Intrigue #2

Une vague de peur

19 décembre. Paris.
Une vague de peur a fait trembler la capitale. Une vague de rumeur, qui s'est transformée en panique après l'arrivée de désolantes nouvelles. Michaël VanDertchen, tueur présumé d'une pauvre famille de Normaux, avait récidivé pour attaquer deux autres nouvelles familles. D'après les journaux, aucune des deux familles n'a survécu, elle n'avait aucune chance face à l'agresseur. Sur l'image du Paris Times, le visage de Sarah, 5 ans, sourit tristement au lecteur, un sourire immortalisé qu'on ne reverra jamais.
Lire plus

à adopter de toute urgence !

Partenaires Top

Rumeur Box

Liam — Un certain Courage aurait essayé de faire capoter mes plans... Faîtes attention à lui !
Inconnu — Eh vous savez quoi ? Apparemment un pervers d'Ombre draguerait la jolie Mia de Miroir ! Et ça serait réciproque... si quelqu'un pouvait les en empêcher...
Inconnu — A dit ça.

Top sites

Musique

©linus pour Epicode
En bref


Le recensement est terminé! La MàJ d'intrigue arrive bientôt et la MàJ graphique juste après!

Virée nocturne [PV Drela McDoel]

 :: Zone détente :: Archives :: Le passé Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 31 Aoû - 21:27


Virée Nocturne

A la base je pensais avoir eu une hallucination mais non je ne me trompais pas , je venais bien de voir Drela quitter l'académie en douce . Je fais quoi je la laisse partir seule en faisant comme si de rien était ? non , j'étais beaucoup trop inquiet de ce qui pourrais lui arriver lors d'une de ses magouilles tordues . Je fis donc attention que personne ne remarque et suivis Drela hors de l'enceinte de l'établissement . Elle filait de ruelles en ruelles et moi je gardais bien mes distances le visage cachait sous ma capuche , mais ou est ce qu'elle peut bien aller ? A ma montre il était 18heures et les lueurs du soleil s'estompaient déjà . Déjà que l'extérieur de l'académie est dangereux si en plus on se ballade de nuit je craind le pire alors par précautions j'invoquais mon épée et la cachait dans ma manche . Je n'étais pas encore sûr de l'endroit vers lequel elle se dirigait mais une chose était certaine on s'éloignait du centre de la ville et se rapprochait des banlieux . C'est aprés une bonne heure de marche dans les ruelles de plus en plus sombres de paris qu'elle arrivait a destination , la limite nord des quartiers résidentielles de Paris , j'aurais préféré n'importe ou mais pas ici , surement le quartier le plus mal famé de toute la ville . Je gardais toujours mes distances et observé ce qu'elle pouvait bien faire ici en pleine nuit . Elle s'avançait face a un immeuble ou deux gaillards bien baraqués gardaient l'entrée , sans même savoir comment les deux hommes s'éfondrairent comme deux mouches et Drela s'appreta a ouvrir la porte d'entrée . Alors même qu'elle posait sa main sur la poignée elle fit projetée et son corps finis son trajet en se fracassant a la façade de l'immeuble de l'autre coté de la rue . C'est alors qu'un groupe d'altéré sortirent du hall de l'immeuble et commencérent a se dirigé vers elle , ils étaient cinq et elle gisait inconsciente au sol sans signe de vie . Sans même réfléchir a comment j'allais procédé je m'élançais droit sur les malfrats profitant de l'obscurité pour frapper en premier ma lame ne fit qu'une bouchée de la tête du premier qui roula sur le sol suivit de la chut de son corps . Le temps qu'ils réalisent ma présence j'en tué un deuxiéme , puis un troisiéme dans la foulée et je me positionnais alors entre les deux derniers et Drela . Je n'avais pas le temps de jouer ou même de discuter , mon bouclier apparaissait en un éclair et de la plus puissante des lumiéres que je puisse créer j'éblouissais mes adversaire avant de les transpercer de ma lame en une fraction de seconde . Il n'était pas bien fort mais l'effet de surprise était la raison de la courte durée de ce combat . Je fis alors disparaitre mes armes et me précipitais auprés de Drela , elle respirait et son coeur battait de maniére normal , il y avait uniquement du sang a l'arriére de son crane , elle avait du se cogner la tête lors de l'impact . Aprés avoir minutieusement vérifier qu'elle n'avait aucun membre cassé je la pris sur mon dos et en utilisant mon pouvoir de déplacement atteignit le toit d'un des immeubles la ou je savait qu'on serait en sécurité . Je la déposait alors délicatement au sol , mis mon sweat sous sa tête pour faire office d'oreiller et lui donna de légére tapes sur le visage pour la réveiller :

- "Drela ! Drela ! réveil toi ! aller réveil toi me fait pas ce coup la ! DRELA ! "

Elle repris alors connaissance , et lorsque que je vis son regard et entendis ses premiers mots je compris qu'on avait un sérieux probléme ...

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 31 Aoû - 23:17


Virée nocturne
Drela & Lunaria


Tu avais eu un job par un de tes nombreux clients. Celui de rechercher une personne en particulier et de la tuer. Malheureusement, cette personne était un Normal et il possédait un gang étendu dans les quartiers du Nord de la capitale. Ton but était de réussir à l'approcher sans te faire démasquer, et de réussir à le tuer. Pourquoi devais-tu faire ça, tu n'en avais aucune idée, mais tu allais le faire, parce que ça devait te ramener un sacré paquet d'argent. Money money, tu en avais bien besoin ces temps-ci. Le seul problème était que cet homme en question s'entouraient de garde du corps et avait corrumpu des hommes Indésirables, qui travaillaient désormais pour lui. Tu devais donc aussi passer ceux-là.

Tu enfilas donc une tenue assez mignonne, soit une jupe très courte, un haut décolleté qui moulait tes formes, des collants transparents et des talons. Tu avais opté pour un style assez féminin, car ton employeur t'avait dit qu'il adorait les jeunes filles, et qu'il lui avait dit, en se faisant passer pour un fournisseur, qu'il lui envoyait une de ses filles pour le divertir. Chef qui avait apparemment très vite accepté. Tu avais sourit et avait dit que ça serait vite terminé. Tu étais totalement confiante dans tes capacités d'assassin.

Du coup, tu étais sortit en douce de l'académie, mettant sur tes épaules une grande cape noire, et partait en direction du quartier nord des habitations Normales. Tu connaissais le chemin, tu l'avais bien évidemment appris par coeur. La nuit était frâiche, mais tu t'en fichais. Tu ne pensais à l'instant présent qu'à comment tu allais t'y prendre pour le tuer. Sang. Violence. Cadavre. Une distraction parmi tant d'autres, mais elle te plaisait tellement. Tu arrivas enfin devant la porte que tu cherchais. deux colosses barraient l'entrée. Tellement facile. Tu créas une illusion de toi et pendant qu'ils croyaient voir une jeune fille soumise demander d'entrer en présentant le formulaire, tu leur plantait deux jolies lames de couteaux dans la nuque. Hop vite fait bien fait et pas de bavure. Les corps disparurent dans la benne à ordures juste à côté. Tu posas ta main sur la poignée. NON ! Pourquoi tu as fait ça ? A la dernière minute, tu remarquas la forme derrière la porte en verre, les bras croisés. Est-ce qu'il t'as vu ? Tu n'en sais rien. Mais c'est trop tard, ton doigt était sur la poignée et tu sentais un courant passer dans ton corps. Porte piégée anti intrus. ne peut-être désamorcée que de l'intérieur, après que l'habitant soit sûr de l'identité de la personne. Ton corps était projeté dans les airs, tu grognas mais n'eut même pas le temps de finir. Tu t'écrasas contre le mur et ta conscience te dis tout simplement fuck. Tu n'aimais pas plonger dans le noir... non au secours...

*     *
  *

Tu ouvres un oeil. Une personne était en train de te percer les tympans.

- "Drela ! Drela ! réveille toi ! aller réveil toi me fait pas ce coup la ! DRELA ! "
Drela ? Tu regardes autour de toi, vois les cadavres, du sang partout, tellement de violence. Oh mon dieu. Qu'est-ce que c'est que ça ? Tu es prise de tremblements, c'est tellement affreux. Tu as envie de vomir. Tu te retiens avec peine, mais tu deviens encore plus pâle que tu ne l'étais. Puis tu regardes le garçon qui fait que de crier. Ta vision s'affirme tu vois ses cheveux blancs, son beau visage, ses yeux bleus. Tu croises les bras, comme si ça allait te protéger de lui. Tes cheveux roses tombent sur tes épaules, ta coiffure complètement défaite.

- Mais qui êtes-vous ? Et qu'est-ce que je fais là ? Que s'est-il passé ? Et qui suis-je ?

Ton interrogation est sortie. Quel est cet immense bordel ? Pourquoi y a-t-il des morts ? Quelle genre de personne es-tu ? Qui est ce jeune homme qui à l'air de tenir tant à toi ? UN ami ? Un proche ? Ton copain ? Tu commences à paniquer et essaye de te lever pour t'enfuir, mais ta tête te ramène à la réalité. Tu t'effondres sur le pavé. Tu as mal. Tu commences à sangloter, voulant échapper à tout ça.

- Q-qui êtes vous à la fin ? que me voulez-vous !

Drela reprends-toi. Des larmes coules de tes joues, ta jupe est sale, pleine de sang. Ta cape aussi. Qu'est-ce que tu fichais avec une cape ? Tu angoisses de plus en plus et tes tremblements augmentent. Tu veux t'en aller d'ici, fuir ce garçon, les gens par terre. Tout. Tu veux voir quelqu'un que tu connais. Et vite.




Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 4 Sep - 19:29


Virée Nocturne

Dieu merci elle était reprenais ses esprits et comme un reflexe je voulais la serrer contre moi mais quelque chose me freina instantanément ,... Drela ne me reconnaissait pas . Le choc qu'elle avait pris sur la tête avait surement du lui causer une amnésie , ou alors est ce encore une de ses blagues tordues ? Non elle a belle est bien perdu la mémoire , comment je le sais ? la terreur qui se déssinait sur son visage et ses yeux remplis d'éffroi trahissait sa situation de stress . Qu'est ce que je suis censé faire ? Tout le sang autour de nous ne fais qu'augmenter sa peur et par dessus tout elle pense que suis en train de l'agresser ...

-"Calme toi Drela , c'est moi Lunaria Koryuto ...ton..."

Quoi répondre ? Comment réagirais une fille normale si une personne totalement inconnu lui sortais qu'il est son serviteur dont la vie entiére lui apartient ? On est seul en pleine nuit , la situtation lui fait surement penser a une aggression , il n'y a qu'une seule chose que je puisse dire pour la rassurer ...

-"Je suis ton ... petit ami ! Tu ne me reconnais pas ? "

Je ne l'avais jamais vu dans un état de vulnérabilité pareil . Elle ne peut pas bouger car surement encore abassourdie par le choc et j'ai l'impression d'être face a une Drela pure et innocente ... totalement l'opposé de ce que j'ai toujours vu en elle.

-"On est a paris et tu t'es faite agressée , il faut pas que tu bouges vu le coup que tu as pris sur la tête "

Je vais vraiment en prendre pour mon grade quand elle retrouvera la mémoire , m'être fait passer pour son petit ami pour la calmer j'pense qu'elle va pas apprécier .Le vent du soir était glacé et l'endroit ou nous étions n'étais pas réellement a l'abris du vent . Je m'approchais alors lentement d'elle pour éviter de l'effrayer :

-"Approche tu vas avoir froid ..."

Comment est ce que je vais faire si elle n'en crois pas un mot ? Et comment je suis censé faire pour lui faire retrouver la mémoire ...?

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 5 Sep - 12:48


Virée nocturne
Drela & Lunaria


"Calme toi Drela , c'est moi Lunaria Koryuto ...ton..."

Ton quoi ? Agresseur ? Violeur ? Que t'avais fait cet homme ? Tu as envie de t'enfuir en courant et de serrer une peluche rose pour te remonter le moral, mais tes jambes et ta tête refusent de bouger d'un millimètre.

-"Je suis ton ... petit ami ! Tu ne me reconnais pas ? "

Ce mot te calme un peu. Ah bon tu sortais avec ce beau jeune homme ? Et qu'est-ce qu'il avait bien pu te trouver quand même ? Tu as beau le regarder sous toutes les coutures, non, pas moyen de te rappeler si tu l'avais déjà vu ou non. Tu lâches un peu ta cape, car apparemment tu devais connaître au moins celui là, et c'était rassurant. Mais peut-être qu'il te mentait ? Qu'il faisait ça pour t'attirer, te violer et te tuer, comme un dangereux psychopathe ? Peut-être ! Tu recules encore plus, te colles au mur, lui faisant bien comprendre que tu ne le croies pas le moins du monde. Tu bégayes maladroitement :

- J-je veux une... p-preuve... Tu es peut-être un d-dangereux pervers...

Ton inconscient se fout un peu de ta gueule, quand tu vois l'air inquiet sur son visage et sa tête d'ange, c'est censé être toi la psychopathe mais tu le t'en rappelles plus. Il essaye de te calmer, mais c'est peine perdue. Tu te rappelles même pas de ton nom ! C'est lui qui t'as appelé comme ça !

-"On est a paris et tu t'es faite agressée , il faut pas que tu bouges vu le coup que tu as pris sur la tête "

Tu exploses en larmes. Voilà tu t'es faite agressée ! Pourquoi ? Est-ce que tu étais une jeune fille perdue et innocente et ils ont voulu t'attraper, et cet homme est venu à ton secours ? Ou alors tu les as tous tués et ce mec est celui qui t'as fait perdre la mémoire ? Tellement de scénarios te viennent à l'esprit, tu ne sais pas lequel est le bon. Déjà, tu sais que tu es à Paris. Tu touches la sérieuse bosse à l'arrière de ta tête et ressorts tes doigts pleins de sang. Tu paniques encore plus et pleures. Sérieux arrête ça. En plus le mec s'approche de toi avec sa veste, comme s'il approchait un chat peureux. Ton cerveau passe un peu en mode survie et tu t'imagine qu'il veut t'attraper. Tu as super peur, tu te lèves d'un bond en criant et t'enfuis dans une ruelle, courant de toutes tes forces.

- NOOOON ! Ne me tue paaaas !

Tu te cognes partout, tu as froid tu as peur. Tu es totalement dans l'inconnu. Les poubelles, les murs, tu shootes même dans un clochard qui dort par terre. Tu cries et continues de courir, espérant trouver une cachette. Mais va trouver un coin quand tu ne sais même pas ou tu vas... Tu sais que le garçon te suis. En même temps tu espères qu'il te rattrape et que tout ça soit fini.





Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 9 Sep - 15:44


Virée Nocturne

Comme il fallait s'y attendre elle avait pris peur et s'était enfui.

- "Nooon ne me tue pas !"

j'essayais tant bien que mal de la rattraper dans les ruelles sombres et étroites mais que faire ? elle est effrayé et pense que je suis son aggresseur alors si je la rattrapais elle serait d'autant plus effrayer ...De tout façon pas moyen que je la laisse partir seule dans cette état surtout vu la zone dans laquelle on se trouve . Ses blessures risquent de s'aggraver si elle continue a se cogner dans tout les sens . Au moment ou j'étais sur le point de mettre la main sur elle et l'arreter dans sa course un bras sorti d'une ruelle paralléle se saisit d'elle et une lame se glissa sous son cou .

-"Alors les amoureux j'vous ai enfin retrouvé ... sale chienne j'vais te faire payer c'que tu nous a fait a moi et mes gars ! et toi si tu bouge d'un seul poil j'lui tranche la gorge et ADIEU TA CHERIE !!! ahahahahah "

Mon rythme cardiaque s'était ralenti , j'étais étrangement calme . Il fallait que je réfléchisse a un moyen de la sortir de la et de nous mettre une bonne fois pour toutes a l'abris . Au moindre mouvement que je ferais il l'a tuera a moins que ... Je matérialisais mon armure directement sur Drela et avant même que l'ennemi ne s'en rende compte j'avais enveloppé son corps d'une armure en acier que sa lame n'érinterais pas . Je m'élançais alors d'un bon sur lui et planta ma lame en plein dans son coeur .

-"meurs!"  

Encore du sang , toujours du sang , peut importe ou elle se trouve il y a des lacs de sang . Mais dans son état actuel cette agression n'a pu que m'aider a lui prouver que je ne lui veut aucun mal . Mon armure est relié directement a moi par lien énergétique alors quiconque s'y trouve ressent les sentiments que je lui porte ..en général ce sont des ennemis que j'immobilise pour mieux les tuer mais la ... c'était pour la protéger . Je dématérialisais alors l'armure et pris Drela dans mes bras :

-"ça y est ? tu me crois maintenant ?"

Elle tremblait encore de peur , le sang teintait les murs de la ruelle et son visage était collé contre mon torse .

-"Si tu ne me crois pas alors tue moi ..."

Je glissais le manche de mon épée dans sa main et me mis a genoux a ses pieds

-"car ma vie t'appartiens !"
 

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 13 Sep - 22:30


Virée nocturne
Drela & Lunaria


D'un coup, quelqu'un surgit de la ruelle et t'attrape par le cou. Tu paniques, tellement que si tu continue, si pourrais t'enfoncer le couteau toute seule comme une idiote.

-"Alors les amoureux j'vous ai enfin retrouvé ... sale chienne j'vais te faire payer c'que tu nous a fait a moi et mes gars ! et toi si tu bouge d'un seul poil j'lui tranche la gorge et ADIEU TA CHERIE !!! ahahahahah "

Tu te remets à pleurer. Est-ce que ta vie est aussi mouvementée d'habitude. Mais qui es-tu donc pour avoir une malchance pareille ? Et d'où il sort ce psychopathe de roman d'horreur. Oh mon Dieu, il a même l'haleine qui va avec. Tu sanglotes, et a la drôle de pensée qu'un couteau entre les deux yeux ne lui ferait pas de mal. Aussitôt tu écarquilles les yeux mais trop tard, l'idée est déjà  partie, tu ne t'en rappelle même plus. A quoi est-ce que tu pensais déjà ? Tu ne le savais pas mais ton inconscient oscillait entre mémoire et amnésie. Mais pour le moment, ton amnésie était toujours la plus forte et de loin.

Ton ami semble calme. Est-ce qu'il faisait parti de ce complot ? Il est avec lui ? Pourtant, l'homme le menaçait avec toi. Donc ça signifiait que Lunaria est ton allié. Mais a peine tu es pensé à ça qu'un lourd objet se pose sur toi, comme une armure. Oui c'est ça, tu as une armure énorme qui t'habillait. MAIS POURQUOI ? Ton ami saute sur l'homme derrière toi en hurlant :

-"meurs!"

Sympathique. En tout cas, le fait d'avoir cette forteresse sur toi te fait t'écouler, elle est beaucoup trop lourde et tu nous fais une crise de claustrophobie.

- KYAAA !

Tu tombes a genoux, en tremblant. Mon dieu mon dieu mon dieu. L'armure s'en va et tu t'écroules par terre. Tu fermes les yeux, tu ne veux pas voir l'homme qui vient de mourir, une épée dans le torax. Lunaria te prends dans ses bras.

-"ça y est ? tu me crois maintenant ?"

Tu ne lui réponds pas. Mais tu es bien dans ses bras, c'est rassurant et ça te rappelle quelque chose. Tu serres sa taille avec tes petits bras, encore toute tremblante de peur. Décidément, il ne t'as jamais vu comme ça, il doit être très choqué. Hein quoi ? Il ne t'as jamais... ? Encore une fois ta pensée a disparu, pas moyen de retrouver ce que tu as pensé.

-"Si tu ne me crois pas alors tue moi ..."

Il glisse le manche de son épée dans ta main et se met a genoux a tes pieds. Non pourquoi est-ce qu'il fait ça ? Tu essuies une larme. Il veut que tu le tues ???? MAIS MAIS MAIS !

-"car ma vie t'appartiens !"

Tu lâches l'épée comme si elle t'avait brûlée. Elle rebondit contre le pavé mais tu t'en fiches tu te jette au cou de Lunaria et pleure dans sa nuque. Sa peau est chaude et elle sent bon. Même ses cheveux ont l'air doux et agréable. Tu aurais aimé rester comme ça plus longtemps.

- Tu es fou ? J-je ne me rappelle pas de toi m-mais je ne vais pas te tuer ! (Tu marques une pause, sanglotant encore un peu : ) Thanks you... t-tu m'as sauvé la vie de cet affreux pervers...

Olala si tu savais ce que tu étais réellement Drela. En tout cas tu avais l'air tellement pure fragile et innocente que c'était étrange. Tu te blottis dans ses bras comme un chaton mort de peur et écoute battre son coeur, restant ainsi plusieurs minutes sans rien dire. Alors tu es soit-disant en couple avec lui ? Quel chance tu avais... Mais un truc te chiffonne. Tu relèves la tête et passe une main distraite sur sa joue.

- Dis... On est vraiment ensemble ? Ton geste de tout à l'heure faisait plutôt penser à un maître et son esclave...

Tu es un peu perplexe oui. En même temps il y a de quoi. Tu venais de perdre la mémoire, il y avait du sang partout, ton petit copain avait l'air de t'être soumis et tuait les gens avec l'aisance d'un mercenaire. ça en fait beaucoup à avaler.




Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 14 Sep - 10:26


Virée Nocturne

Un maitre et son esclave...la voila la vraie version mais dois-je la lui révéler ou attendre que sa propre mémoire revienne . Pour l'instant elle a confiance en moi et crois réellement que nous sommes ensemble et si cette situation peut la garder calme alors autant la maintenir . Elle était la blottie contre moi avec un air si pure , qui pourrait bien penser que dérriére ce visage angélique se cache une psycopathe avide de violence . En y réfléchissant bien j'ai l'impression qu'elle a toujours cette part en elle innocente mais elle est tellement vulnérable sous cette forme qu'elle s'est crée un voile protecteur qui a changer radicalement sa personnalité , du moins c'est ce que je pense . Ce bref instant durant lequel nous étions dans les bras l'un de l'autre paru duré une éternité comme ci tout ce qui venait de se produire s'éffaçait de nos mémoires , mais pas de temps a perdre ici je dois lui expliquer mon comportement et trouver un endroit où passer la nuit sinon ce genre d'altércations ne vont cesser de se reproduire :

-"C'est plutot une longue histoire mais ce que je peux te dire c'est que nous nous sommes mis ensemble trés récemment , avant cela et encore maintenant je suis l'homme a qui tu as épargné la vie et qui en retour te l'a offerte "

Je la soulevais alors et la portais son visage toujours dans le creux de mon cou .

-"Il faut qu'on trouve un endroit où passer la nuit , ces ruelles sont trop dangereuses et impossible de te porter jusque l'académie sans risquer de se faire rattraper en route"

J'enfonçais alors la porte d'entrée d'un immeuble voisin qui semblait abandonné , montais au premier étage et enfonçais une deuxiéme porte pour entrer dans un des appartements . Il semblerait que ses habitants l'aient quitter dans la précipitation vu que tout était encore présent a l'intérieur, mais personne n'y était entré depuis longtemps vu la couche épaisse de poussiére qui recouvrait chaque meuble . J'emmenais alors Drela dans la chambre , d'une mains je débarrassais le lit de son drap plein de poussiére et je la déposais délicatement sur le matelat . Si tout est encore présent dans l'appartement je devrais pouvoir trouver de quoi soigner sa plaie a la tête et les éraflures qu'elle avait un peu partout sur le corps .

-" je reviens de suite je vais chercher de quoi te soigner .."

Comme je l'espérais il y avait bien une trousse de secours dans la salle de bain , je la ramenais alors avec moi dans la chambre et m'asseyais prés de Drela . Malgrés qu'elle se soit calmer elle semblait encore perdu et pour sur sa mémoire n'étais pas revenu sinon je ne serais déjà plus de ce monde . J'ouvrais alors la trousse de soin , imbibais une compresse d'anti-septique et m'approchais délicatement d'elle :

-"ça va piquer un peu "
 

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 15 Sep - 11:33


Virée nocturne
Drela & Lunaria


-"C'est plutot une longue histoire mais ce que je peux te dire c'est que nous nous sommes mis ensemble très récemment , avant cela et encore maintenant je suis l'homme a qui tu as épargné la vie et qui en retour te l'a offerte "

Tu écarquilles tes grands yeux roses. Décidément, ta vie est plutôt mouvementée. Tu lui avais épargné la vie ? Et il t'avait offerte la sienne ? Keskispasse-t-il donc enfin ? Puis il te soulève, comme si tu ne pesais que quelques kilos. Tu es bien dans se bras décidément. Est-ce que c'était ça que l'on ressentait quand on était en couple avec quelqu'un ? Tu rougis et n'ose plus le regarder en face.

-"Il faut qu'on trouve un endroit où passer la nuit , ces ruelles sont trop dangereuses et impossible de te porter jusque l'académie sans risquer de se faire rattraper en route"

Tu rougis encore plus. Oui, vous êtes tous les deux dans une ruelle, toi à moitié nue, fallait pas rester là. Il enfonçe une porte avec facilité, on dirait qu'il n'est pas vraiment humain. C'est vrai ça ! Elle ne l'avait pas capté tout de suite mais c'est pas normal de se trimbaler avec une épée et une armure, qui se matérialise qui plus est. C'était quoi ça, de la magie ? Il faut que tu lui demande, mais tu as l'impression que tu vas dire une bêtise. Tu décides donc de te taire, attendant le bon moment. Toujours dans ses bras, il trouve finalement un appartement qui a l'air quasi intact, avec un lit entier, juste poussiéreux. Bon sang c'est toi ou ce mec à un pot incroyable ? Un appartement juste poussiéreux avec encore tous les meubles, c'est étonnant qu'il n'ait pas encore été pillé. Lunaria te pose sur le lit avec délicatesse et tu pose une main sur ta tête, c'est fou comme elle t'élance.  Tu mordilles ta lèvre inférieure dans un geste tout à fait charmant, s'il ne t'avait pas déjà vu le faire en étant une véritable harpie.

-" je reviens de suite je vais chercher de quoi te soigner .."


T'as pas envie qu'il s'en aille. Même d'une pièce. Elle te fait peur cette maison, elle grince, elle sent le renfermé et elle est froide. Tu pousses un gémissement quand tu le vois partir, ça y est tu es toute seule. Tu attrapes un oreiller et le serre fort, comme pour te protéger. Il revient finalement avec une trousse de secours. Purée cet homme est un dieu, il a tout. Il s'assoit finalement à côté de toi, approchant une compresse.

-"ça va piquer un peu "

Tiens, ça te rappelle quand ton mentor de te mettait de l'alcool sur tes laies, quand tu t'étais battue trop fort. Qui ça ? Tu avais un mentor ? Qu'est-ce qui te fais dire ça ? Du coup, tu recules légèrement, évitant la compresse. Tu veux pas te souvenir de cet homme, tu ne sais pas pourquoi, mais juste le fait de te rappeler d'un professeur te fait peur. Mais finalement, tu te dis que Lunaria ne doit pas être comme lui. Il passe ton délicatement la compresse et tu gémis. Ca piiiique ! Tu lui attrapes le poignet en réflexe et le flacon tombe de ses mains. Mais avant qu'il rencontre le sol, tes réflexes ressortent et tu l'attrapes au vol. Tu es surprise. Depuis quand tu as des mouvements aussi rapides toi ? Puis tu te rappelle de la question que tu devais lui poser :

- Lunaria... C'est de la magie ce que tu as fait tout à l'heure avec ton armure ? J-je ne sais pas ce qu'il s'est passé...


Eh oui. Tu as complètement oublié les Indésirables et leurs Altérations. Tu ne te rappelles même plus de la tienne. Si tu tenais l'idiot qui t'avais enlevé la mémoire, tu l'aurais plus étripé que l'a fait son copain. Oui c'est sur. Puis ton conscient se connecte un peu : tu es seule avec un garçon, ton copain en plus, dans une chambre, tous les deux sur un lit. Tu rougis et enfonce vite un oreiller dans ta tête pour pas qu'il te voit. Mais mon dieu à quoi pense-tu ?! Non non non ! Mais enfin c'est ton petit ami... Est-ce que.... est-ce que vous l'avez déjà fait ? Tu as une expression d'effroi. Mais il a dit que ça faisait pas longtemps que vous étiez ensemble ! Et si son expression "je t'ai offerte ma vie" voulait dire ça ? Tu secoues la tête. Impossible. Tu n'aurais pas pu oublier ça hein ?
Tu lui jette un coup d'oeil furtif. Est-ce que tu oses lui poser la question ? Tu caches tes mains dans ta cape, toujours sur tes épaules.

- Neh Luna... on est en couple pas vrai ?

Tu as les mains qui tremblent et tu n'oses même plus le regarder.

- ... e-est-ce qu'on l'a déjà fait ?

Ca y est c'est dit... Tu pousses un "kya" timide et cache ta tête dans l'oreiller. Tu veux même pas savoir en fait non non ne dis rieeeeen ! Fais comme si tu dors, comme ça il dira rien. Enfin peut-être.


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 15 Sep - 13:31


Virée Nocturne

A ce moment je l'enviais tellement , elle ne se souvient donc de rien même de ce que nous sommes... J'aimerais tellement ne rien en savoir . Je continuais de soigner ses plaies en pensant a la maniére de lui répondre. Elle m'avait vu m'en servir donc impossible de faire comme ci ça n'existait pas , mais lui dire qu'elle n'est plus humaine comme moi ça ne ferais pas que la mettre dans un autre état de choc ? Pour l'instant j'aimerais qu'elle profite de ce moment de répis . Elle hais surement celui qui lui a fait perdre la mémoire mais au contraire elle devrait le remercier , au moins pendant un instant elle ne se rappellera pas des monstres sanguinaires que nous sommes ...Je sais j'ai une vision un peu sombre des altérés mais ces pouvoir , jusqu'a lors on n'a fait que les utilisé pour tuer :

-"Hm et bien ... en quelque sorte oui c'est de la magie mais j'aimerais que tu n'y penses pas pour l'instant , dis toi juste que moins je m'en sers mieux on se portera "

elle avait toujours ce petit air perdu quand je lui répondais et bizarrement ça la rendais d'autant plus mignonne . Hein ? mais qu'est ce que je racontes ! Je me concentrais alors sur ses blessures et me remettais a la soigner pour sortir ces idées de ma tête . Comme ci ça ne suffisait pas pour m'embarrasser , elle fini par poser cette question qui pour toutes personnes normal viendrait naturellement mais pas pour nous du moins pas pour nos vrais nous "on est en couple pas vrai ? est-ce qu'on l'a déjà fait ? " . Sur le coup je n'avais pas compris la question et tout en relevant la tête vers elle je rétorquais :

-"comment ça est ce qu'on l'a..."

C'est a la vue de son visage rouge caché sous un oreiller que je compris la question . Je détournais alors le regard vers l'autre partie de la piéce et mon visage aussi fini par se teinter de rouge . Comment suis-je censer répondre a ça ??? certes je lui fais croire qu'on est ensemble mais je ne pensais pas que ça irais aussi loin , je ne peux pas mentir sur ça . Je pense que la question que je devais surtout me poser c'est pourquoi cette question me perturbais t-elle autant ? aller reprends toi ! :

-"ahem ! euh euh non on ne l'as pas fait ! comme je te l'ai dis on est ensemble que depuis peu ."

Tout a coup je pensais a ce qu'aurais dis la vraie Drela dans cette situation et je me mettais a rigoler . Ce visage froid et sérieux que je portais chaque jour c'était brisé dans un fou rire .

-"Je pense que si cette idée n'avait fait qu'effleuré mon esprit tu m'aurais fait payer cher ! "

Je continuais alors a m'occuper de ses plaies et m'approchais de plus en plus d'elle , il fallait bien qu'a un moment je m'occupe de ce vilain coup qu'elle avait pris sur la tête . J'étais a genoux sur ce lit et je me penchais sur elle toujours une compresse dans la main .

-"Laisse moi m'occuper de ton coup a la tête .."

Sa question résonna dans ma tête et la situation parraissait plus que suggestive , je me remettais a rougir alors que mon regard croisais le sien . C'est vrai que ce genre de situation ne m'étais pas du tout familiére, être seul dans une chambre avec une fille sur un lit et aussi proche l'un de l'autre ... J'avais passait la quasi totalité de ma vie a me battre et la seul autre relation que j'ai eu avec une fille c'était fini prématurément a cause de mon pouvoir . Oui sous mes airs de soldats je suis encore "pur " si on peut dire sa d'un tueur . A croire qu'elle me trouvera toujours des faiblesses . Je secouais alors la tête pour me reprendre mais pas moyen j'étais toujours autant embarassé . Comme ci ça suffisait pas je me souvenais de ce moment ou elle m'avait embrassé dans ce bar . Pourquoi fallait-il que je m'en souvienne dans un moment pareil ? Aller !! on se reprends bordel ! Cet embarras m'avait rendu maladroit et je faisais encore tomber ce flacon de ma main . :

-"euh... désolé ! "

 

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 15 Sep - 19:24


Virée nocturne
Drela & Lunaria

-"Hm et bien ... en quelque sorte oui c'est de la magie mais j'aimerais que tu n'y penses pas pour l'instant , dis toi juste que moins je m'en sers mieux on se portera "

Tu as une moue dubitative. Certes il a répondu mais c'est quoi cette manière évasive ? Tu lâches un soupir profond et te concentre sur la situation présente. C'est à dire très embarrassante.

-"comment ça est ce qu'on l'a..."

Tu lui jette un regard timide et il semble enfin réaliser ce que tu lui demandes. Tu as presque envie de rire de sa gêne, si la tienne n'était pas plus grande. Il a l'air de quelqu'un de timide un peu, comme s'il n'avait jamais réellement parlé avec des filles.

-"ahem ! euh euh non on ne l'as pas fait ! comme je te l'ai dis on est ensemble que depuis peu ."


Tu pousses un soupir soulagé. Pas que tu voulais pas le faire avec lui mais bon... tu aurais préféré garder le souvenir. Mais là il ne s'est rien passé, tant mieux. Tu te sens un peu idiote d'avoir posé cette question. Puis ton ami partit dans un fou rire et tu le regardes sans comprendre :

-"Je pense que si cette idée n'avait fait qu'effleuré mon esprit tu m'aurais fait payer cher ! "

Tu le regarde de nouveau avec un sourie idiot et un air de carpe qui sort de l'eau genre " il est gentil il est mignon mais c'est fou comme on comprend pas ce qu'il dit". Tu acquiesces d'un geste de tête décidé, faisant mine de comprendre pour ne pas le vexer.

- Tout à fait.

Décidément tu étais un monstre ou quoi ? Puis tu remarques que Lunaria est de plus en plus proche de toi. Tu as beau savoir que c'est ton petit ami maintenant, tu es super embarrassée. Il commence à s'occuper de la blessure que tu as à la tête :

-"Laisse moi m'occuper de ton coup a la tête ..."

Tu le regardes, et il rougit à son tour. HAN C'EST TROP MIGNON. Comme toute fille normale (ahem normale ?) tu trouvais ça craquant quand un mec rougissait face à une fille. C'était adorable. Il semble penser à quelque chose. A un moment que vous aviez eu ? Est-ce que tu l'avais embrassé déjà ? Tu ne le sais même pas ! Tu le regarde s'embraser les joues inutilement et rigole devant sa maladresse. Avec lui tu te sens bien c'est drôle. Tu baisses la tête en rougissant aussi. BORDEL on dirait une vieille situation de vieux timides incapables de faire un pas ! BOUGEZ-VOUS MINCE !
Tu te penches vers lui savoir s'il s'est fait mal avec le flacon :

- Ca va tu n'as rien ?

Mais quand il se redresse, tu remarques que vous n'êtes qu'à quelques centimètres du visage de l'autre. Tu piques un fard direct et en voulant reculer, tu t'emmêles dans les couvertures et tombes du lit, entraînant Lunaria avec toi. Tu t'écrases contre le parquet sur le dos avec un "ouf" surtout quand il te tombe aussi dessus. Ah il est... euh dense oui. Tu te retrouves donc avec le jeune homme au-dessus de toi à quatre pattes, l'air extrêmement gêné. Tu te sens tellement bête que tu ne penses qu'à en rire :

- Tiens c'est marrant, j'ai l'impression d'avoir déjà vécu ça ! ries-tu.

Haha hilarant. Oui effectivement Drela tu as déjà vécu cette scène, dans les ruines noires même. mais ça apparemment, tu ne t'en rappelles pas encore. Tu plonges ton regard dans les yeux de Lunaria. Décidément, il est vraiment beau. Puis d'un coup ta tête te fait mal. Oui tu es retombée dessus, et elle résonne comme une cloche. Un flash traverse tes yeux un instant, mais tu as le temps de le saisir. Toi... en sous-vêtements ? SUR LES GENOUX DE LUNA ? WHUT ?
Super gênée, tu te demandes si ce souvenir est vrai ou tu aimerais juste que ça arrive. Ton copain a l'air de comprendre que tu as toujours mal à la tête mais tu l'empêche d'aller récupérer le flacon. Tu veux rester un peu comme ça, juste parce que tu es bien... La situation t'échappe complètement en tout cas, tu te demandes bien ce qui va se passer ensuite.



Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 28 Sep - 18:27


Virée Nocturne

Je commence vraiment à avoir de sérieux doutes sur le fait qu’elle ait réellement perdu la mémoire parce qu’on enchaîne les situations gênantes. Comme la première fois qu’on s’est rencontré dans les ruines noires, j’étais à quatre pattes au-dessus d’elle, mon regard plongé dans le sien mais cette fois-ci les circonstances sont différentes. Notre chute a surement du lui faire mal à la tête mais alors que je pensais m’échapper de cette situation quelque peu déroutante en allant chercher de quoi la soigner elle me retint en m’attrapant le bras. Mes longs cheveux blancs tombaient sur son visage et on est resté la pendant quelques secondes à se regarder droit dans les yeux quand tout à coup une envie traversa mon esprit, ce souvenir de cette fois ou elle m’avait embrassé dans ce bar venait tout à coup me chambouler et sans même y réfléchir comme un automatisme je rapprochais mon visage du sien et posais délicatement mes lèvres contre les siennes. Je fermais les yeux, quitte à ce qu’elle me tue après au moins j’aurais osé, osé embrasser cette fille dont …. Sa parait totalement insensé que qui que ce soit s’attache à une psychopathe pareil mais au fond quand on est proche d’elle c’est presque impossible de s’en détacher. Pendant un instant elle pensera encore que je suis son petit ami, donc avoir ce comportement ne devrais pas trop la choquer enfin je crois. Ça faisait à peine une dizaine de seconde que je l’embrassais et j’avais l’impression qu’une éternité s’était déjà écoulé. Je reculais mon visage rouge d’embarras, ouvrais les yeux et réalisais c’que je venais de faire. Comme si rien ne s’était passé je la pris dans mes bras et la soulevé pour la remettre sur le lit, je cherchais alors le flacon du regard mais j’essayais surtout d’éviter le sien.

dé-désolé si je t’ai écrasé ce n’était pas voulu ... et tu devrais faire plus attention ou t’as blessure va s’aggraver.. »

Ma voix tremblé à la limite du bégaiement, il n’y a bien que Drela pour me déstabiliser autant. Je trouvais alors le flacon du regard et m’apprêtais à aller le récupérer.


 

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 4 Oct - 22:05


Virée nocturne
Drela & Lunaria

Tout à coup, sans que tu ne le devine à l'avance, Lunaria se penche sur toi, et t'embrasse. Tout d'abord tu ne comprends pas ce qu'il se passe et puis, au fur et à mesure que tes neurones se connectent, ton visage prend une merveilleuse couleur cramoisie. Oui, tu es bien en train de te faire embrasser par un sublime garçon, qui est apparemment ton petit copain. Mais même s'il est censé l'être, tu te sens tout bizarre ! Comme si... comme si toi aussi tu l'aimais vraiment, alors que tu as perdu tes souvenirs. Tu te fais la réflexion qu'il embrasse bien, et ce moment te paraît durer des heures. Pourtant, tu as l'impression de l'avoir déjà ressentit, alors qu'à ta connaissance, cela ne fait que quelques jours que vous êtes ensemble... Est-ce que vous êtes un couple précoce ? Euh, ou alors sort-il juste pour ton corps.
Comme pour démentir ta pensée, une image vient s'afficher à ton esprit. Toi le rencontrant pour la première fois, dans un paysage des plus désolés. Puis la scène qui suit : ton combat contre un autre mec aux pouvoirs étranges, toi qui crée des illusions... Qu'est-ce que c'est que tout ça ? Des souvenirs ? Puis les scènes changent, tu te rappelles de cette scène dans le bar, où tu étais complètement torchée. Oui, tu as fait un strip tease, oui tu l'as embrassé, oui tu es une psychopathe folle complètement détruite de l'intérieur qui bousille la vie des gens. ça te fait bizarre, de redevenir toi-même en sachant cela. Comme si tu étais sorti de ton corps pour te regarder de l'extérieur. ça te fait vachement réfléchir. Certes, tu aimes être comme ça, tu ne peux pas vraiment changer, car tu as été élevé comme ça et c'est ta façon de penser. Mais le fait d'être avec ce jeune homme, Lunaria Koryuto, te fait réfléchir. Oui, tu n'as pas spécialement besoin de faire l'intéressante pour l'approcher. Non tu n'as pas besoin d'être quelqu'un d'autre pour te décider à lui parler. Car au fond de toi tu sais qu'il a une place plus que vitale dans ton coeur, parce qu'il t'as vu vulnérable, innocente, il t'as vu quasi nue, bourrée, psychopathe, et pourtant il n'est jamais parti. Pourquoi tu ne le savais pas... Il se sent peut-être redevable que tu lui ai sauvé la vie ? Alors pourquoi t'as -t-il embrassé ?
Tu le regarde avec ton regard rose de d'habitude et ce petit sourire. Tu as beau avoir retrouvé toute ta tête, tu souris presque sincèrement. Il te soulève et te repose sur le lit, d'un air gêné vraiment drôle.

-« dé-désolé si je t’ai écrasé ce n’était pas voulu ... et tu devrais faire plus attention ou t’as blessure va s’aggraver.. »

Il veut reprendre le flacon qui a roulé sur le lit, mais tu passes tes bras autour de son torse et murmure dans son oreille :

- Eh ben Koryuto, t'es vachement entreprenant ce soir... Qu'est-ce qu'il s'est passé, pendant mon trou noir ?

Tu sais que tu n'étais pas comme d'habitude, mais tu as un peu zappé, comme si tu avais un gros trou noir de cette soirée. Tes souvenirs s'arrêtent quand ta tête heurte quelque chose de dur, probablement le mur. Tu lui fais lâcher le flacon, tu n'as décidément pas besoin de ces médicaments. Tu lui attrape le visage des deux mains et l'embrasse. Pas de façon brutale, comme dans le bar, mais d'une façon sincère. Puis tu t'écartes, souris sincèrement et murmure les yeux légèrement mouillés :

- Merci... merci Lunaria. D'avoir bien voulu me supporter, d'avoir subit ce que je suis, de ne pas me fuir. Si tu veux, je peux disparaître de ta vie, que tu retournes à ta vie tranquille sans avoir de folle furieuse à gérer...

C'est fou comme ça change encore de te voir ainsi. Tu es sincère, mais tu es toi-même. Ce n'est pas comme le reste de la soirée où tu avais perdu tout ce que tu étais, y compris ton éducation. Et tu penses sincèrement le fait que, s'il veut partir tu ne l'empêcheras pas, parce que tu n'es pas une sadique avec lui. Peut-être parce qu'au fond, tu ressens quelque chose et ce n'est pas qu'un pincement au coeur.



Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 12 Oct - 22:58


Virée Nocturne

La colère, c’est surement ce qui a d’abord rempli mon cœur quand j’ai entendu ses mots. Mon visage était tout à coup devenu sérieux, mes cheveux masquaient mon regard et laisser tomber une ombre pesante sur moi. Me laisser à ma vie tranquille ? L’avoir supportée ? Avoir subis ? Mais qu’est ce qu’elle était en train de me raconter ? Je levais alors mes yeux rempli de rage, oui elle m’avait énervé, à penser que je pourrais partir après lui avoir offert ma vie !

« Espèce d’idiote ... tu crois vraiment que je vais partir ? »

Il y a certes le serment que je lui ai prêté quand elle m’a sauvé la vie, mais ce n’est pas tout. Sans m’en rendre compte je m’étais mis à aimer Drela. Je rapprochais alors mon visage du sien et avant de l’embrasser je lui murmurais :

« Je t’aime… »

Ces mots n’étaient pour ainsi dire presque jamais sortis de ma bouche et je les ai dits à cette fille à qui ma vie appartient. Certains me prendront pour un fou, mais personne n’a pu voir son vrai visage, personne a part moi. Elle est ce qu’elle est, aussi psychopathe soit elle mais ma soif de sang n’est pas un meilleur exemple. Je plaquais alors Drela sur ce lit en la serrant contre mon torse puis je relevais légèrement la tête en la regardant droit dans les yeux.

« J’aimerais qu’on reste comme ça … encore un peu … »

Bizarrement, je n’étais vraiment plus hésitant depuis qu’elle m’avait dit que je pouvais m’en aller et qu’elle disparaîtrait de ma vie. A partir de maintenant peut importer ce qui adviendra le lien que j’ai avec Drela sera inébranlable qu’elle le veuille ou pas.


 

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 18 Oct - 14:06


Virée nocturne
Drela & Lunaria

« Espèce d’idiote ... tu crois vraiment que je vais partir ? »

Tu as une moue boudeuse. Maaaiiis. Tu n'es pas une idiote. Tu lui colles une pichenette dans le front et sourit. Puis te rebaisse les yeux. Il va partir ? Tu ne penses pas, il ne t'aurait pas traité d'idiote sinon. Logique. Terriblement logique. A moins qu'il ne te fasse une blague stupide genre : "tu crois que je vais partir ?... ET BIEN OUI ! Ahah t'y as cru hein ?" Saleté d'humour de merde, s'il fait ça tu lui colle un bon gros kick entre les jambes et il dit adieu à sa descendance. Ca te fait rire car il te semble l'avoir déjà dit une fois. Puis le visage de Lunaria s'approche du tien, et tu reviens à la situation présente, situation très spéciale d'ailleurs, car il t'embrasse. Ah donc ce n'est pas du mytho tout ça ? Tu peux vraiment rester avec lui ? Vrai de vrai ? Tu l'embrasses aussi, tu te laisse faire pour une fois, ça fait du bien de laisser le destin décider à ta place et ne pas être cette psychopathe toujours fêlée. La tu es juste humaine. Enfin seulement pour le moment.

« Je t’aime… »

Ce mot te fait frissonner. Il t'aime ? Tu écarquilles les yeux. Vraiment ? Pour de vrai ? Tu vas de surprise en surprise. Certes il t'a embrassé juste avant, mais cette phrase, c'est un peu un rêve, celle que toute fille attend quand elle aime quelqu'un. Aimer, tu le pouvais n'est-ce pas ? Tu n'allais pas le regretter ? Tu souris et murmura dans son oreille en rougissant :

- Moi aussi je t'aime, abruti de Koryuto...


Tu es toute rouge, si c'est pas ti mignon. Sans que tu t'y attende, Lunaria te plaque dos contre le lit et te serre dans ses bras. Ton niveau de rougitude est Hight Level là, l'alarme dans ton coeur rugit une alerte genre "JE VAIS EXPLOSER DANS 5... 4...". Pourtant dans tes nombreux jobs il t'est déjà arrivé cette situation, c'est même toi qui menait la danse, en dominatrice que tu es, et tu couchais sans regret avec ces types chelous et pervers. Là c'est différent. Complètement. Parce que tu l'aimes. Et ça change tout.

« J’aimerais qu’on reste comme ça … encore un peu … »

Tu bafouilles une phrase incompréhensible qui devait ressembler un peu à "euhmvouismtumveuxmenfinçammetmalàl'aiseùj'aipasl'habitude" et qui voulait dire en gros que tu es super gênée dans cette position, seule sur un lit, avec le garçon qui tu aimes. Voilà en gros la traduction de ton charabia. Tu finis pas murmurer un "d'accord" presque inaudible, et baisse le regard. Oui tu l'aimes, et ça ça ne changera pas, un point c'est tout.



Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Quand la virée nocturne se transforme en cauchemar | Nicolas de Ruzé |
» Petite virée nocturne dans les bois [Pv Angel ^.^] [HENTAÏ]
» Virée nocturne [Luna]
» [Couloir] Virée nocturne
» Kaval viré

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hight Storm - Kaminari tōjō :: Zone détente :: Archives :: Le passé-
Sauter vers: