Intrigue #2

Une vague de peur

19 décembre. Paris.
Une vague de peur a fait trembler la capitale. Une vague de rumeur, qui s'est transformée en panique après l'arrivée de désolantes nouvelles. Michaël VanDertchen, tueur présumé d'une pauvre famille de Normaux, avait récidivé pour attaquer deux autres nouvelles familles. D'après les journaux, aucune des deux familles n'a survécu, elle n'avait aucune chance face à l'agresseur. Sur l'image du Paris Times, le visage de Sarah, 5 ans, sourit tristement au lecteur, un sourire immortalisé qu'on ne reverra jamais.
Lire plus

à adopter de toute urgence !

Partenaires Top

Rumeur Box

Liam — Un certain Courage aurait essayé de faire capoter mes plans... Faîtes attention à lui !
Inconnu — Eh vous savez quoi ? Apparemment un pervers d'Ombre draguerait la jolie Mia de Miroir ! Et ça serait réciproque... si quelqu'un pouvait les en empêcher...
Inconnu — A dit ça.

Top sites

Musique

©linus pour Epicode
En bref


Le recensement est terminé! La MàJ d'intrigue arrive bientôt et la MàJ graphique juste après!

Quand deux détraqués se rencontrent [PV Drela.]

 :: Zone détente :: Archives :: Le passé Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 13 Aoû - 14:09





Quand deux détraqués se rencontrent !




« Quelle heure est-il ? Impossible de le savoir avec précision mais une chose est sûre, nous sommes en plein après-midi puisque les élèves ont fini de manger depuis quelques heures déjà. Je n'ai pas trop la notion du temps aujourd'hui, j'ai encore une fois passé mon temps à observer William qui comme à son habitude s'amuse à emmerder le monde. Il a fait ça durant toute la journée ! Un vrai passe-temps j'te jure ! Il ne sait faire que ça, un coup il est aussi gentil et inoffensif qu'un petit enfant et la seconde d'après il se transforme en putain de sadique... ça perturbe beaucoup les autres pensionnaires qui le fuient comme la peste parce que l'éviter c'est éviter les ennuis ! Alors on le met au fond de la salle en espérant qu'il ne perturbe pas le cours, surtout on ne l'aborde pas même si c'est pour lui dire bonjour, même si c'est pour ramasser un stylo, on ne lui adresse pas la parole parce qu'on ne veut pas devenir la cible du petit sadique. Mais quand William n'a pas de jouet sous la main... il en cherche. D'ailleurs vous tombez bien ! Le voilà dans les couloirs en compagnie de deux élèves d'autres classe. Quoi ? Ah non il n'est pas devenu social, j'vous rassure tout de suite ! Il s'est juste attiré des ennuis. Comme d'habitude d'ailleurs. Faut bien qu'il s'occupe, sa vie est encore plus pourrie que celle d'une souris allant tout droit à la case dissection. Tiens ça me rappelle qu'un jour Will' a écrasé une souris, il était mort de rire ! J'crois qu'il se souviendra à jamais du dernier cri que l'animal a poussé, une sorte de "Shblaarf" ahah. Ou alors c'était ses organes qui avaient fait ce bruit-là... bref. Oui donc Will' est avec deux élèves, un Création et un Courage, pas si courageux que ça vu que ce dernier ne fait pas grand-chose pour empêcher le petit sadique  de faire une connerie. Le garçon tient l'élève  Création par le t-shirt tandis que l'autre "essaye" de calmer la situation sans vouloir contrarier le psychopathe. Ça va encore se terminer à l'infirmerie tout ça...

- Passe-moi ta bouteille. commence-t-il avec un sourire.
- Nan !
- Oh fais pas ton radin... Tu voudrais pas que je me déshydrate non ?
- Mais je m'en fous moi !
- Ce n'est pas gentil ça...

Sur ces mots William prend l'inconnu par le col et le soulève. Mon Dieu tout ça pour une bouteille d'eau... J'aurais compris s'il t'avait piqué de la bouffe, bon là t'aurais fait un meurtre mais quand même... De l'eau, quoi ! Tu bois quasiment jamais d'eau en plus ! L'eau ça n'a pas de goût, c'est même pas sucré alors je vois pas pourquoi tu déclenches une bagarre pour si peu... Sadique. L'élève Courage s'en mêle enfin vu qu'il a compris que la situation va dégénérer dans pas longtemps. Et ben c'est pas trop tôt ! Mais il n'a pas le temps d'avancer vers les deux jeunes gens pour intervenir car le petit sadique a déjà pris la bouteille d'eau de son camarade et l'a relâché. Et le voilà qu'il repart tranquillement comme si de rien n'était en sifflotant... Non mais c'est pas la fête au village hein, tu t'es cru où ?! Tu peux pas te comporter normalement pour une fois ?! Raah j'abandonne... En plus la "victime" est tenace et ne veut visiblement pas partir avant d'avoir récupéré ce qu'on lui a pris. Cet inconscient rattrape Will' et lui donne des coups dans la jambe en hurlant un truc qui ressemble à "Mais rend-la-moi" ! Genre ! Un Création est plus courageux qu'un Courage ! On aura tout vu dans cette académie. Les élèves sont même pas classés correctement ! Enfin bref tout ça a franchement dû agacer William puisqu'il se tourne à nouveau vers le type en tirant une putain de tronche d'assassin trop flippante. Hey, tu serais parfait pour jouer le méchant dans les films d'horreur. Vraiment. T'as foutu la trouille a tout le monde avec ton regard...

- Tu la veux tant que ça ta bouteille ? Et bien prend-la.

Non William, soit gentil je t'en supplie ne pète pas un câble... Trop tard. Il écrase la bouteille dont le contenu se déverse sur la tête de son pauvre camarade et une fois cette dernière vide, il la lui jette en pleine gueule. Voilà qui a jeté un froid parmi les spectateurs ! L'élève en Création part au courant limite en pleurant sous les yeux amusés de notre brun au t-shirt superman... Et un élève traumatisé de plus, un... L'élève Courage revient à la charge telle une furie. Ah ces élèves se sont vraiment de vrais bourrins sans cervelle !

- Qu'est-ce qui t'a pris ?!
- C'est marrant.
- T'aurais pas dû faire ça !
- Ouais t'as raison... franchement j'ai été con... Je n'aurais pas dû gaspiller une bouteille d'eau pour ce parasite.
- Mais ce n'est pas ça que...
- Ta gueule, tu me fatigues.

L'élève qui lui fait face s'arrête soudainement en regardant quelque chose derrière William puis décampe aussitôt... Le petit sadique n'a pas le temps de se retourner qu'il sent qu'on l'attrape fermement par le bras. Et... il tombe nez à nez sur un surveillant. Qui a tout vu de la scène bien évidemment ! Haha c'est bien fait pour ta gueule, tu l'as bien cherché ! Heures de colle en vue !

- J'adore votre chemise.
- Tu remplaceras les agents d'entretien ce soir. Ça va te calmer !
- Aucun problème.
- En attendant va immédiatement dans ta chambre sinon je te rajoute des corvées !
- Oh, j'croirais entendre ma mère... Enfin pour être tout à fait honnête je n'avais pas le droit d'aller dans ma chambre, c'était son lieu de travail. Pff... C'était vraiment galère de jeter les capotes usagées après.

Le surveillant le regarde avec des yeux horrifiés. Pleins de choses doivent lui passer par la tête en ce moment, du genre "Pauvre petite chose qui a vécu une enfance difficile !" ou encore "sa mère doit vraiment être horrible..." ou alors "Le pauvre enfant a dû être traumatisé... c'est peut-être pour ça qu'il est si violent avec les autres !" et j'en passe. En tout cas cette simple phrase a eu le mérite de remettre en question l'attitude du surveillant qui semble être en plein débat intérieur. Il doit peut-être se prendre pour un psy et avoir pitié du petit sadique, d'ailleurs ce dernier en rajoute une couche en baissant timidement la tête et détournant le regard... ARRÊTE DE MANIPULER LES AUTRES COMME CA ! C'est énervant ! À tous les coups l'autre con va tomber dans le panneau...

- Bon hum... je lève la sanction pour cette fois... mais que je t'y reprenne plus ! Et va quand même dans ta chambre... Et... si tu as besoin de parler de tes problèmes, tous les adultes sont dignes de confiance ici. Tu verras, c'est mieux que de martyriser tes camarades.
- D'accord. Je peux y aller maintenant ?
- Vas-y mon petit !

Mon petit ?! Il s'est pris d'affection pour William ?! Mon Dieu tuez-moi. Et voilà le "petit William" qui repart comme si de rien n'était, les mains dans les poches ! C'est pas possible... à ce rythme il va réussir à berner toute l'académie. En même temps il a une gueule de ptit ange, ça aide ! Non mais ho, vous savez que Will' est super-dangereux comme type ? EH OHH ! Il peut tous vous décapiter pendant votre sommeil !! Et personne ne s'en rend compte ?! C'est pas possible. C'est...aberrant.

Il rentre dans sa chambre qui se trouve d'ailleurs dans le couloir où il a foutu la merde quelques secondes plus tôt et se jette sur son lit en baillant. Il n'a même pas le temps de piquer un petit somme avec son masque de nuit que la porte s'ouvre de nouveau.

- Je dors, j'y suis pour rien c'est pas moi.

Il est vachement sur la défensive ! Enfin ça se comprend, il a passé sa journée à faire des blagues stupides alors il y a risque de représailles. En espérant que ça ne soit pas un foutu "adulte" qui viendrait squatter pour jouer au psy...  »







Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 14 Aoû - 19:37





Quand deux détraqués se rencontrent
▼ with William Crowford ▼



Je crois que Drela était de mauvaise humeur. Bon ouai elle est souvent de mauvaise humeur mais la c'était d'une rare agressivité peut-être. Elle s'est réveillée, la première chose qu'elle a fait c'est de foutre en l'air son oreiller. Elle s'était débattue dans les plumes, essayant de retrouver son téléphone et une fois que c'était fait, elle l'a balancé contre un mur. Ce putain de truc de merde en plastique avait sonné à 9h. Comment ça on était en semaine et qu'il y avait cour ? Osef elle n'allait jamais travailler avec 10 heures, les professeurs s'étaient habitués. Les élèves aussi, ils s'en foutaient qu'elle arrive en retard. Et elle dormait aussi tout l'après midi, après le repas. Sauf que là, à 9 heures, ça lui faisait 1 heure à glander dans les couloirs. Alors vive l'emmerde, elle devait aller faire chier des gens.
Elle passa une main dans ses cheveux et les détacha. Les couettes, c'est bon pour manipuler les adultes, faire voir qu'on est mignonne toute plein et qu'on fait pas de bêtises. Elle alla glander dans les couloirs. En une heure, elle interrompit une classe en défonçant une porte, prit en otage un gamin de cinq ans contre un délestage de corvée de nettoyage, embrassa une douzaine de personnes, dont des filles, tripota un professeur sexy, visita le bureau du proviseur, reçu une heure de colle pour avoir touché les fesses d'un camarade et lui fit croire qu'il était nu devant elle. Bref une matinée assez banale quoi.

Elle était en train de traîner dans les couloirs en sautillant et en regardant sa ahem, magnifique poitrine sauter quand elle stoppa et regarda un élève de sa classe se faire réprimander par un surveillant. Mon petit ? Nya mais que ce pion était con ! Elle le connaissait ce mec, William Crowford, un mec de sa chambre. Trop bizarre, trop marrant, c'est pour ça qu'elle l'aimait bien. En plus il faisait chier tout le monde, alors ça la divertissait un peu. Manque que le pop corn et elle se serrait assise au milieu du couloir en criant "Vas-y Sensei, défonce lui la face !". Oui elle trouvait presque qu'il pouvait être son maître et lui apprendre l'art de faire chier les gens. Elle le vit rentrer dans leur dortoir et lui emboita le pas.

- Je dors, j'y suis pour rien c'est pas moi.

Elle se pencha sur le lit où était étalé le jeune sadique et le dévisagea d'un air curieux. Elle aimait bien ses mèches blondes châtains (-châtaignes ?) et l'air blazé qu'il abordait toujours. Car il n'y avait que les Miroirs qui connaissait un peu le caractère de ce mec étrange. Car généralement, la drague, la séduction et la manipulation ne peuvent pas marcher contre des gens qui maitrisent ses trois critères. Elle prit un air sadique joyeux

- T'as encore joué de ton physique neh neh Will-kun ? Et t'as encore gagné ?

Elle haussa un sourcil, c'est marrant elle avait l'impression de se trouver devant son "elle" masculin. Bien qu'il n'était pas trop tourné vers la drague. Elle plissa la bouche, mit ses mains sur ses hanches et fit une moue désabusée.

- Tu vas finir par t'attirer des ennuis Will-kun...

Un surveillant entra en coup de vent puis, quand il aperçut Drela il lui fit signe. Pas de doute, on voyait bien les cheveux roses de loin. Il serrait quelque chose contre lui et avait un air qui ne présageait rien de bon. Il la regarda d'un air contrarié :

- La prochaine fois que tu caches des couteaux dans ton casier, assure-toi que ton nom n'est pas marqué dessus...

Drela le regarda avec des yeux ébahis en voyant ses couteaux chéris dans ses mains. Elle les lui arrache et les serra dans sa poitrine pulpeuse en poussant un gémissement de diva. Franchement, on aurait dit qu'elle retrouvait des parents proches...

- Han mes chéris on vous a trouvé... Ne vous inquiétez pas, sourit d'un air sadique la jeune fille en jetant un coup d'oeil flippant au surveillant, Maman vous trouvera une autre cachette. (Il y eut un silence et elle explosa d'un rire cristallin en apercevant l'air décomposé du pion : ) Je rigole bien sûr ! Ils sont en mousse, sourit elle en usant de son parfum de métal pour faire croire qu'elle les pliait et les tordait.

Il eut un air sceptique, haussa les épaules et ferma la porte, plongeant les jeunes dans le noir. Drela prit un air froid et joua avec la pointe des couteaux. La dextérité avec laquelle elle les maniait faisait presque peur. Son regard vide était pourtant concentré sur le cadavre qui dégoulinait de flemme sur son lit, à côté d'elle. Mais son regard vide avait beau l'être, il n'était pas pour autant neutre, il luisait à l'intérieur une flamme de vengeance, de haine, de colère et de violence.

- Con de pion.

Elle lança les trois couteaux un par un et chacun alla se planter l'un en dessous de l'autre, sur un poster d'un idole de métal ancienne, avec des "TCHING" retentissants.




©Etyncelle2014
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Quand deux ne font qu'un
» Quand deux destins se ressemble et s'assemble...
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]
» Quand deux paramecias se heurtent (Flashback PV Hikari)
» Quand deux destins se croisent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hight Storm - Kaminari tōjō :: Zone détente :: Archives :: Le passé-
Sauter vers: