Intrigue #2

Une vague de peur

19 décembre. Paris.
Une vague de peur a fait trembler la capitale. Une vague de rumeur, qui s'est transformée en panique après l'arrivée de désolantes nouvelles. Michaël VanDertchen, tueur présumé d'une pauvre famille de Normaux, avait récidivé pour attaquer deux autres nouvelles familles. D'après les journaux, aucune des deux familles n'a survécu, elle n'avait aucune chance face à l'agresseur. Sur l'image du Paris Times, le visage de Sarah, 5 ans, sourit tristement au lecteur, un sourire immortalisé qu'on ne reverra jamais.
Lire plus

à adopter de toute urgence !

Partenaires Top

Rumeur Box

Liam — Un certain Courage aurait essayé de faire capoter mes plans... Faîtes attention à lui !
Inconnu — Eh vous savez quoi ? Apparemment un pervers d'Ombre draguerait la jolie Mia de Miroir ! Et ça serait réciproque... si quelqu'un pouvait les en empêcher...
Inconnu — A dit ça.

Top sites

Musique

©linus pour Epicode
En bref


Le recensement est terminé! La MàJ d'intrigue arrive bientôt et la MàJ graphique juste après!

Qui es-tu, ma grande ? [PV Ariane.]

 :: Zone détente :: Archives :: Le passé Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 4 Aoû - 21:45





Qui es-tu, ma grande ?




« Il parait que nous avons tous nos p'tits secrets. J'dirais même que c'est dans la nature humaine d'avoir quelques petites informations sur nous que les autres doivent pas savoir. Ça peut être un truc tout simple genre, j'sais pas moi... une vulgaire teinture de cheveux ou le fait de regarder du porno en ligne ! Tous ces ptits secrets n'ont pas vraiment d'importance ni d'incidence sur notre vie mais l'fait que quelqu'un finit par le découvrir ne nous plait pas. La raison ? Hé bah c'est simple comme bonjour ! Tout le monde tient à sa réputation que tu le veux ou non c'est comme ça. Tout le monde a une certaine popularité, celle qui peut être entachée à cause d'un secret qu'on découvre ou bien renforcée avec des actes qui plaisent au grand public. William n'a pas une grande renommée et entre nous, c'est pas un type très aimé. Pourtant la plupart des gens le voit comme un personnage sympa et abordable, enfin ceux qui ne le connaissent pas bien sur. Le petit sadique de service a donc une réput' à tenir vis-à-vis de ces gens là c'est pourquoi il compte bien garder cet aspect de lui apparent ! Il va devoir redoubler d'effort pour canaliser son tempérament de malade mental, de détraqué, de sadique, pervers, de cruel breef ça va être difficile mais SURTOUT, il va falloir jouer le rôle du gentil petit garçon devant Mademoiselle Page : sa cible. Il devra cacher la vérité en inventant une fable tissée de mensonges. Parce que le petit Will' n'existe pas, il n'est qu'un salopard sans cœur, un personnage cynique et sans respect pour la vie humaine.

Depuis que le brun est arrivé, sa seule occupation est de suivre la professeure comme un vrai détective ! Une vraie sangsue attachée à son objectif. Il essaye aussi de jouer avec ses nerfs et d'anticiper ses réactions tu vois. Comment ? Et bien il l'a harcèle, l'espionne, la traque de façon anonyme. En effet voilà une semaine qu'il laisse des messages d'amours typique d'un élève fanatique de la vie presque étrange et prêt à être enfermé à l'asile du genre « Oh madame quand je vous vois je sens mon coeur faire bouboum je crois que j'ai envie de vous ! Je vais envoyer encore quelques lettres d'ici là, dans l'espoir qu'un jour vous accepteriez que je vienne faire votre rencontre ». Tout ça est évidemment une mise en scène par les soins du p'tit sadique, qui avouons-le fait surtout ça pour s'amuser des réactions assez violentes de la professeure ! Oui jsuis du même avis que vous ! Une mise en scène vulgaire, excessive et pas du tout crédible mais il a déjà eu à faire à ce genre de demoiselles qui devraient apprendre à contrôler leurs hormones, enfin soit.

• • •

Aujourd'hui c'est le moment de la filature. Allez Will, armé de ton regard de cinglé et de ton esprit tordu va donc jouer aux apprentis ninjas qui rasent les murs pour pas se faire repérer ! Un apprenti ninja avec un t-shirt super-man et un masque de nuit, la classe internationale tu peux pas comprendre. Manquerait plus qu'il se frotte à un poteau en chantonnant « Je suis un papillon de nuiiiiiiit ! ~ ♫ » et ça serait parfait ! Bref le jeune homme avait "emprunté" au préalable l'emploi du temps de miss Page afin de s'approprier ses horaires. D'ailleurs celle-ci sort de la salle des profs. Mon dieu on dirait un putain de stalker ! Des mèches brunes s'étendent sur son visage masquant son front, son visage est dur et crispé par la concentration... mais il garde toujours avec lui son p'tit sourire moqueur. Un vrai taré. Ne vous engagez pas à une bataille de regard avec lui ou vous en sortirez traumatisé à vie ! Il marche à quelques mètres d'elle sans pour autant prendre le risque de la perdre de vue. Au final elle tourne sur sa droite. Où est-ce qu'elle va ? Will se précipite alors pour ne pas perdre sa trace mais il remarque que la prof bute un instant devant une salle. Tiens, un comportement étrange. Elle rentre dans la salle. Normalement Will n'a pas le droit de rentrer ici...mais qu'importe.

- Que me réserves-tu comme surprise...?

Sa voix fait trop flipper. Un sombre murmure à peine audible accentué par son putain de sourire qu'on a envie d'arracher ou de taillader à coup de lame de rasoir. Mon dieu je parie qu'il se tordrait de rire en voyant la lame ! Je le hais ! Je m'emporte, je m'emporte excuse moi. Revenons en à nos moutons. Il pousse délicatement la porte, entre dans la salle et... c'est le drame. Il se prend en pleine face le dos de la prof qui n'a pas bougé d'un poil. Il avait peut-être mal calculé la distance qui les séparaient de l'entrée ou alors... A-t-elle compris qu'il la suivait ?

- Shit.

Haha Will, bien fait pour ta sale gueule ! J'me demande comme tu vas t'en sortir maintenant... »







Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 5 Aoû - 10:53
Qui est-tu, ma grande ?
Feat. William.
« Naaan pas un ours géant... Où est... Argh... Mon saaabre.... »

Oui c'est moi. Ariane Page, affalée sur mon lit, ma grosse peluche blanche dans mes bras. J'étais en plein rêve comme vous pouvez le voir, un rêve où je devais tuer mon précieux ours en peluche. Aucun commentaire, c'est compris ? J'avais peut-être une tête de taularde, des manières de petit mec, mais j'aimais bien dormir avec quelque chose dans les bras. Que ça soit une peluche ou quelqu'un que j'aurais pris en otage, c'était une habitude que j'avais prise depuis petite. Mais je ne suis pas là pour vous parler de ma collection de peluches. Le réveil sonna, m'extirpant brutalement de mon sommeil, me donnant au passage des envies de meurtre. Mes yeux rouges vermeils grands ouverts, je fixais l'ours blanc proche de mon visage quelques instants avant de me laisser tomber de mon lit. Assise en tailleur sur le sol gelé de la pièce, je frottais mes paupières dans l'espoir vain de quitter une bonne fois pour toute le monde des rêves, et d'un geste machinal ma main passa sur ma joue, simple mesure de précaution.

« Ta gueule bordel, lançais-je à l'intention de mon réveil comme s'il allait m'obéir. »

Et pour ne rien arranger, mes cheveux en bataille gênaient ma vision. Je secouais la tête en me relevant péniblement dans le but de prendre une bonne douche et de m'habiller un peu plus convenablement. Si je commençais à me balader en jolie culotte noire et débardeur dans les couloirs ça n'allait vraiment pas le faire, hein. Une fois sortie de la douche et vêtue cette fois d'une chemise sombre et d'un pantalon de la même teinte, je séchais rapidement mes longs cheveux blancs à l'aide de ma serviette avant de les attacher en une queue de cheval, en ayant pris soin de les démêler avant. Après quelques autres petits détails la journée pouvait commencer.

Mais elle débutait mal. En me rendant comme à mon habitude dans la salle des professeurs, en prenant soin d'ignorer royalement mes collègues, j'eus une mauvaise surprise en ouvrant mon casier. Une lettre. Encore... Alors oui, il faut que je vous explique. Cela faisait maintenant environ une semaine qu'un élève s'amusait à me laisser des lettres d'admirateur secret, textes ô combien ridicules qui pourtant avaient le don de m'énerver. Ça me rendait parano, j'avais l'impression d'être épiée, et... merde, vous imaginez si quelqu'un m'espionnait pendant mon sommeil ? Mes petites tenues, mon ours en peluche... Des sueurs froides me parcoururent rien qu'à cette idée et je me laissais aller dans un petit excès de colère en donnant un violent coup de poing dans mon casier qui s'affaissa un peu sous le choc. Les quelques professeurs qui étaient dans la salle me regardèrent les yeux écarquillés.

« Quoi ?  Y'avait un moustique dessus. »

J'écrasa la lettre entre mes mains et la balança à la poubelle. Je fouillais encore dans mon casier pour prendre mon emploi du temps, moi qui avais la mémoire séléctive j'avais toujours besoin d'un petit rappel à ce niveau-là. Mais... impossible de trouver ce foutu papier. Je soufflais longuement, de mauvaise humeur, en refermant mon casier dans un geste hargneux. Je me rappelais néanmoins que mon premier cours ne commençait que dans une heure, j'avais donc le temps de me rendre dans ma salle et de lire les copies des retardataires. Ce que je fis.

Je déambulais dans les couloirs, l'agacement pouvait se lire facilement sur mon visage et même à ma démarche qui était encore plus lourde qu'à l'ordinaire. Et pour couronner le tout, je me sentais de nouveau suivi. Ben voyons... Cette fois-ci je voulais en avoir le coeur net. Je me dirigeais donc vers ma salle de cours, m'arrêtant un moment devant celle-ci avant d'y entrer. J'attendis quelques secondes, n'effectuant pas le moindre mouvement quand je sentis quelque chose se heurter contre mon dos. Trouvé ! Cet élève n'avait visiblement rien à faire ici. Il poussa même un juron en anglais. Je me retournais alors soudainement et scruta le visage du jeune homme.

« Qu'est-ce que vous voulez ? »

Je paraissais décidément trop sévère, les lettres me rendaient méfiante et j'étais sur les nerfs, ma voix sèche le laissant aisément paraître. Si ça se trouve, cet élève s'était juste perdu. Il avait l'air inoffensif avec ses grands yeux rouges et sa petite chevelure qu'on avait envie d'ébouriffer comme s'il s'agissait d'un enfant. Je soupirais, resserrant ma queue de cheval avant de reprendre d'une voix plus posée :

« On s'est perdu, jeune homme ? C'est sans doute pour cela que vous me suivez n'est-ce pas ? Mais d'ailleurs, je ne vous ais jamais vu auparavant, un nouveau ? Comme vous appelez-vous ? »

Je pose trop de questions à ton goût ? Tant pis pour toi. J'attends des réponses en tout cas, toi qui me suis depuis tout à l'heure. Argh non... je deviens définitivement paranoïaque.
codage par Junnie sur apple-spring
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 5 Aoû - 13:59





Qui es-tu, ma grande ?




« Dire qu'il aurait pu s'en sortir, tout simplement l'avoir comme un rat et s'en aller joyeusement en gambadant dans les couloirs comme s'il était dans un champ de blé avec des papillons à pois verts et roses tout autour de lui tandis que les oiseaux et les saumons remontant le petit ruisseau plus loin chanteraient une musique de Disney ! Au final non. Il se retrouve comme un saumon pris dans un filet, prêt à être mis dans des makis ou sur un sushi ou peut être transformé en sashimi pour ensuite être trempé dans de la sauce-soja ou dans du wasabi avant d'être avalé et de finir par être chier au fond des chiottes. Tieeens, ça m'fait penser que j'ai un peu faim !

Bref. Sans vraiment l'étonner, la professeure se montre d'abord désagréable et le petit Will posté devant elle baisse doucement les yeux pour éviter de partir dans un fou rire monumental. Il faut surtout pas regarder Mme Page dans les yeux sinon... sinon il va se rappeler de la réaction qu'elle a eu dans la salle des profs et ça c'est juste trop trooop marrant ! Son sourire sadique est plus discret maintenant, il a de toute manière une idée derrière la tête... Et vu la lueur d'hystérie silencieuse dans ses yeux je ne présage rien de bon pour notre petite enseignante adorée ! Et face aux questions de cette dernière, le sourire du sadique s'efface pour laisser place au gentil petit garçon perdu. Oh pauvre petite chose !!

- Oh euh... euh... oui. Je suis arrivé il y a quelques jours vous savez, oh... Désolé je suis un peu déboussolé ici, j'en perds même la notion du temps ! Je cherchais ma salle, je suis un élève de la classe Miroir, mais apparemment j'ai dû me tromper. Je suis... Wi...William !


Il a soudain envie de s'éclater le visage contre le bord d'une table. Miroir... ça fait pas crédible pour un type aussi "timide et fragile" que lui ! Tous les miroirs sont connus pour leur "talent" de manipulation tu vois, Will va devoir trouver un plan B et vite. En attendant il continue de jouer la comédie. Ce psychopathe aurait dû faire acteur je te jure ! La tête baissée, il se tortille les doigts, détourne les yeux et QUOI ?! Ses joues deviennent légèrement roses... Il peut ROUGIR SUR COMMANDE ? AH L'en-*biiip* !

- Je suis très heureux de faire votre connaissance Madame Page ! Ma mère adore ce que vous faites, et elle m'a demandé de vous donner des chocolats qu'elle a préparé elle-même mais... je ne les ai pas sur moi... Vous savez madame, je vous regardais quelques fois à la télé, c'est dommage d'avoir arrêté votre carrière dans l'escrime. Les élèves doivent vous adorer ! Avoir une championne d'escrime comme enseignante !

Il ne peut pas retenir plus longtemps un sourire malsain qu'il cache quand même en gardant la tête baissée... Ariane Page est super connue dans le milieu sportif, au même titre que les champions de judo et autres sports d'ce genre ! Aucun risque de se faire repérer et c'est l'occasion de lui rappeler son passé, sa cicatrice... Le brun jubile ! Le simple fait d'imaginer miss Page blessée ou mal à l'aise le fait exploser de joie ! Et en plus il a un plan B. Pourquoi des chocolats ? Pourquoi avoir parlé de sa mère alors qu'elle n'est qu'une droguée ?

- Ma mère serait très heureuse que vous goûtiez ses chocolats, je lui dirait ce que vous en pensez, vous n'imaginez pas à quel point cela lui fera plaisir...

Ni à quel point il serait comblé que tu fasses ça ! Son plan ? L'endormir, fouillé ses affaires, attendre qu'elle se réveille, faire comme s'il avait pris soin d'elle, lui dire qu'elle s'est évanouie soudainement, puis il disparaît ! Là il aura plus d'informations sur sa cible. Le petit sadique a levé la tête et offre un sourire cristallin à sa prof pour la mettre en confiance et met son masque de nuit sur son crâne. Oui il est en train d'user de ses charmes ! Toutes les demoiselles lui répètent qu'il est « troooop mignon tout plein quand il a son masque sur la tête ». Ouais c'est pas très viril mais il s'en fout ! Son but n'est pas d'imposer ou de faire peur mais de paraître tout gentillet pour mieux manipuler... Allez bouffe-les ces chocolats ! »







Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 7 Aoû - 11:08
Qui es-tu, ma grande ?
Feat. William.
Ce que j'attendais était somme toute assez simple, une réponse de la part du jeune homme qui se tenait en face de moi. J'aimerais bien savoir qu'elle était son excuse pour m'avoir pris en filature depuis l'instant où il m'a vu. Mais malheureusement je ne pouvais pas lui poser la question directement, cela paraîtrait louche. Ou tout du moins, pas tout de suite, je le ferais sans doute plus tard. Il s'appelait William et cherchait sa salle de classe. Un élève en Miroir ? Rien que ça. Mais attendez une seconde, pourquoi cette impression m'est familière ? Cela fait maintenant plusieurs jours que j'ai remarqué que quelqu'un me suivait, ce qui avait vraiment le don de me mettre sur les nerfs. Pourquoi est-ce que j'avais cette impression que ce jeune homme pourrait être la personne qui me suivait depuis tout ce temps ? Et dire que je n'avais aucun moyen d'en avoir le coeur net... Je n'avais aucun moyen de lui faire cracher le morceau. Mais ne vous inquiétez pas, j'allais trouver. J'allais lui montrer qu'il était dangereux d'emmerder une Page ! Dommage que ce jeune homme soit un élève. Hors de ce contexte j'aurais très probablement déjà dégainé mon sabre histoire de lui faire peur. Juste dans le but d'apercevoir ses yeux aussi rouges que les miens se teinter d'hésitation.

« Je suis très heureux de faire votre connaissance Madame Page ! Ma mère adore ce que vous faites, et elle m'a demandé de vous donner des chocolats qu'elle a préparé elle-même mais... je ne les ai pas sur moi... Vous savez madame, je vous regardais quelques fois à la télé, c'est dommage d'avoir arrêté votre carrière dans l'escrime. Les élèves doivent vous adorer ! Avoir une championne d'escrime comme enseignante ! »

Il avait des manières qui ne correspondaient pas à ceux d'un élève Miroir... Voilà qui me faisait douter. Et si je n'étais qu'une parano ? L'alcool me montait trop à la tête, qui sait. Ou alors je baissais ma garde uniquement en entendant le mot "chocolat" ? Je ne savais pas quoi faire ni quoi répondre à ce qu'il venait de dire. Ariane Page championne d'escrime. Certes. Mais j'avais lamentablement perdue face à cette garce en perdant mon sang froid ! Moi qui essayais d'oublier cette finale catastrophique, merci jeune homme... Je n'étais même pas capable de garder mon sang froid face à une situation critique. Ce jour-là, j'avais ôté la seule protection sur mon visage et l'avais provoqué devant une foule de spectateurs. Comment "ça" pouvait se prétendre enseignante ? Je prenais les élèves de haut en les traitant de gamins parce qu'ils n'étaient pas capable de se contrôler mais j'étais exactement pareil. Et au lieu de faire face à mes problèmes et d'aller de l'avant, je préférais aller les oublier dans les bars et noyer tout ça dans l'alcool comme on dit. Mais je crois... Je crois qu'avec le temps mes problèmes et mes souvenirs ont appris à nager.

Cet idiot m'a foutu le cafard.

« Ma mère serait très heureuse que vous goûtiez ses chocolats, je lui dirait ce que vous en pensez, vous n'imaginez pas à quel point cela lui fera plaisir... »

Je l'emmerde, ta mère.

« Pour commencer, la majorité des élèves ne me connaissent pas en tant qu'escrimeuse ni championne de quoi que ce soit. Je pense qu'ils avaient autre chose à foutre que de se poser devant leur télé et me regarder faire joujou avec un sabre. Oui, ils avaient autre chose de plus important à faire. Comme survivre par exemple. »

Il avait rajusté son petit masque qui le rendait trop attachant. Ce truc trop mignon ne pouvait pas être celui qui me suivait, non ? Décidément... C'était le matin, je n'avais rien mangé, mon cours commençait dans moins d'une heure et j'étais dans une situation trop étrange. Je soupirais, frottant machinalement ma joue où jonchait ma cicatrice. Puis je m'éloignais de William pour me diriger vers les fenêtres de la salle que j'ouvris d'un coup sec.

«  Et bien j'ai hâte de goûter ces chocolats, j'en ferais profiter toute ma classe d'ailleurs. Mais dis-moi... William, tu es au courant qu'aujourd'hui les Miroirs n'ont pas cours ? Ils sont à une sortie organisée par l'administration.  »

En vérité ils n'avaient cours que dans dix minutes mais ça le jeune homme n'était pas censé le savoir, car il était arrivé il y a "quelques jours" et ne savait même pas où était sa salle, soit disant. Je risquais gros à mentir comme cela, s'il n'allait pas à son cours il allait être noté absent à cause de moi. Mais sur le moment je m'en foutais pas mal. Je voulais juste coincer ce jeune homme qui me rappelait étrangement quelqu'un que je préférais définitivement oublier.

codage par Junnie sur apple-spring
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 8 Aoû - 14:04





Qui es-tu, ma grande ?




« Miss Page ne semble pas très ouverte à la discussion. Elle se doute peut être d'un truc ? C'est vrai que cette fois il n'a pas été super discret dans sa filature... Il s'est trop précipité et a fait une erreur ! Et le voilà maintenant dans cette salle de classe close avec sa cible juste sous son nez. Elle rejette sèchement le faux compliment que le petit sadique lui a adressé. Oui les élèves survivaient avant de loger dans l'académie... Pauvres petits bouts de chou ! Cette remarque ne fait ni chaud ni froid à Will qui ne cesse de fixer la professeure. Je suis sûr qu'en réalité il se fout bien que cette femme soit championne d'escrime. Dans sa tête il est le meilleur du monde, dans sa tête c'est superman le justicier psychopathe ! Elle championne ? Il lui met la pâtée quand il veut ! Il n'a pas de sabre sur lui car c'est interdit mais il sait très bien s'en servir. Hayden l'a bien aidé il faut dire... Hayden est peut-être un humain normal sans capacité ultra développée mais il en impose et de ce fait il est mille fois supérieur à Miss Page. Enfin du point de vu du brun évidemment !

- Et bien j'ai hâte de goûter ces chocolats, j'en ferais profiter toute ma classe d'ailleurs. Mais dis-moi... William, tu es au courant qu'aujourd'hui les Miroirs n'ont pas cours ? Ils sont à une sortie organisée par l'administration.

Oh le gros mensonge ! William esquisse un sourire ravi... il s'est peut-être fait repéré voilà qui va ajouter du piquant dans son activité ! Le garçon n'a qu'une envie : pouffer de rire et lui préciser que non, les Miroirs ne sont pas en sortie mais bel et bien en cours. Madame la professeure ne l'aura pas comme ça avec un mensonge aussi peu recherché que celui-ci ! Il n'y a pas qu'elle qui sait mentir. *Amusons-nous très chère, au jeu du mensonge tu as trouvé un adversaire à ta taille.*

Et pour les chocolats ? Il va laisser ce plan de côté en lui offrant des chocolats sans somnifère à l'intérieur. Parce que ça serait louche de découvrir une classe entière en train de dormir ! Tant pis il a d'autres idées plus vicieuses les une que les autres. D'ailleurs son regard redevient plus perçant qu'avant en voyant sa cible lui tourner le dos pour ouvrir la fenêtre... A cet instant il doit avoir envie de la tuer de mille façons différentes. Comment je le sais ? Ses yeux quittent un moment l'enseignante pour observer la fenêtre, puis la table, le crayon posé sur son bureau, l'estrade, le mur, bref s'en est presque glauque !

- Oh ? Vraiment, j'en ai entendu parlé mais l'information ne m'a pas été transmise avec précision. J'espère que je n'aurais aucune remarque de la part des professeurs de mon absence, je suis vraiment perdu avec mon emploi du temps et toute cette paperasse.

Sa voix est totalement neutre cette fois-ci. Il ne veut pas jouer un personnage cliché, il se doit d'être normal ! Il n'est pas dans un manga ni un film où les autres protagonistes tombent dans ses filets aussi facilement. Il a face à lui une rivale de taille ; il ne peut pas se laisser aller !

- Je vais vous laisser à votre cours, Madame... je ne voudrais pas déranger.

William a compris que la situation est dangereuse, il est temps de se retirer. Ouais c'est pas trop tôt, tu t'es foiré mon grand c'est juste hilarant. Voilà qu'il recule de quelques pas pour être près de la porte mais garde toujours un air faussement gêné. Il est temps de battre en retraite ! »







Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 11 Aoû - 9:57
Qui est-tu, ma grande ?
Feat. William.
« Oh ? Vraiment, j'en ai entendu parlé mais l'information ne m'a pas été transmise avec précision. J'espère que je n'aurais aucune remarque de la part des professeurs de mon absence, je suis vraiment perdu avec mon emploi du temps et toute cette paperasse. »

J'acquiesçais doucement de la tête suite à sa réponse plus ou moins crédible. Certes, il était vrai que je n'avais aucun moyen de vérifier si ce que le jeune homme me disait était vrai, mais je devais tout au moins lui accorder le bénéfice du doute. Ce dernier me semblait néanmoins étrange dans sa manière de se comporter. Tantôt timide et gêné, tantôt d'une neutralité presque déroutante. Je ne savais pas pourquoi il m'avait suivi et n'avait d'ailleurs pas répondu clairement à mon interrogation. J'allais dans tous les cas vérifier minutieusement dans les dossiers des nouveaux arrivants dans l'espoir de trouver un certain William. Je n'aimais pas mentir et n'étais pas très douée pour maintenir un mensonge que j'aurais dit, je préférais me montrer franche comme je le faisais d'habitude. Lui balancer ses quatre vérités en pleine gueule et lui foutre la trouille de sa vie m'aurait bien plu mais mon statu m'en empêchait. Parfois, je me demandais pour quelles raisons j'avais fini enseignante dans une académie pour altérés. Je n'avais même pas l'impression d'être utile à mes élèves. Mes collègues représentaient les boulets que d'ordinaire jamais je n'aurais fréquenté. J'étais arrivée depuis un petit moment déjà et je ne me sentais pas à ma place, comme si j'étais en décalage avec les autres.

« - Je vais vous laisser à votre cours, Madame... je ne voudrais pas déranger.
J'ai encore du temps devant moi, ne vous inquiétez pas pour ça. »

Je scrutais avec grand intérêt le regard de William qui ressemblait beaucoup à celui de mon frère. C'était une sensation assez désagréable, j'avais l'impression de me retrouver devant Hayden au même âge, ce qui me donnait l'envie irrésistible de lui écraser sa petite tête contre le mur. C'était probablement pour cette raison qu'il me poussait à la limite de la paranoïa. J'étais persuadée que ce gosse (qui n'en était plus un d'ailleurs) avait de très mauvaises intentions. Son attitude, sa gestuelle, sa manière de reculer comme s'il devait sortir d'une impasse. Je me rapprochais de lui d'un pas lourd et mon regard blasé habituel le transperçait presque. Je voulais savoir très exactement pourquoi il me suivait depuis que j'étais sorti de la salle des professeurs. Il n'était pas question que je me fasse avoir par un vulgaire "je cherchais ma salle". Je ne savais pas mentir certes, mais cela ne m'empêchait pas de déceler les mensonges. Une fois arrivée à sa hauteur, je le plaqua contre la porte sans pour autant lui faire mal, mais tout de même assez soudainement pour le surprendre.

«  D'accord jeune homme, parlons franchement. Puisque vous me connaissez, vous devez savoir qu'il faut éviter de me prendre pour une abrutie. Je suis du genre impulsive, vous voyez.  »

Je plongeais mon regard dans celui de mon élève avec l'envie de faire apparaître une illusion terrifiante pour lui faire perdre ses moyens. Mais j'avais pour principe de ne pas user de mon altération sauf en cas d'extrême nécessité. En combat où mes compétences au corps à corps ne suffisait plus pour me défendre ou pour protéger un des gamins de l'académie par exemple.

«  Pourquoi me suivre ? Qu'est-ce que j'ai de si intéressant ?  »

S'il ne répondait pas franchement, ça allait barder pour lui. Je détestais me sentir épiée et je n'étais pas un exemple de patience.

codage par Junnie sur apple-spring
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 15 Aoû - 16:40





Qui es-tu, ma grande ?




« La professeure fait quelques pas vers William qui a encore un petit geste de recule, il se doute bien que la jeune femme n'est pas dupe et qu'il est dans de beaux draps... Comment va-t-il faire pour se sortir de là ? Sa main effleure même la poignée de la porte, il ne tient qu'à lui de faire pression dessus et de l'ouvrir mais il ne bouge pas. Il préfère rester là à la regarder dans le blanc des yeux, il croit certainement en ses capacités de manipulateur ? Je me demande s'il a peur de cette prof' qui peut quand même le virer à tout moment. Si jamais on le met à la porte, qu'est-ce qu'il dira à Hayden ? Non il ne pourra même pas retourner dans son gang comme si rien ne s'était passé, il connaît bien "le psychopathe de rang S"... il risque de se faire tuer ! Mais s'il échoue et qu'il ne rapporte pas cet echec au boss, c'est Anna qui mourra. Voilà William, t'as fait le gamin et t'as pris cette "mission" comme un de tes nombreux jeux avec ton gang ou contre les flics et te voici en mauvaise posture. Pas assez attentif, trop pris dans ta partie de cache-cache et ça devient le phénomène de l'arroseur arrosé, de la proie qui devient chasseur. Je me demande ce que tu peux bien penser quand Miss Page te plaque avec force contre la porte, vu ton regard je dirais que t'as une dévorante envie de lui crever les yeux hein ? Qu'est-ce qui te retient de te recouvrir d'une substance hautement corrosive pour lui ronger, pour lui brûler sa peau trop claire à ton goût ? De lui briser les os un par un ou de la noyer lentement ? Qu'est-ce que tu donnerais pour avoir un sabre en ce moment... Arrête de la regarder de cette manière tu vas te faire repérer. 'Fin c'est déjà fait tu m'diras.

- Pourquoi me suivre ? Qu'est-ce que j'ai de si intéressant ?

William baisse les yeux et se prend d'un intérêt soudain pour le sol... Là encore je ne vais pas vous préciser s'il joue la comédie ou pas, j'en sais strictement rien. Si ça se trouve il va tout lui déballer, là comme ça tout de suite ? Sans prendre la peine de se battre encore un peu ? Je ne sais pas ce qu'il y a dans sa tête de sadique psychopathe, tout ce que je peux faire c'est décrire la scène et observer ce type que je connais assez bien depuis le temps... Ce que je peux vous dire avec certitude c'est que Will' est quelqu'un d'imprévisible. A partir de là toutes les informations que vous possédez sur lui ne servent à rien, il peut changer de personnalité autant de fois qu'il le veut sans que ça lui pose problème si bien que je n'ai jamais bien saisi son vrai caractère, son vrai lui. Il a l'habitude de faire semblant d'être heureux alors qu'il ne l'a jamais été, c'est facile pour lui de rire alors qu'il n'en a pas envie, ça ne lui pose pas de problème de jouer au dépressif alors qu'il ne ressent rien de particulier... J'me demande même ce qu'il peut bien ressentir, ou s'il a déjà éprouvé un quelconque sentiment tu vois ? Malheureusement il n'y a qu'Anna qui détient la réponse à ces questions, et cette fille est à l'hôpital en train de se battre contre sa maladie.

- Et bien je... en fait... Bon d'accord je vais tout vous dire. Voilà... depuis quelques jours j'ai aperçu quelqu'un qui vous suivait et qui glissait des trucs dans votre casier. J'ai découvert ça par hasard et comme je vous connais grâce à la télé... vous savez, même si je ne vous regardais pas beaucoup, vous avez été comme un modèle pour moi. Grâce à vous je suis sorti de chez moi, j'ai affronté ceux qui me martyrisaient à l'école. J'ai même fait du kendo et de l'escrime ! Enfin tout ça pour dire que je ne supportais pas de voir cet idiot s'amuser de vos réactions comme ça... Alors ce matin je me suis levé tôt et tant pis si je ne connaissais pas mon emploi du temps, si je vous suivais j'allais forcément croisé le vrai "espion", neh ? Mais je suis moins discret que celui qui vous suit alors... vous m'avez repéré. Enfin je... je ne voulais pas vous le dire parce que vous savez, personne ne me croyait jamais à l'école alors... d-désolé...

ET LA PALME D'OR DU MEILLEUR ACTEUR DANS UNE COMÉDIE DRAMATIQUE REVIENT A... WILLIAM CROWFORD ! Bravo à lui applaudissons-le tous ! Comment peut-on déblatérer autant de mensonges avec une cohérence et un sérieux aussi... énorme ?! Mais regardez-le ! On dirait vraiment qu'il est triste ! Limite il va se mettre à pleurer comme une fille dans trois secondes ! Franchement chapeau. Will' a l'air tellement faible en ce moment, tellement inoffensif ! En plus il est plus petit que son interlocutrice, bon pas de beaucoup certes mais ça le rend étrangement vulnérable. En fait tout le monde le trouve trop mignon et trop "petit" et trop fragile et trop... bref on le sous-estime beaucoup et il joue de ça. Il fait plus jeune que son âge et ses joues sont encore un peu rebondies ce qui n'a rien de viril haha, on dirait un enfant ! Il évite de se pavaner devant tout le monde torse nu vu qu'il est plutôt musclé, donc tout le monde croit que sa masse musculaire est semblable à celle d'une limace alors que c'est faux, il fait exprès de choisir des gilets un peu plus grand pour donner l'impression qu'il flotte dans ses vêtements, bref un vrai travail de camouflage ! Comment peut-on se méfier d'un truc aussi mimi ?

- Mais le fait que je vous admire ne veut pas dire que je vous apprécie... Ma mère disait, "on peut aimer une personne tout en détestant ce qu'elle a fait", dans mon cas j'aime beaucoup ce que vous faites mais je suis loin de vous apprécier. Je suis plus attaché à votre frère, lui aussi passe à la télé vous savez ? Il a l'air plus sympathique que vous... Euh j-je m'excuse, ce que je dis n'est peut-être pas très p-poli... C'est que, je suis coincé entre la porte et vous et... vous paressez agressive. Je n'aime pas les gens agressifs... ils... f-font peur...

Oh le connard ! Il a fait allusion à Hayden exprès pour que Miss Page se sente mal à l'aise ! William ou l'art de détourner le sujet d'une conversation à son avantage... il devrait faire des cours de manipulation aux autres parce que là il est vraiment doué. C'est vraiment effrayant... »







Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» La plus grande fraude de l'histoire?
» La Grande Marée Qui Surbmergera Le Monde! (Résultat Des Sondages #1) [Avec de jolies images pour Tar... Car sinon il comprend rien...]
» Le début turbulent d'une grande amitier (PV Pelage Roux)
» Manger et boire restent un luxe pour la grande majorite!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hight Storm - Kaminari tōjō :: Zone détente :: Archives :: Le passé-
Sauter vers: