, grogna-t-elle. Rappelle-t'en la prochaine fois. Mais t'inquiète je vais te faire plaisir et effectuer tes dernières volontés.

Elle eut un rictus qui s'effaça quand elle sentit la lame trembler à ses pieds. A voir l'armure elle avait compris qu'elle était liée à son maître. Il devait en être de même pour la lame. A Noël elle demanderait la même au Croque Mitaine. Elle saisit l'épée sans réfléchir et fut transportée juste au-dessus de Lunaria, la lame pointée vers sa poitrine au moment où il lui criait "Arrache la tête de cet enfoiré!!". Elle dut utiliser l'élan de la téléportation pour décaler la pointe et faire un roulé-boulé à côté du blessé, dans la terre noire. L'homme eut un rire dément et Drela se releva difficilement en marmonnant un "T'inquiète pas je vais lui faire sa fête...".

- Tu as vu dans quel état tu es petite ? Même ta petite armure ne résisteras pas au métal et à la force de mes doigts. Alors si tu permets, dit il en s'approchant de la jeune fille, laisse-moi jouer un peu avec toi avant que je te tue.

Drela eut un regard paniqué de bête traquée et elle jeta un regard rempli de larmes à Lunaria qui agonisait lentement et qui ne devait pas s'attendre à ce que la jeune fille soit terrifiée, trois trous béants dans sa poitrine. "Aide-moi" murmura-t-elle assez fort pour que l'homme l'entende. Il ricana et s'approcha en penchant la tête, les mains en avant. Cette petite avait l'air trop délicieuse, et il passait rarement d'aussi belle proie dans le secteur 12. Miam elle avait l'air tellement apeurée et mignonne, dans ses habits trop courts qui laissaient apparaître ses formes et sa peau laiteuse. Drela laissa passer un hoquet de peur quand les mains rugueuses touchèrent sa peau blanche.

- N-non... Laissez-moi... Koryuto aide-moi... gémit-elle les larmes aux yeux.

Les mains avaient atteint le creux de ses reins, là où ses cheveux s'arrêtaient. L'homme n'en pouvait plus, il voulait voir cette petite souffrir, elle avait l'air si pure, innocente et fragile que c'était un plaisir. Puis, au moment opportun, Drela laissa tomber l'illusion derrière laquelle elle se cachait et cessa le parfum de soumission qu'elle matérialisait depuis un moment sur l'Altéré adulte. Elle avait retiré l'armure de Lunaria et lui avait remise pour éviter qu'il meure, mais avait gardé la lame immense dans ses mains solides. Elle avait un air tellement flippant que l'altéré fit un pas en arrière. Elle avait les yeux qui brûlaient d'une joie haineuse qui dégoulinait même dans son sourire.

- Bon maintenant on arrête les conneries.

Elle fit un bon en avant, les deux mains serrées sur la garde et trancha les deux mains de l'homme éberlué. Il hurla, se tordit de douleur et Drela esquissa un sourire sadique. Il voulut se jeter sur elle mais elle esquiva et lui coupa les deux avant-bras. Il hurla de plus belle.

- ça c'est pour mon double, on ne me touche pas sans permission. (Elle lui envoya un kick à la tête en sautant au-dessus de lui : ) ça c'est pour l'immeuble, on ne détruit pas sans ma permission. (Elle lui planta l'épée dans le ventre et la fit tourner en reprenant un air féroce : ) et ça c'est pour Lunaria parce qu'on ne LE touche pas sans ma permission et que c'est mon rôle à moi de l'embêter.

L'homme écarquilla les yeux, ouvrit la bouche sans qu'aucun son ne sorte, et s'effondra face contre terre sur la sol poussiéreux. Elle l'acheva définitivement en lui tranchant la tête. Drela effectua une petite danse de la victoire en chantonnant "We are the champions" et la Macarena puis se rappela que Lunaria était dans un état catastrophique. Elle se précipita sur lui et le secoua par les épaules d'un air essouflé. Son visage était proche du sien, rouge et éclaboussé par le sang de son ennemi. Elle plongea son regard dans celui du demi-cadavre.

- Eh Koryuto ça va ? Je te préviens t'as pas intérêt à mourir ou je te tue avec ta même épée. Ton armure, elle peut te régénérer ou c'est trop lui demander ? Sinon jte porte jusqu'à Paris.




©Etyncelle2014
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 9 Aoû - 16:16

Une rencontre hors du commun with Drela McDoel

Le poison utilisé par cet altéré m'avais presque entièrement paralysé , il était violent et seul mon ouïe et mon odorat me restaient.Quand je fis revenir mon épée je me doutais qu'elle ne se planterais pas dans ma poitrine, même si elle ne me porte pas dans son cœur cette fille ne supporterais pas que quelqu'un d'autre qu'elle ne me tue et je ne me trompais pas , je l'entendis attérir tout prés de moi et le bruit de ma propre épée qui frollait mon oreille. C'est alors que je sentis un odeur assez bizarre et que je commençais a entendre la jeune miroir m'appeler a l'aide comme si elle était effrayée face a cet ennemi.Si mon corps me l'aurait permis , je me serais pris d'un fou rire pas possible, Drela ? m'appeler a l'aide ? elle préférerais que ce mec la viole milles fois plutot que de s'abaisser a un tel comportement. Je perdais alors connaissance a cause des effets croissants du poison, pff...mis a terre par un altéré qui utilise une arme de femme...du poison , mon estime personnel en a pris un coup et cette miroir dois bien être en train de se foutre de moi.Ce qui me fis reprendre connaissance fut la sensation de mon corps qui se remuait dans tout les sens. j'ouvrais alors les yeux et eu mon regard plongé dans le sien , elle avait le visage éclaboussé de sang, mais si elle est encore en vie c'est que l'autre enflure ne l'est plus:

- Eh Koryuto ça va ? Je te préviens t'as pas intérêt à mourir ou je te tue avec ta même épée. Ton armure, elle peut te régénérer ou c'est trop lui demander ? Sinon jte porte jusqu'à Paris.

C'est moi ou de manière indirecte elle s’inquiète pour moi , non impossible...elle a juste pas envie qu'un quelconque mérite revienne a quelqu'un d'autre qu'elle même, les miroirs sont tous les mêmes qu'on le veuille ou non.Les effets du poison commençaient a s'estomper et je retrouvais l'usage de mon corps:

-Pas...pas la peine, t'as perdu assez de temps, pas besoin de salir tes mains de miroir en aidant un courage!

J'aurais bien aimer faire mon fort et me relever sans son aide mais alors même ou j'essayais de me relever, je m'effondrais de nouveau sur la jeune fille. Malgré la faible gravité de mes blessures, le poison a eu un effet dilatateur sur mes vaisseaux sanguins se qui me fit perdre un quantité assez importante de sang...ce n'est qu'a ce moment que je me rendis compte que je baignais dans mon sang depuis tout a l'heure. Ma vie reposerait donc entre les mains de cette fille...malgré la gravité de la situation elle avait un aspect assez comique, j'ai une tendance a détester les miroirs pour leur manie de passer leur propre intérêt avant celui des autres, est-ce que ma mort confirmera ce que je pense ou est-ce que les préjugés que j'ai sur les miroirs sont infondés.Dans tous les cas si cette fille me sauve la vie, j'aurais une dette éternelle envers elle et ma vie sera a sa disposition, voila l'une des premières règles qui m'avait été instauré lorsque j'étais mercenaire et j'avais décider de vivre avec ces règles jusqu’à ma mort.Drela McDoel,qu'est ce que tu comptes bien faire de moi...me laisser la comme un vulgaire cadavre? ou me prouver que les miroirs ne sont finalement pas ce que je pense d'eux?

-merde...


© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 13 Aoû - 12:55





Âme damnée contre gentil garçon ?
▼ with Lunaria Koryuto ▼



Ayant eu un bug sur cette fiche, le contenu ne s'affiche pas correctement. Je suis vraiment désolée pour le souci technique, le post de Lunaria fournira ce qu'il s'est passé pendant...




©Etyncelle2014
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 5 Sep - 20:39

Une rencontre hors du commun with Drela McDoel

Qui l'aurait cru, après toute ces années a survivre j'étais la vautré au sol , mis k.o par un altéré de seconde zone qui de plus se battait avec un arme de femme en prônant un comportement de pervers invétéré.J'avais honte de moi, mais si ce n'était que sa je devais désormais la vie a une total inconnu qui se trouve être membre de mon académie et miroir qui plus est. C'est vraiment pas mon jour:

-Pas...pas la peine, t'as perdu assez de temps, pas besoin de salir tes mains de miroir en aidant un courage!

c'est alors que je sentis la main de cette fille attérir violemment sur mon visage, mais...pourquoi ? je ne comprenais rien a ce qui étais en train de ce passer , ou alors est-ce que je suis déjà inconscient ? Elle était penché sur moi et murmura mon oreille:

-Derh, si tu redis encore une fois que je ressemble à ces bimbos cons de Miroirs je te tue et avant je te fais bouffer ton armure pièce par pièce ok ? Qu'est-ce que je viens de faire hein ? QU'EST-CE QUE JE VIENS DE FAIRE ! J'ai sauvé ta misérable vie, morpion, alors respecte mes actions. Quant au putain de temps, j'en ai trop, sinon je ne serais pas venue ici neh ?

Quoi ?! mon visage arboré la face du mec le plus étonné de la planète, comme celle que te sors le mec qui apprends qu'il a été adopté . Une miroir qui dément se comporter comme une miroir ? Mais qu'est-ce qui va pas aujourd'hui !! la elle devrais être en train de se foutre de ma gueule ou m'achever pour retirer encore plus de gloire du combat mais...est-ce qu'elle est vraiment en train de vouloir m'aider ...? Mon corps tenait a peine mais je refusais de croire a ses mots , c'est pas possible bordel! j'essayais de nouveau de me relever mais c'était la les dernières forces physique et psychologiques qu'il me restait , j'suis a bout et l'effet de ce poison est encore présent . Sans le vouloir mon visage avait au milieu de la poitrine de la jeune fille, dans une autre situation ça n'aurait surement pas été déplaisant mais la je me sentais tellement pitoyable...Et comme-ci ça suffisait pas Drela me colla son poing en pleine face, c'était pas étonnant mais elle aurait pu y aller mollo , j'vais finir par croire qu'elle veut vraiment m'achever...

- Koryutoooooo... La prochaine fois tu le bouffe mon poing...

-merde...


Elle retira son poing et me lâcha au sol a coté d'elle, je crois que même k.o j'arrive a l'énerver, si j'aurais pu j'aurais surement rigoler mais la c'est pas dans mes options.Ma vision était floue et j'arrivais a peine a discerner ce qu'il se passait tout ce que mes yeux m'ont permis de voir c'est la Drela qui déchirais un morceau de ces vêtements , puis elle se mis a enlever mon armure que je fis aussitôt disparaître et banda mes blessures du mieux qu'elle le pu.J'arrive toujours pas a comprendre..pourquoi est-ce que tu fais ça Drela ?

- Bien. Normalement, tu devrais mettre quelques jours a être rétabli. S'il faut je vais rester ici. Ça me dérange pas j'ai déjà vécu ici. Donc je repose ma question, est-ce que tu veux que je te ramène à Paris ?

Elle...mais qui t'es bon sang ?! d'ou elle sors sérieux cette meuf , la première fois qu'elle me voix elle veux ma peau et au final elle est limite sur le poing de me forcer a accepter son aide. A quoi est-ce qu'elle pense? qu'est ce qui se passe dans sa tête..? De toute façon je le découvrirais assez tôt , quoi qu'il en soit il est temps..Je réunissais le peu de force qu'il me restait pour me relever, mettre un genoux a terre devant elle et invoquer mon épée

-Tss...Qui aurait cru que c'est quelqu'un comme toi qui me verrais un jour faire ça ...-je tendais alors le manche de mon épée dans sa direction- Moi Lunaria Koryuto , remet désormais ma vie entre tes mains...fais en ce que bon te semble, tes désirs ...sont...'j'arrive pas a croire que je vais dire ça'...mes ordres!

En tous cas un chose est sure...je me suis tromper sur toi Drela McDoel!




© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 27 Sep - 16:14





Âme damnée contre gentil garçon ?
▼ with Lunaria Koryuto ▼



Drela commençait sérieusement à s'amuser. C'est pas tous les jours qu'elle avait un mec qui lui mourrait dans les doigts. Elle trouvait ça plutôt tordant comme situation. Pour Noël ne pas oublier de commander un homme, ou une femme, à moitié mort. À moitié sinon le fun dure moins longtemps. Bref c'était marrant de voir Lunaria se torde de douleur, jurer à chaque fois qu'elle lui collait une châtaigne, ou réfléchir et ne pas pouvoir bouger. La jeune fille plissa les yeux et le regarda. Elle attendait toujours la réponse pour savoir si elle devait le ramener. Même s'il l'ennuyait en tant que soldat, elle aimerait bien qu'il se montre vulnérable de temps en temps. Là non il n'était pas vulnérable. Il était semi-conscient parce qu'il venait de se faire rétamer. Haha il était pitoyable pas vulnérable. Ce qu'elle voulait dire par-là c'est qu'elle voulait trouver des faiblesses psychologiques chez ce garçon, faiblesses qu'elle pouvait exploiter pour le faire plier devant elle, et en faire son toutou. Des faiblesses qui blessent derh.

- Tss qui aurait cru que c'est quelqu'un comme toi qui me verrais un jour faire ça... - je tendais alors le manche de mon épée dans sa direction – Moi Lunaria Koryuto , remet désormais ma vie entre tes mains...fais en ce que bon te semble, tes désirs... sont... (j'arrive pas à croire que je vais dire ça)... mes ordres !

Drela n'en crut pas ses yeux ni ses oreilles. C'est vrai ? Il était enfin à lui ? Tout entier ? Elle bondit de joie, exécuta pour une deuxième fois la Macarena, et se jeta à genoux devant le jeune homme, le visage à deux centimètres du sien. Mais elle avait tellement les yeux pétillants de bonheur fou que son regard devenait éblouissant. Elle balbutia de bonheur, c'était très rare de la voir comme ça. Mais elle avait réussi à le manipuler, et ça, elle en était ravie. Elle avait réussi son coup ! Un coup de Maître ! Ce n'est pas tous les jours que quelqu'un se propose d'être son esclave !

- C'est vrai ? C'est vrai ? C'est vrai ? Tu vas vraiment faire ce que je veux ? (on aurait dit une gamine surexcitée à qui on aurait proposé de la drogue, enfin Drela enfant quoi) Tu es mon esclave ? À moi toute seule ?

Bien résumé. Ouaip en gros il était à elle. Elle écarta d'abord l'épée et la lança à deux bons mètres, pour être sûre que Koryuto ne ferait rien. De toute façon dans son état il ne ferait plus grand chose... Puis elle se jeta sur lui et l'embrassa (ou le mordit ?) comme une tigresse. Elle ne le laissa pas dire quelque chose ou essayer de se défendre. Une fois essoufflée, elle se releva et écarta une mèche de cheveux en souriant comme un prédateur. Toujours en faisant gaffe que son épée ne lui revienne pas dans le dos par un quelconque hasard.

- Proposition acceptée Koryuto. Mais ne t'avise pas de penser que tu pourras en profiter, je t'en ferais baver cher esclave. Allez on rentre neh neh !

Elle l'aida rapidement à se relever et prit les devants en sautillant comme une folle. Elle poussait des cris à faire froid dans le dos quand elle imaginait à quoi il pourrait lui servir. Elle était à moitié dévêtue, décoiffée, couverte de sang de tout, mais elle s'en foutait royalement. Puis, dans la deuxième partie du voyage elle se mit plutôt à lui tourner autour, en espionnant ses mouvements, en jouant au ninja, en demandant sans cesse qu'il la porte parce qu'elle était fatiguée, et à toucher ses cheveux comme un chat. Elle adorait la texture de ses cheveux rigolos. À chaque foi qu'ils faisaient une pause, elle montait sur un rocher et passait sa main dans sa crinière, avec vraiment un air de chat qui joue. Elle semblait vraiment innocente dans ses moments là... Puis elle repartait de plus belle en gambadant, criant et parlant à je ne sais qui. Le retour à Paris fut un calvaire pour Koryuto je crois. Sa santé mentale devait en prendre un coup lorsqu'il était avec cette fille. Bref, 2-3 heures plus tard, Paris en vue, Drela s'anima. Elle avait perdue tout envie de marcher et traînait les pieds à l'arrière. Mais en voyant la tour Eiffel, elle s'anima brusquement. Elle courut, dépassa Lunaria et sauta dans la Seine qui n'était effectivement pas loin. Drela était couverte de poussière, de sang séché et ce bain était un miracle. Elle se fichait que ses vêtements collent à son corps, que sa jupe mette en valeur ses jambes. Elle lança un clin d'oeil à Lunaria qui était toujours sur la berge :

- Allez Koryuto, ça te dis un bain avant de rentrer ?




©Etyncelle2014
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 8 Oct - 21:16

Une rencontre hors du commun with Drela McDoel

- C'est vrai ? C'est vrai ? C'est vrai ? Tu vas vraiment faire ce que je veux ? (on aurait dit une gamine surexcitée à qui on aurait proposé de la drogue, enfin Drela enfant quoi) Tu es mon esclave ? À moi toute seule ?


Mon corps tenait a peine debout, mon corps tremblait de fatigue et elle sautillait de joie a l'idée que j'étais devenu son esclave, a croire que depuis le début elle n'attendait que sa...Elle envoya alors mon épée balader au sol ce qui la fit disparaître, de toute façon j'avais a peine l'énergie pour la garder active et la elle se jeta sur moi et m'embrassa d'une manière assez inattendu mais bon avec elle va falloir que j'y fasse aux comportements inattendus...Elle était la a genoux a deux centimètres de moi les yeux pétillants de joie. Elle se releva alors , me fis comprendre qu'elle accepter la situation mais me mis en garde sur le fait que j'allais en baver, sur le coup je ne m'étais pas rendu compte de l'étendu de ce que voulais dire "faire baver" dans la tête de Drela et c'est la que j'ai regrettais de ne pas m'être tranché la tête quand je le pouvais.Elle m'aida brièvement a me relever et se mis a gambader comme si on sortait d'un pic-nique a la campagne et qu'on ne venais surement pas de massacrer une ordre de monstre et un altéré. Comment est-ce que tu fais Drela..pour prendre aussi peu sérieusement le fais d’ôter la vie a un autre humain même altéré..j'ai encore du mal a m'y faire moi même mais elle...qu'a-t-elle bien pu vivre pour n'y porter aucune attention...Peu importe.La route vers Paris fut ..comment dire? étrange et assez contraignante, contraignante dans le sens ou j'avais l'impression que la machine a tuer d'il y a quelques instants c'était transformée en la pire des chipis de 8ans que tu retrouves dans une cour de récrée en train d’embêter le maximum de gens , vu que j'étais le seul présent alors je me prenais tout dans la gueule. Mais vous pourrez dire ce que vous voulez, j'avais beau ne pas la comprendre, je n'aurais pas pu imaginer cette situation avec quelqu'un d'autre qu'elle, et ça me procurer un sentiment étrangement affectueux envers elle, surement elle qui s'amuse avec ses parfums...Quoi qu'il en soit elle avait un sérieux problème avec mes cheveux qu'elle n'arrêtait pas de tripoter toutes les 5mins mais je peux pas me plaindre si il y a une chose que j'adore par dessus tout c'est quand on joue dans mes cheveux , NE ME JUGEZ PAS ! Lorsqu'on pu enfin voir la tour eiffel Drela se précipita vers la seine et bondi dans l'eau sans plus attendre . Je m'avançais alors vers la rive, la route avait laissé le temps a mes plaies de se refermer et me permis de reprendre des forces.Elle sortie alors la tête de l'eau , me lança son regard en-joueur suivi d'un clin d'oeil et m'invita a la rejoindre dans l'eau avant que nous ne rentrions a l'académie.Se baigner? dans la seine? après tout pourquoi pas au point ou j'en suis ça peut que me faire du bien alors je plongeais la tête la première dans l'eau et une nuée rouge apparu due a tout le sang que j'avais encore sur mon corps et mes vêtements, et alors que je remontais et sortis la tête de l'eau je me retrouvais nez a nez avec Drela , serait-ce moi qui ai mal calculer ma remontée ou elle qui c'est avancée ? ..ça m'importe peu de toute façon ça n'avait pas l'air de la déranger plus que ça .Mais une question trottait toujours dans me tête..une question que je me devais de lui poser avant que nous ne rentrions:

"dis...pourquoi tu ne m'a pas tué ? tu pouvais le faire..rien ne t'en empêchais et me dis pas que tu voulais faire de moi
ton esclave depuis le début de toute façon tu aurais pu le faire avec n'importe qui d'autre alors pourquoi m'avoir sauver
Drela ?"






© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 28 Oct - 11:33





Âme damnée contre gentil garçon ?
▼ with Lunaria Koryuto ▼



Drela vit Lunaria hésiter un petit moment puis se décider à entrer. La Seine se colora en rouge lorsqu'il plongea et la jeune fille admira la couleur. Le rouge sanf était vraiment une très belle couleur. Elle reflétait l'humanité d'après elle. Pourquoi tous les humains avaient peur du sang ? Pourtant, tout le monde en avait à l'intérieur du corps neh. Elle se demanda si Koruyto avait peur du sang. Elle ne l'avait pas vu paniquer mais elle se doutait qu'il n'était pas resté de marbre devant cette tâche de sang qui s'élargissait. Enfin bref elle s'en foutait un peu elle. Vivre ou mourir, peut importe, elle ne servait à personne. Même le jeune homme à côté d'elle s'en foutait probablement d'elle. Il lui avait sans doute offert sa vie par acquis de conscience, comme un samouraï qui veut se faire hara-kiri. Elle souffla d'un air désespéré. Est-ce qu'un jour elle manquerait à quelqu'un si elle devait mourir ? C'était une question stupide, bien sûr que non.
Lunaria remonta à quelques centimètres d'elle et elle eut un réflexe stupide. Elle voulut le noyer pour lui avoir fait peur pendant qu'elle réfléchissait. Elle poussa un cri et enfonça sa tête sous l'eau, puis, après quelques secondes où elle réalisa ce qu'elle faisait, elle le fit remonter d'un coup.

- Tu m'as fait peur Koryuto ! Fais plus jamais ça !

Pas de pardon non, c'était la marque de fabrique de Drela, elle pensait toujours que c'était la faute des autres et pas la sienne. Mais bon pour s'excuser un minimum, elle l'embrassa sur la joue doucement et recula en nageant. Il y eut un temps de pause puis Lunaria prit la parole :

"dis...pourquoi tu ne m'a pas tué ? tu pouvais le faire..rien ne t'en empêchais et me dis pas que tu voulais faire de moi ton esclave depuis le début de toute façon tu aurais pu le faire avec n'importe qui d'autre alors pourquoi m'avoir sauver Drela ?"

La question prit la jeune fille de court et elle  réfléchit un instant. c'est vrai ça, pourquoi avait-elle sauvé cet abruti ? Elle aurait pu le laisser crever dans la poussière, et le laisser se faire dévorer par les charognards qui traînaient là-bas. Mais il y avait quelque chose chez lui qui l'intriguait, qui l'attirait. Bon ses cheveux entre autre mais pas que ça. Sa manière de se croire supérieur aux autres, de ne pas beaucoup parler aux gens, d'avoir voulu la protéger, même le fait qu'ils aient failli se battre. Il lui ressemblait un peu non ? Elle secoua la tête, il n'était pas du tout aussi dingue qu'elle. Pas du tout même. Il était plus dans le trip de "je suis trop fort, je défonce tout comme un grand soldat, puis je me casse au solitaire après avoir pété les dents aux méchants". Drela était plus " je fais n'importe quoi, je ne réfléchis pas à ce que je fais, et une fois les ennemis morts, je me marre et je m'en vais pour recommencer ailleurs". Ouai, trop différents. Ses neurones tournaient trop vite, elle ne voulait pas lui répondre tout ça, elle passerait pour quoi après ? Une petite fille avec un coeur et romantique ? Dieu qu'elle voulait tout sauf ça ! Elle aurait préféré se faire violer par le psychopathe de tout à l'heure plutôt que de ressembler à ça !  Rouge de confusion et de gêne, elle tarta un bon coup le Courage et s'écria :

- P-par bonne conscience ! J-je n'allais pas te laisser mourir Koryuto ! On aurait pu découvrir que j'étais là quand tu as crevé ! J-je ne veux pas d'ennuis avec l'administration du lycée moi ! (elle laissa rouler une larme sur sa joue et laissa passer un grand silence où le seul bruit était l'eau qui continuait de couler : ) Et... p-parce que j'ai l'impression que tu me ressembles... j-j'aime bien ta façon de penser, t-ta façon d'être...

Elle le regarda dans les yeux et sortit rageusement de l'eau, dégoulinante et planta là Lunaria. Elle enfila ses chaussures rapidement et courut jusqu'à disparaître du champs de vision du jeune homme. Là, elle se cacha derrière un pont et entreprit de natter ses cheveux avec un air vide, comme si tout ce qui venait de se passer n'avait jamais existé. Dans cinq minutes, elle repartirait à l'académie pour se doucher, et sa vie reprendra son cour normal. Elle continuerait de traumatiser les jeunes Indésirables et de séduire tout ce qui passait.  Drela explosa d'un rire machiavélique, alors qu'elle pleurait ya pas deux minutes, et s'empara d'un bâton pour dessiner un homme dans la terre, un bonhomme bâton certes, mais elle était en Miroir, pas en Création.



©Etyncelle2014
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 30 Nov - 8:26

Une rencontre hors du commun with Drela McDoel

- P-par bonne conscience ! J-je n'allais pas te laisser mourir Koryuto ! On aurait pu découvrir que j'étais là quand tu as crevé ! J-je ne veux pas d'ennuis avec l'administration du lycée moi ! (elle laissa rouler une larme sur sa joue et laissa passer un grand silence où le seul bruit était l'eau qui continuait de couler : ) Et... p-parce que j'ai l'impression que tu me ressembles... j-j'aime bien ta façon de penser, t-ta façon d'être...

Elle me regarda alors dans les yeux , quitta l'eau brusquement , enfila ses chaussures et se mit a courir jusqu’à ce que je ne puisse plus la voir.Cette fille pleurer pour moi ? J'aurais pu y croire si je n'avais pas vu tout ce qu'elle avait pu faire avant . Elle n'a surement aucun état d'âme , mais bon j'y crois quand elle dis qu'elle esquivait les ennuis avec l'administration , ça au moins c'est crédible de sa part.Mais elle a pourtant dis un truc qui..qui m'intrigue, moi lui ressembler ? en quoi est-ce que ma manière d'être et de penser me rapprocherais d'elle. Elle m'as surement pris pour le mec qui la joue solo et qui massacre des monstres juste pour attirer encore plus l'attention sur lui, un peu comme tous les autres , ils pensent tous la même chose de moi au final...Je sortais a mon tour de l'eau lentement et laissa l'eau s'écouler de mes vêtements.J'ai juste fait des promesses , des choix , qui sont difficiles a tenir, mais je suis loin d'être ce qu'ils pensent..Je marchais alors dans la direction qu'elle avait prise et l'aperçu en train de rire a haute voix en nattant ses cheveux. Drela...malgré tout ce qu'il peut bien avoir dans ta tête il y a certaines choses sur lesquels tu reste encore trop naïve...en tout cas..je m'approchais alors d'elle dans son dos:

"ne meurt pas . "

J'attendais alors qu'elle reprenne la route vers l'académie , mon corps et mes vêtements trempés , mes longs cheveux blancs tombaient sur mon visage cachant mes yeux et ne laissant paraître qu'une expression vide sur mon visage.Je t'interdis de mourir Drela, voila ce que j'avais réellement envie de lui dire , mais aux dernière nouvelles c'est moi qui suis a ses ordres et si un jour elle venait a mourir ..Je me battrais de toutes mes forces pour empêcher que sa arrive a moins qu'elle m'ordonne de ne rien faire, a voir si je serais capable de respecter un tel ordre...Je lançais alors un dernier regard vers la seine avec cette tache de mon sang qui s'écoulait , suivant le courant . Cette pause m'avait permis de reprendre des forces , maintenant plus qu'a espérer qu'on ai pas encore une embrouille sur la route.

© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Les Filles contre les Garçons [2ème édition]
» Les filles contre les garçons
» Tactique gobelins contre nains
» Lutte contre le deboisement: Une victime de plus des anti-nationaux
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hight Storm - Kaminari tōjō :: Zone détente :: Archives :: Le passé-
Sauter vers: