Intrigue #2

Une vague de peur

19 décembre. Paris.
Une vague de peur a fait trembler la capitale. Une vague de rumeur, qui s'est transformée en panique après l'arrivée de désolantes nouvelles. Michaël VanDertchen, tueur présumé d'une pauvre famille de Normaux, avait récidivé pour attaquer deux autres nouvelles familles. D'après les journaux, aucune des deux familles n'a survécu, elle n'avait aucune chance face à l'agresseur. Sur l'image du Paris Times, le visage de Sarah, 5 ans, sourit tristement au lecteur, un sourire immortalisé qu'on ne reverra jamais.
Lire plus

à adopter de toute urgence !

Partenaires Top

Rumeur Box

Liam — Un certain Courage aurait essayé de faire capoter mes plans... Faîtes attention à lui !
Inconnu — Eh vous savez quoi ? Apparemment un pervers d'Ombre draguerait la jolie Mia de Miroir ! Et ça serait réciproque... si quelqu'un pouvait les en empêcher...
Inconnu — A dit ça.

Top sites

Musique

©linus pour Epicode
En bref


Le recensement est terminé! La MàJ d'intrigue arrive bientôt et la MàJ graphique juste après!

Ça c'est de la baraque ! [PV Azazel]

 :: Zone détente :: Archives :: Le passé Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 13 Nov - 23:19













 ❝ Ça c'est de la baraque❞
feat Azazel



Ça c'est de la baraque.
C'est la première chose que pensa Yûna quand elle arriva devant la propriété.
Grosse maisonnnn. Avec des gros muuuurs, et des beauuuux barbelés pour pas rentrer par-dessus. Mais c'est pas ça qui allait arrêter notre jeune Courage, ah non pas du tout. Elle bondit et s'agrippa aux rebords du mur, se hissa jusqu'en bas à la force des bras, et se mit en équilibre sur le mur de quelques mètres de haut. Evidemment, sa condition de panthère aidait pour l'agilité, la souplesse et la discrétion. Elle enjamba les barbelés, et saute souplement sur une branche d'arbre à proximité. Décidément, cette propriété n'était pas du tout protégée pour une baraque de riches.

Vous allez me dire, mais que fout Yûna à minuit-une heure du matin sur un arbre dans le quartier Est, bien loin de Hight Storm ? Eh bien, suite à un problème qu'elle avait eu avec une amie, elle avait décidé de lui prouver que ses talents de voleuses étaient toujours super actifs, et qu'elle réussirait à s'introduire chez un riche pour voler un objet de valeur. La voilà donc chez les "Demarçay" d'après ce qu'elle avait pu lire sur la porte d'entrée, en tenue moulante noir mat et bottes noires.

Elle sauta de branches en branches pour atteindre les fenêtres du premier étage et posa lentement le pied sur les tuiles du rez de chaussée, et marcha dessus jusqu'à la première fenêtre. Là, elle sortit divers objets de son sac à dos, et commença à crocheter les verrous des vitres. C'était pas très compliqué, mais la serrure était plus complexe que d'habitude, probablement des nouvelles générations. Une fois le trou terminé, elle débloqua la serrure et passa à travers la fenêtre. Mission réussie ! Un peu de verre tomba sur le parquet, mais aucun bruit alarmant pour les habitants.
Maintenant, trouver un truc qui a de la valeur. Yûna commença à marcher dans le long couloir du manoir, à côté de grands tableaux et meubles sculptés. Elle allait et venait à travers les salles, aussi silencieuse qu'un félin, qu'une ombre. Quand soudain, elle repéra un très beau vase posé sur un bureau, au milieu du couloir. Avec sa vision nocturne de panthère, elle voyait parfaitement tous les détails et il rentrait pile dans son sac.

- Viens voir maman, sussura-t-elle doucement.

Elle s'approcha mais au moment de toucher le vase elle entendit un craquement et se retourna vivement. Mauvaise idée. Son coude tapa le vase qui tomba au ralenti et malgré ses réflexes, Yûna le manqua et il explosa au sol avec un bruit assourdissant. Morte de peur, elle entendit des pas se rapprocher dans sa direction. Elle ne pouvait même pas faire demi tour, ils venaient de derrière elle ! Elle aaperçut un rideau opaque qui cachait une fenêtre et se jeta derrière, avant juste que la lumière s'allume et qu'elle voit passer une ombre. Allez, retient ton souffle, au mieux, ce type a un chat et il croira que c'est lui...




© FICHE D'APOLLINA POUR LIBRE GRAPH

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 14 Nov - 15:51
La nuit arrive enfin, la journée, turbulente, bruyante et ennuyeuse laisse enfin place au silence de la nuit. J'aime la nuit car le temps semble suspendre son cours, le monde tourne au ralenti, chaque son a sa propre signification et chaque mouvement une origine mystérieuse. J'aime me promener en silence dans mon manoir, les servants dorment tous dans une aile qui leur est dédiée et je suis mon propre gardien dans cette partie du bâtiment. Je connais chaque recoin chaque odeur, chaque bruit et c'est ce que j'aime quand plus rien ne bouge quand tous laisse la place à l'obscurité et que les ombres prennent les formes que notre imagination désire. Moi-même je ne suis plus qu'une ombre dans ce manoir quand viens la nuit.
Malheureusement cette nuit ne sera pas aussi calme que je l’espérais.
Quelqu’un viens tout juste de rentrer chez moi. Un voleur peut être . Il est bien courageux pour s'introduire ici et très agile pour avoir franchi les murs d'enceinte. Malheureusement pour lui, ce domaine est un royaume dangereux pour les étrangers qui s'y aventures. Cependant je suis d'humeur joueuse aujourd'hui, voyons...
Je me dirige silencieusement vers la cuisine, zone assez éloignée de là où devrait se trouver le voleur. J'ai le temps, enfin je pense. Juste le temps de faire bouillir un peu d'eau, quelques feuilles en provenance directe des Indes, deux tasses, et voilà.
Je retourne direction notre invité sans faire spécialement attention, ce qui fait grincer le parquet.
Le bruit d'un objet ce brisant sur le sol me fait sourire, notre voleur vient de rater un vase Ming d'une valeur inestimable, je vais se voir faire attention où je mets les pieds.
Une fois dans la pièce où devait se trouver notre cambrioleur, j'allume la lumière, pose les tasses sur la table et prend place sur un des fauteuils.

"Dommage, avec ce vase vous auriez pu vous offrir pas mal de choses, malheureusement pour vous il ne vaut plus grand-chose dans l'état où il est actuellement. Je pourrai appeler la police mais je préfère régler les choses moi-même, entre personnes civilisées vous comprenez . Bon, je n'aime pas trop parlez dans le vide, alors pourquoi ne pas sortir de votre cachette et venir boire un thé avec moi ? Il vient directement des Indes et son goût n'est pas mauvais, et puis cela permet de faire connaissance plus aisément non ?"
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 14 Nov - 17:07













 ❝ Ça c'est de la baraque❞
feat Azazel



Yûna voit le propriétaire s'installer sur un fauteuil de la pièce, il semblait tenir quelque chose dans les mains. Une arme ?

"Dommage, avec ce vase vous auriez pu vous offrir pas mal de choses, malheureusement pour vous il ne vaut plus grand-chose dans l'état où il est actuellement. Je pourrai appeler la police mais je préfère régler les choses moi-même, entre personnes civilisées vous comprenez . Bon, je n'aime pas trop parlez dans le vide, alors pourquoi ne pas sortir de votre cachette et venir boire un thé avec moi ? Il vient directement des Indes et son goût n'est pas mauvais, et puis cela permet de faire connaissance plus aisément non ?"

Comment elle était grillée ! Elle rougit jusqu'aux oreilles de honte, décidément, elle avait pas choisit la bonne maison... La jeune fille passa une main dans ses cheveux en signe de stress profond. Comment ça allait se passer ? Pourquoi ne voulait-il pas appeler la police ? Yûna pourrait très bien se transformer en panthère et le tuer d'un coup de patte bien placée. Mais elle ne savait pas les atouts qu'il cachait. Elle se mordilla la lèvre, essayant de deviner les intentions de l'habitant. Déjà, à travers le rideau où elle était cachée, elle pouvait dire qu'il avait l'air jeune, fin et grand. Elle apercevait une tignasse blonde, mais elle n'en était pas sûre.

En plus, il l'invitait à prendre le thé, avec sa voix grave et sensuelle. Yûna était bien embêtée. Qu'est-ce qu'elle devait faire ? Elle ne pouvait pas faire comme si elle n'était pas là, après le boucan qu'elle avait fait. Dommage qu'il n'ai pas cru à la théorie du chat. Elle lissa sa crinière blonde attachée en queue de cheval qui lui tombait dans le creux des reins, remis en place sa tenue de cambrioleuse et posa une main incertaine sur le rideau. Peut-être qu'il allait lui tirer dessus dès qu'elle prouverait son existence ? Tant pis elle joua le tout pour le tout et sortit lentement de derrière le rideau, un air mi défi mi prudent et même un peu timide. Elle avait beau faire son travail de voleuse au top, elle était quand même timide en réalité face à de total inconnus, il ne fallait pas l'oublier. Parce que là le mec était normalement humain, alors elle ne pouvait pas se permettre d'être comme à l'académie.

Elle marcha doucement vers le deuxième fauteuil sans faire aucun bruit, et s'assit brusquement sur l'accoudoir, à l'opposé du jeune homme. Car c'était bien un jeune homme blond, l'air un peu plus vieux qu'elle, à l'allure brillante et élégante et aristocrate. Encore un foutu gosse de riches. Yûna croisa les bras et tourna la tête à l'opposé toujours de l'habitant.

- J-je ne suis pas ici pour le plaisir. J'avais quelque chose à prouver.

En réalité elle adorait cambrioler les maisons, ça lui donnait un sentiment fort d'adrénaline et de danger, elle adorait ça, élève de Courage.
Après quelques minutes de silence, elle consentit à s'emparer de la tasse de thé posée sur la table entre eux deux et à y tremper ses lèvres rosées. C'est vrai qu'il sentait merveilleusement bon, et également très bon au goût, mais c'était pas le moment de penser à l'origine de sa boisson. Elle regarda son "hôte" par-dessus la tasse du coin de l'oeil. Il n'avait pas du tout l'air en colère, ni même attaché au super vase qu'elle avait accidentellement massacré. Il semblait presque amusé.

- Pourquoi vous appelez-pas la police ? Et m'invitez-vous à boire du thé comme si de rien n'était ?

Ce jeune homme intriguait décidément beaucoup a jeune fille. et il était vraiment très séduisant. De près, elle pouvait voir ses beaux yeux verts qui reflétaient son amusement. Elle grogna, elle était sûre qu'il se foutait d'elle comme ça. On invite pas une criminelle à boire le thé. Surtout une Indésirable. Enfin il ne devait pas le savoir apparemment.



© FICHE D'APOLLINA POUR LIBRE GRAPH

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 14 Nov - 17:51
Le temps semble se figer un moment, je sais que le voleur se cache dans cette pièce et je me demande combien de temps il compte encore me faire attendre. Peu importe, la nuit ne fait que commencer et j'ai tout mon temps.
Finalement quelque chose bouge derrière le rideau, alors tu étais là, amusant comme cachette de fortune et tu es assez doué pur ne rien faire bouger malgré cette cachette peu confortable, félicitations, cette soirée est bien amusante grâce à toi.
Tu sors enfin... une fille !? Et très jolie en plus ! Dans une tenue qui ferait rêver une très grande partie de la gente masculine. J'ai donc la chance d'être cambriolé par une la charme et la force réunie, je peux dire que je ne changerais actuellement ma place pour rien au monde. Tu sembles quelque peu gêné et énervé, en même temps cela est compréhensible pour un cambrioleur qui vient de se faire pincer.

"J-je ne suis pas ici pour le plaisir. J'avais quelque chose à prouver."

Quelque chose à prouver ? Ho vraiment ?..... Ton agilité ? Non, déjà font par l'escalade des murs... ta discrétion ?... Je ne pense pas cela semble plutôt facile pour toi quand tu le veux... ou alors simplement le fait que tu es forte pour entrer dans une maison comme la mienne et ressortir sans te faire pincer, avec une preuve de ton passage en plus ? Cela me semble l'idée la plus logique.
Cependant je ne dis mot pour le moment, je me contente de t'observer, de voir tes réactions, mes yeux verts fixés sur toi, je regarde comment tu réagis, comment tu te débrouilles pour agir face à un inconnu qui te propose du thé contre toute logique.

"Pourquoi vous appelez-pas la police ? Et m'invitez-vous à boire du thé comme si de rien n'était ?"

En voilà une bonne question, pourquoi ? Il semble que je t'intrigue jeune fille et c'est très amusant pour moi, je ne me fiche aucunement de ce que tu fais ou serais mais je respecte le fait qu'entre dans mon jeu, tu aurais aussi bien pu être armé et me blesser voir me tuer ici et maintenant, mais non, tu es là, en face de moi à boire le thé que je viens de t'offrir. Ta réaction est la hauteur de mes espérances et pour une fois depuis longtemps me voici devant une personne jusqu'ici intéressante.
Je profite encore un peu du temps qui passe pour te regarder boire ton thé en silence.

"Pourquoi devrais-je appeler la police ? Avez-vous pris quelque chose ici ? Mais à part le vase que vous avez cassé rien ne semblent avoir disparu. Ho et pour le vase ne vous inquiétez pas, le fait que vous acceptiez ce que je vous offre est une compensation suffisante en sois."

Tu me fixe pendant que je parle mais le fond de tes yeux ne semblent pas vraiment amicaux, malheureusement.

"Vous ne semblez pas vraiment apprécier d'être ici... dans... une maison de riche je me trompe ? Si c'est le cas veuillez m'excuser mais le court des choses fait que je ne peux accueillir une aussi charmante voleuse dans d'autres conditions."
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 14 Nov - 20:43













 ❝ Ça c'est de la baraque❞
feat Azazel



"Pourquoi devrais-je appeler la police ? Avez-vous pris quelque chose ici ? Mais à part le vase que vous avez cassé rien ne semblent avoir disparu. Ho et pour le vase ne vous inquiétez pas, le fait que vous acceptiez ce que je vous offre est une compensation suffisante en sois."

- Mais je suis entrée par effraction !

Certes elle ne voulait pas en rajouter mais elle se savait prise dans un filet impossible à retirer. Elle avait l'idée comme quoi il aurait peut-être mieux valu aller en prison que rester avec ce type. Yûna rougit un peu, honteuse encore d'avoir cassé le trésor qu'elle devait ramener. Même si le jeune homme lui disait que ce n'était pas grave, elle avait quand même échoué dans son boulot. Elle perdit son regard dans le liquide couleur ambré.

"Vous ne semblez pas vraiment apprécier d'être ici... dans... une maison de riche je me trompe ? Si c'est le cas veuillez m'excuser mais le court des choses fait que je ne peux accueillir une aussi charmante voleuse dans d'autres conditions."

Une lueur de défi s'alluma dans le regard de la voleuse. Evidemment qu'elle n'aimait pas être ici ! Elle a vécu dans un bled perdu toute son enfance, elle n'y est seulement que pour voler ! Jamais elle ne se baladerait ici pour le plaisir. Elle montra des bras l'ensemble de la pièce agencée avec goût.

- Evidemment cher monsieur que je ne suis pas à l'aise. Pas quand on a été une fille des rues, tout ce luxe, c'est dégoûtant.

Elle croisa les jambes ainsi que les bras, sa tenue moulante encore plus tendue et ses longs cheveux bougeant au rythme de ses gestes. Mais évidement, le fait que le jeune homme soit aussi charmant, poli, et charmeur, calmait l'attitude de Yûna, qui aurait normalement pu exploser de colère. Surtout après s'être fait repérée, chose qu'elle ne supportait absolument pas. Elle le regarda un instant, détaillant l'attitude qu'il avait et s'il cachait quelque chose, ou un mauvais coup. Mais il ne semblait nullement agressif et encore moins fâché. En plus, il semblait s'ennuyer absolument ici, enfin la voleuse trouvait qu'il avait l'air enfin de s'amuser un peu. Mais elle ne lui en donnerait pas l'occasion.
Elle se leva brusquement, posant pourtant délicatement la tasse sur la table.

- Bon, eh bien puisqu'apparement je ne finirais pas la nuit en prison, je vous remercie pour ce thé et si vous le permettez, je rentre chez moi.

La jeune fille détacha ses longs cheveux blonds qui tombèrent encore plus longs dans son dos. Elle jeta un regard noir au jeune homme et marcha d'un pas décidé vers la porte. Elle se fichait d'avoir son nom, il était probablement un gosse de riche ennuyant et s'amusant avec le moindre jouet qui traînait. Moins elle s'attarderait ici et mieux elle se sentirait. Mais une question lui vint à l'esprit et elle s'arrêta sur le pas de la porte du salon. Elle se retourna, sa crinière flottant derrière elle et braqua son regard azur sur le jeune noble :

- Comment avez-vous su que j'étais ici ?


© FICHE D'APOLLINA POUR LIBRE GRAPH

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 14 Nov - 21:54
- Mais je suis entrée par effraction !

Peut-être, c'est vrai que ce simple fait et qui plus est dans la résidence des Demarçay peut valoir quelques années de prison. Cependant je suis le seul gardien de ces lieux et cette effraction fut un jeu très amusant, pour une fois que quelque chose que je n'avais pas prévus arrive je regrette que ce ne soit pas plus souvent. En plus la vue de cette cambrioleuse est des plus agréables.
Ha ! Il semble que ma remarque sur les personnes riches la fasse réagir... intéressant, elle doit donc provenir d'une famille modeste voire pauvre, ou bien d'un quartier difficile, un monde que je ne connais pas et que je n'envie certes pas, mais si une si belle créature provient de ces quartiers alors je me dis que tout peut arriver n ce monde en fin de compte.

- Evidemment cher monsieur que je ne suis pas à l'aise. Pas quand on a été une fille des rues, tout ce luxe, c'est dégoûtant.

Dégoûtant ?... Oui c'est fort possible, à vraie dire je n'y ai jamais fais attention, tous ces... meubles et décorations proviennent de ceux qui m'ont précédé et je n'y ai jamais touché. Alors une fille comme elle trouve ce qu'il y a dans cette maison dégoûtant... je me demande comment elle referait la déco si je lui demande ses goûts. Une vision nouvelle, une personne différente avec une vision différente... quelle belle soirée.

- Bon, eh bien puisqu'apparement je ne finirais pas la nuit en prison, je vous remercie pour ce thé et si vous le permettez, je rentre chez moi.

Quoi ? Déjà ? Ma compagnie est elle si désagréable ? Ce moment si amusant va prendre fin ici.... ce serait tellement dommage de perdre une occasion si rare ! Et retenir une dame par la force n'est pas digne d'un noble. J'aimerais qu'elle reste.


- Comment avez-vous su que j'étais ici ?

Cette question me fait sourire, je me lève calmement et la regarde dans les yeux au plus profond d'elle même.

Je comprends qu'une compagnie comme la mienne puisse vous déplaire, je suis riche, je vis dans le luxe à tel point que je ne le remarque plus, je suis ce que beaucoup de personnes détestent au plus haut point, cependant laissez moi vous remercier, vous êtes la seule personne à oser me faire ce genre de remarque depuis longtemps. Ce lux est atroce . Possible. Alors dites-moi, que verriez-vous pour rendre cela plus correcte ? Je ne connais rien d'autre que ce dans quoi j'ai vécu depuis ma naissance. Mon nom, mon argent, je n'ai jamais choisi de les avoir, les choses sont faites ainsi. Par contre vous... vous semblez vivre derrière votre regard inquisiteur, vous semblez réellement profiter de la vie je me trompe ?

Pendant que je parle,  je me rapproche calmement, je ne dégage aucun sentiment d'animosité, je reste calme, affichant toujours le même sourire, je me retrouve à la fine relativement proche d'elle, mes yeux toujours plongés dans les siens.

Pour répondre à votre question, rien ne m'échappe dans cette maison, n'avez-vous pas remarqué, il n'y a ni gardiens, ni caméras, ni alarmes, et ce car je n'en ai pas besoin, votre présence je l'ai ressentie dès que vous avez posé le pied dans cette maison. Allons rester encore un peu, discutons juste vous et moi... et... en échange, je vous permettrais de retenter vos compétences contre les miennes, histoire de voir si vous arrivez à me prendre quelque chose sans que je remarque votre présence... qu'en dites-vous ?
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 15 Nov - 0:08













 ❝ Ça c'est de la baraque❞
feat Azazel



Je comprends qu'une compagnie comme la mienne puisse vous déplaire, je suis riche, je vis dans le luxe à tel point que je ne le remarque plus, je suis ce que beaucoup de personnes détestent au plus haut point, cependant laissez moi vous remercier, vous êtes la seule personne à oser me faire ce genre de remarque depuis longtemps. Ce lux est atroce . Possible. Alors dites-moi, que verriez-vous pour rendre cela plus correcte ? Je ne connais rien d'autre que ce dans quoi j'ai vécu depuis ma naissance. Mon nom, mon argent, je n'ai jamais choisi de les avoir, les choses sont faites ainsi. Par contre vous... vous semblez vivre derrière votre regard inquisiteur, vous semblez réellement profiter de la vie je me trompe ?

Il était vraiment beau parleur. S'il était un Indésirable, elle l'aurait déjà jeté chez les Miroirs avec qui il aurait fait vite copain copain. La façon qu'il avait de tourner son discours rendait Yûna coupable, elle culpabilisait d'avoir critiquer la maison immense. Alors qu'elle savait très bien que ce mec trouvait simplement les mots justes pour la garder ici. La jeune fille tordit ses doigts derrière son dos, et se balança sur ses talons. Décidément, elle était bien mal tombée. Elle pensait avoir affaire à seulement un vieux solitaire qui dormirait déjà depuis trois heures quand elle serait rentrée dans le manoir... eh beh pas du tout. Et ce jeune lui semblait trop plein d'entrain. Yûna essaya de répondre sans bafouiller, cet homme lui retournait le cerveau par ses phrases :

- J-je veux pas dire que c'est moche... c'est juste très... chargé ? Pouvez pas avoir un bureau Ikea comme tout le monde à la capitale ? (Elle entortilla son doigt autour d'une mèche de cheveux) qu'est-ce que vous entendez par profiter de la vie ? Je vis ma vie comme je le veux, voilà tout.

Elle émit un rire crispé, pas du tout détendu dans cette atmosphère étrange. En plus, il ne la quitte pas des yeux, et la jeune fille détournait sans arrêt le regard, elle n'arrivait pas à garder un contact visuel normal. D'un coup il était loin, et sans qu'elle le remarque il était devant elle. Son esprit pensa "Altéré" mais elle n'y fit même pas attention. Il avait juste réussi à la distraire voilà tout.

Pour répondre à votre question, rien ne m'échappe dans cette maison, n'avez-vous pas remarqué, il n'y a ni gardiens, ni caméras, ni alarmes, et ce car je n'en ai pas besoin, votre présence je l'ai ressentie dès que vous avez posé le pied dans cette maison. Allons rester encore un peu, discutons juste vous et moi... et... en échange, je vous permettrais de retenter vos compétences contre les miennes, histoire de voir si vous arrivez à me prendre quelque chose sans que je remarque votre présence... qu'en dites-vous ?


Oui, au fond elle avait peut-être raison. Elle le pointa du doigt en hésitant. Lui demander ne veut pas dire qu'elle l'est aussi n'est-ce pas ? Elle s'éclaircit la gorge et prit une posture droite, la manche sur la hanche, sa tenue noire toujours aussi sexy, mais elle n'y faisait pas attention. Pourtant elle montrait bien son 95C et sa taille féline. Bref.

- Tu... vous êtes un... Indésirable ? J'ai raison ? (Mais le défi lancé reprit son mental de Courage) Est-ce un défi ? Vous me proposez de tester vos capacités de surveillance face à mes capacités de Visiteuse ?

Elle préférait de loin le mot Visiteuse que voleuse pour désigner sa profession douteuse. Mais l'étincelle de défi persistait toujours dans son regard. Un défi à sa hauteur. Homme contre femme. Justice contre Pègre. Ouai, bien sûr que ça lui allait. Elle allait sans doute tomber dans un piège mais si elle pouvait s'exercer en situation quasi réelle, c'était le must. La jeune fille revint donc sur ses pas, frôlant le jeune aristocrate, et s'installa bien plus confortablement que précédemment sur le sofa. Elle sortit un petit objet de sa poche qui ressemblait à un porte clef et le fit tourner autour de son doigt, tout en regardant le jeune blond toujours debout. Elle reprenait la main cette fois. A son tour. Elle décroisa les jambes pour les croiser dans l'autre sens, et s'accouda à l'accoudoir justement.

- Mais à qui ai-je donc finalement l'honneur ? Car ce jeune homme devant moi a beau être charmant, il oublie la base de la politesse. Et je ne me renseigne pas sur toute la famille que j"emprunte".

Elle avait un adorable sourire sur le visage, mi-ange mi-ironique, et un air narquois. Quitte à s'amuser, autant le faire à deux n'est-ce pas ?



© FICHE D'APOLLINA POUR LIBRE GRAPH

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 15 Nov - 11:08
Mes remarques semblent porter leurs fruits, c'est une bonne chose. Son élan pour sortir d'ici est brisé, il faut croire que je ne me trompe pas jusqu'ici, amusant, vraiment amusant, j'ai pour la première fois depuis longtemps un contact différent avec une personne de ce monde; elle ne semble pas savoir qui je suis bien que mon nom soit très reconnu dans Paris et au-delà, et je ne me plains pas car je préfère qu'il en soit ainsi.

- J-je veux pas dire que c'est moche... c'est juste très... chargé ? Pouvez pas avoir un bureau Ikea comme tout le monde à la capitale ? (Elle entortilla son doigt autour d'une mèche de cheveux) qu'est-ce que vous entendez par profiter de la vie ? Je vis ma vie comme je le veux, voilà tout.

Un meuble Ikea ? Je n'ai aucune idée de ce que c'est mais il semble que ce soit une marque répandue d'après ce qu'elle semble dire. Et puis comme tout le monde... je dois avouer que je n'ai jamais eu le temps d'observer comment "tout le monde" vis au final, moi qui suis cantonné dans ce quartier, cette "prison". Une idée me traverse l'esprit, peut-être... oui peut-être que cela pourrait être possible.
Voilà qu'elle semble reprendre du courage quoiqu'un inconnu soit si proche d'elle. La lueur que j’aperçois les rares fois où nos regards se croisent est hypnotisante, et sa tenue met ses formes tellement en valeur que plus d'un aurait déjà perdu la tête à la regarder.
Ma remarque par rapport à la garde de cette maison semble en plus l'avoir faits réagir comme je l'attendais, elle ne semble pas effrayer mais plutôt surprise. Mon intuition ne me trompe pas sur ce coup je dirais.

- Tu... vous êtes un... Indésirable ? J'ai raison ?  Est-ce un défi ? Vous me proposez de tester vos capacités de surveillance face à mes capacités de Visiteuse ?

Un indésirable ? Ceux qui aujourd'hui surpassent la simple condition humaine dans bien des domaines. Sa question est inquisitrice mais posée de manière un peu maladroite, elle semble déstabilisée par une probable découverte mais se remet aussi vite. Elle doit probablement en savoir beaucoup plus qu'elle ne veut en dire. Son jeu est plutôt bien fait malgré mes tentatives pour la déstabiliser. Je souris, entre amusement et joie.
Elle s'installe dans le canapé, beaucoup plus sure d'elle, mon défi semble vraiment l'atteindre, la partie commence enfin à se jouer à deux joueurs.

- Mais à qui ai-je donc finalement l'honneur ? Car ce jeune homme devant moi a beau être charmant, il oublie la base de la politesse. Et je ne me renseigne pas sur toute la famille que j"emprunte"

Effectivement elle marque un point. je ris légèrement à cette pique fort bien envoyée.

"Toutes mes excuses Milady je suis un gentilhomme fort indésirable il est vrai, sans mon défi vous seriez déjà partis de cette demeure et le cours des choses serait redevenus fort ennuyeux. Je me présente, je suis Azazel Demarçay, huitième héritié de la famille Demarçay et homme parmi les plus indésirables sur cette terre comme vous pouvez vous en douter (ma présentation est accentuée par une révérence parfaite enseigner depuis l'ancienne noblesse).
Il semble que vous pouvez lire dans mes pensées car oui, je vous propose un petit jeu entre nous face à vos capacités de "visiteuse" comme vous la dite si bien. Peu de choses m'échappent ici mais vous, vous vous déplacer plus silencieusement que personne, votre présence aurait échappée au plus aguerri des vigiles et votre agilité pour avoir passé les mures sont presque... surhumaines ?"


Je profite d'avoir capté son attention pour m'installer sur un fauteuil en face d'elle, l'observant toujours intensément.

"Voici l'idée : je vous donne deux semaines pour retenter une incursion dans cette maison, bien sûr cela sera d'autant plus difficile pour vous car je sais que vous reviendrez, ma vigilance sera alors encore plus poussée ce qui vous demandera une discrétion au-delà des capacités humaines si je puis dire... alors vous acceptez ?
Maintenant que vous semblez vous intéresser à ce que je vous propose, puis-je moi aussi connaitre le nom de ma sublime adversaire . En espérant que vous acceptiez, j'espère que vos talents seront à l'égale de votre charme milady..."
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 15 Nov - 16:24













 ❝ Ça c'est de la baraque❞
feat Azazel



"Toutes mes excuses Milady je suis un gentilhomme fort indésirable il est vrai, sans mon défi vous seriez déjà partie de cette demeure et le cours des choses serait redevenu fort ennuyeux. Je me présente, je suis Azazel Demarçay, huitième héritier de la famille Demarçay et homme parmi les plus indésirables sur cette terre comme vous pouvez vous en douter (ma présentation est accentuée par une révérence parfaite enseigner depuis l'ancienne noblesse). Il semble que vous pouvez lire dans mes pensées car oui, je vous propose un petit jeu entre nous face à vos capacités de "visiteuse" comme vous la dite si bien. Peu de choses m'échappent ici mais vous, vous vous déplacer plus silencieusement que personne, votre présence aurait échappée au plus aguerri des vigiles et votre agilité pour avoir passé les mures sont presque... surhumaines ?"

Il parlait beaucoup. Yûna sourit en l'écoutant étaler son blabla de bourgeois. Azazel Demarçay, voilà un nom qui n'était vraiment pas commun. Tout comme sa maison et lui-même. Il jouait sur le mot "Indésirable" et du coup la jeune voleuse ne savait pas vraiment quoi penser. Alors ? il l'était ou il ne l'était pas ? Pourquoi ne voulait-il pas lui répondre ? De peur de se faire démasquer ? Un Normal aurait tout de suite réfuter cette "accusation" il lui semblait.

Un jeu. Un jeu ? D'échapper à sa surveillance, grâce à ses talents de cambrioleuse. Voilà quelque chose qui boosta le moral de la jeune fille.

- Quel genre de jeu ?

"Voici l'idée : je vous donne deux semaines pour retenter une incursion dans cette maison, bien sûr cela sera d'autant plus difficile pour vous car je sais que vous reviendrez, ma vigilance sera alors encore plus poussée ce qui vous demandera une discrétion au-delà des capacités humaines si je puis dire... alors vous acceptez ? Maintenant que vous semblez vous intéresser à ce que je vous propose, puis-je moi aussi connaitre le nom de ma sublime adversaire. En espérant que vous acceptiez, j'espère que vos talents seront à l'égale de votre charme milady..."

Deux semaines pour tenter de revenir ici. Sans se faire repérer. Yûna était très concentrée sur la proposition, elle n'avait pas vraiment écouter la dernière phrase sur ses soit-disant charmes. C'était un challenge enfin à sa hauteur, mais très risqué. Elle finit par sourire ironiquement et s'accouda sur ses genoux :

- Je m'appelle Yûna Rose Walter, et malgré mon nom, je n'ai pas une once de noblesse. Je viens simplement des Etats-Unis, où mes parents étaient chefs d'un gang réputé. Y a-t-il quelque chose à perdre ou à gagner, en jouant à votre "jeu" ?

Attendant la réponse et prenant soin de réfléchir à sa proposition, la jeune fille se leva et partit regarder par la fenêtre du salon. Il faisait certes nuit, le jardin d'Azazel était illuminé par de nombreuses petites lampes disséminées dans l'espace qui ressemblait plus à un parc qu'à un jardin.




© FICHE D'APOLLINA POUR LIBRE GRAPH

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 15 Nov - 17:14
Il semble que la jeune demoiselle soit de plus en plus intéressée, c'est une bonne chose. Malheureusement il semble que ce soit principalement le défi qui fait avancer les choses, dommage pour moi. D'un autre côté je sens que cette rencontre n'est pas la dernière que nous allons avoir et je compte bien m'amuser encore dans ce petit duel.
Ma dernière idée semble réussir, elle prend de plus en plus les choses au sérieux.

Je m'appelle Yûna Rose Walter, et malgré mon nom, je n'ai pas une once de noblesse. Je viens simplement des Etats-Unis, où mes parents étaient chefs d'un gang réputé. Y a-t-il quelque chose à perdre ou à gagner, en jouant à votre "jeu" ?

Yûna Rose Walter... j'imprime ce nom dans ma mémoire comme ceux que je désire ne pas oublier. Le nom de Rose lui va plutôt bien je trouve, la rose est l'une des fleurs les plus délicates en ce monde, offerte en signe d'amour, une légende raconte aussi que la couleur du rose provient du sang de ceux qui ont été trop négligents en la cueillant... en est-il de même pour elle ? Derrière ce charme ce cache t'il des épines acérées ? Ma curiosité ne fait que grandir face à cette fille. Que cache-t-elle ? Elle qui provient d'un gang d'un pays étranger. J'aimerais le découvrir. Et pour cela je n'ai pas trente-six solutions.

"Vous voulez ajouter un prix à ce jeu . Oui pourquoi pas c'est une bonne idée, mais que pourrais-je bien mettre en jeu ? De l'argent, des meubles, des titres... et vous ? Que pourriez-vous bien mettre dans la mise ?"

Je souris, une idée me traverse à nouveau l'esprit. Je me place derrière la jeune fille qui semble perdue à contempler le jardin, elle peut apercevoir mon reflet dans la vitre. Une personne normale ne remarquerait rien, mais une légère aura noire m'entoure, comme une brume très fine.

"Que diriez-vous de ceci : si je perds, vous pourrez me demander trois choses que je peux réaliser, mais attention, rien de trop excessif ce n'est qu'un jeu après tout. Et si je gagne, vous reviendrez me voir mais en tant qu'invitée et non comme voleuse. Marché conclu ?"
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 15 Nov - 22:20













 ❝ Ça c'est de la baraque❞
feat Azazel



"Vous voulez ajouter un prix à ce jeu. Oui pourquoi pas c'est une bonne idée, mais que pourrais-je bien mettre en jeu ? De l'argent, des meubles, des titres... et vous ? Que pourriez-vous bien mettre dans la mise ?"

Ah quoi pensait-il donc ? Yûna, pourquoi diable avais-tu lancé cette idée ? La jeune fille sourit, et fit mine de réfléchir. Il semblait intéressé par la proposition en tout cas. Qu'est-ce qu'elle avait à mettre en jeu, à part elle-même, pas grand chose. Elle surveilla les réactions du jeune homme dans le reflet de la vitre. Elle voyait clairement ses traits de visage, bien qu'ils soient floutés. Merci la vision de panthère. Mais chose étrange, elle semblait remarqué une légère fumée autour de lui et pourtant, quand elle se retourna, elle n'apparaissait pas. Etait-ce juste une illusion avec la buée qui commençait à se former sur la fenêtre ? Peut-être bien. Yûna se focalisa sur un chat qui passa dans le jardin. Finalement il en avait bien un...

Azazel se faufila dans son dos sans même qu'elle s'en aperçoive, trop concentrée. Il semblait sourire, et l'espèce d'aura noire était plus marquée. La jeune voleuse se retourna d'un coup, nez-à-nez avec le jeune riche qu'elle pensait un peu plus loin. Son regard était très gênant, on aurait qu'il voulait absolument la percer à jour.

"Que diriez-vous de ceci : si je perds, vous pourrez me demander trois choses que je peux réaliser, mais attention, rien de trop excessif ce n'est qu'un jeu après tout. Et si je gagne, vous reviendrez me voir mais en tant qu'invitée et non comme voleuse. Marché conclu ?"

Si elle perdait... Elle ne comptait pas perdre. Pour son honneur de voleuse, d'élève de Courage et étant une Indésirable, elle ne se le permettrait pas. Elle essaya d'articuler, louchant sur la bouche du jeune homme très près, trop près de son visage :

- Cela me convient tout à fait. Mais je ne compte pas perdre. Alors s'il vous plait, mettez moi au même niveau que vous. Si je perds, c'est vous qui pourrez me demander un service.

Il était trop près ! Ca brouillait les idées de Yûna, qui s'emmêlait et ne savait plus quoi dire. Elle n'avait jamais été aussi proche de quelqu'un, enfin si l'on exclue les fois où elle saute sur les gens sans prévenir. En plus, il était vraiment canon, sa beauté lui piquait limite les yeux, et son regard vert était décidément hypnotisant. Elle baissa la tête, se focalisant plutôt sur les superbes chaussures de son "hôte", puis elle relève la tête, une idée en tête.

- Est-ce que je peux faire un essai tout de suite ? Ce n'est pas drôle si je ne sais pas à quoi m'en tenir.



© FICHE D'APOLLINA POUR LIBRE GRAPH

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 15 Nov - 22:57
Je ne cesse de l'observer, je suis si près d'elle que je sens presque son souffle nerveux; elle semble avoir remarqué que je ne dois pas être un humain ordinaire, je dégage une infime partie de mon ombre, ce qui serait impossible à voir pour un simple humain, qui est elle donc au final ? Jouer avec elle me permet de la découvrir petit à petit, sans aucune précipitation, c'est tellement grisant.

- Cela me convient tout à fait. Mais je ne compte pas perdre. Alors s'il vous plait, mettez moi au même niveau que vous. Si je perds, c'est vous qui pourrez me demander un service.

Alors comme ça tu es prête à te mettre toi-même en jeu . Tu es courageuse, le monde que je côtoie tous les jours, je ne leur inspire que de la peur et de la méfiance, mais toi... tu es suffisamment sure de ta victoire pour mettre en jeu quelque chose qui pourrait être mauvais pour toi en cas de défaite... Je pourrais te demander un service qui peut être dangereux, ou bien un service indigne d'un gentilhomme. Non, j'ai une bien meilleure idée que toute ces... solutions sans valeur. Je sais très bien quel service je désire.

"Soit comme vous voudrez, je n'ai nullement l'intention de ne pas vous traiter en égale, vous avez je pense, toutes les qualités pour me battre, vous qui êtes sure de votre victoire, je vous demanderai deux choses si vous perdez".

Ma proximité semble la déstabiliser, je peux sentir sa gêne grandir petit à petit, pour ma part, j'aimerais que le temps arrête ici sa course et qu'il se fige pour l'éternité.

- Est-ce que je peux faire un essai tout de suite ? Ce n'est pas drôle si je ne sais pas à quoi m'en tenir.

La surprise se lit sur mon visage durant quelques secondes, je ne m'attendais pas à cette possibilité, elle est donc beaucoup plus joueuse que ne l'imaginais, ce jeu du chat et de la souris est donc à double tranchant. Je souris des nouveaux, très amusé de ce retournement de situation. Cependant, je suis joueur moi aussi, je ne peux laisser cette situation à son avantage, d'un geste rapide je me rapproche au plus proche d'elle, ma bouche proche de son oreille je lui murmure:

"Vous êtes étonnante, très étonnante. Et bien.... à vous de jouer, Yûna Rose Walter..."

Je me recule finalement afin de lui laisser le passage vers la sortie, et le début de notre jeu.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 15 Nov - 23:31













 ❝ Ça c'est de la baraque❞
feat Azazel




"Soit comme vous voudrez, je n'ai nullement l'intention de ne pas vous traiter en égale, vous avez je pense, toutes les qualités pour me battre, vous qui êtes sure de votre victoire, je vous demanderai deux choses si vous perdez".

Yûna fronça les sourcils. Deux choses ? Elle acquiesça prudemment tout de même, se promettant de s'enfuir si l'une des demandes était trop étrange. Toujours dans ses pensées, la jeune fille ne sentit pas tout de suite Azazel s'approcher d'elle. Ce n'est que quand son souffle frôla son oreille qu'elle sursauta :

"Vous êtes étonnante, très étonnante. Et bien.... à vous de jouer, Yûna Rose Walter..."

Le visage de la jeune voleuse prit une adorable teinte rouge tomate et elle repoussa des deux mains le jeune homme charmeur :

- D-d-d'accord ! J-j-je vais me préparer alors ! (Elle posa sa main sur sa joue terriblement chaude et détourna le regard) J-j'y vais tout de suite !

Elle se dégagea du "cocon" qui s'était formé entre les deux et se dirigea vers la porte. Une fois de nouveau dans l'embrasure, elle se retourna sans le regarder dans les yeux et rattacha sa crinière blonde. Elle lui lança un émetteur :

- V-vous avez 30 minutes pour le placer où vous voulez. Si dans deux heures je n'ai pas réussi à le voler, ou si vous m'avez trouvé avant, j'ai perdu.

Sur ce, elle disparut en courant dans le noir du couloir.
Pendant qu'elle courrait à la recherche d'un coin où se préparer, elle essaya de chasser de ses pensées ce qu'il venait de se passer. Ce doit être un pervers, ressassa-t-elle en boucle dans sa tête, ne voulant pas être influencée par ce charmeur. Elle sortit de sa poche un mini radar portatif qu'elle emportait toujours sur elle, au cas où elle devrait suivre quelqu'un. Il lui indiquait la position et la carte pour y aller. Un Intelligence de l'Académie lui avait modifié pour qu'elle puisse avoir le plan de n'importe où, même d'une maison comme celle-ci.

Yûna repéra une poutre qui dépassait du mur et d'un bond, elle bondit sur un bureau le plus silencieusement possible, et grimpa sur la poutre en question. Une fois installée là haut, elle regarda d'abord sa montre qui indiquait 0:45, puis son radar qui indiquait l'émetteur. Elle avait jeté l'émetteur en croisant Azazel, elle espérait qu'il serait suffisamment stupide pour le placer dans un endroit simple. Sinon, ça va être enfin un vrai jeu. Elle souffla un coup, et se prépara pendant une bonne dizaine de minutes. Yûna ne savait pas si le jeune homme allait bouger pendant les deux heures. Son but, arriver au salon sans qu'il l'entende, et prendre l'émetteur dans son dos. S'il ne la voyait pas, elle avait gagné. Elle ne s'imaginait pas perdre, ça non.
Deux heures, c'était assez long. Elle était partie loin dans le manoir, histoire de ne pas le croiser en avançant. Et ça aurait été stupide sinon. Elle regarda son radar et vit l'émetteur bouger, probablement Azazel qui cherchait où le mettre.

- Allez allez, dépêche toi, marmonna la jeune cambrioleuse.




© FICHE D'APOLLINA POUR LIBRE GRAPH

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 16 Nov - 13:59
- D-d-d'accord ! J-j-je vais me préparer alors ! (Elle posa sa main sur sa joue terriblement chaude et détourna le regard) J-j'y vais tout de suite !

Elle semble tellement embarrassée, elle est si mignonne dans cet état, malgré le fait que je doive le laissé partir pour que notre jeu commence, j'aurais aimé profiter un peu plus de la situation, être aussi proche d'elle m'a presque fait perdre mon souffle. Quelle sensation étrange.
Elle me lance un émetteur, alors finalement ce n'est peut-être pas un objet hors de prix de cette maison qui sera l'enjeu du matche.

- V-vous avez 30 minutes pour le placer où vous voulez. Si dans deux heures je n'ai pas réussi à le voler, ou si vous m'avez trouvé avant, j'ai perdu.

J'ai donc 30 minutes pour le placer... oui mais où donc ? Dois-je le mettre dans un endroit évident et attendre qu'elle fasse un faux pas . Non... je pense qu'elle le prendrait mal si je sous-estimais ses compétences. Le mieux serait de lui faire plaisir en lui offrant un véritable challenge, voire même peut être de tester sa curiosité... est elle simplement une joueuse, ou bien aime-t-elle découvrir contre qui elle se bat ? Rien ne sert de se poser autant de questions, je vais lui offrir un challenge que j'espère à sa hauteur, je vais bien voir
Je me dirige donc vers la bibliothèque, le lieu où la cachette la plus sure de mon manoir existe. Je suis à l'intérieur de cette grande salle, comportant des étagères sur chaque mur, il doit y avoir à peux près deux ou trois mille livres au total, dans anciens comme des plus récents. J'allume des bougies, histoire d'éclairer mais aussi de créer une petite ambiance plus amusante qu'avec la lumière électrique
L'étagère du fond, c'est ici que je verrais les talents de Yuna à l'épreuve, aucun mécanisme apparent, normal, la cachette ne peut s’ouvrir que d'une seule façon. Mon ombre commence à bouger, il est temps de se servir de ce qu'engendre la lumière... elle s'agite, s'étire et se déforme, glisse le long du parquet et remonte l'étagère, elle se glisse entre deux livres puis dans une fente minuscule. Un clapet se fait entendre et un carré de bois derrière les livres se dégage; un peu plus grand qu'un livre, il est la porte de la cachette.
Je pousse les livres qui gênent afin de saisir la plaque et d’accéder aux contenus de la cachette, un livre, la cachette contient un simple livre.
Il peut sembler quelconque et inutile pour le commun des mortels, mais il est pour moi une source de questions et de mystères. Il renferme tous les écrits de mon père sur la malédiction de l'ombre qui a frappé son fils depuis les jours de sa naissance. Comment, grâce à l'aide de certaines personnes dont l’existence m'est inconnue, une barrière fut installée autour du manoir, créant ainsi l'unique endroit où mon pouvoir peut être libéré sans trop d'effets secondaires.
Je pose l'émetteur sous le livre, réenclenche la trappe et replace le reste des bouquins devant.

"Bien et maintenant le gardien...

Je me concentre, même si je ne connais pas encore tout l'étendue du pouvoir que je possède, par peur du prix à payer, il y a certaines choses que je suis capable de faire sans trop me soucier du revers de la médaille.
En quelques secondes tu te tiens devant moi, ombre parmi les ombres, j'ai à chaque fois l'impression de faire face à mon jumeau maléfique. Seulement, dans cet état tu ne me sers pas à beaucoup de choses, alors je te fais un cadeau temporaire. Je place ma main devant mon œil droit, une brume noire s'en échappe. Puis lorsque je la retire, un voile noir le recouvre. Ceci est le principe d'échange de l'ombre, j'ai temporairement sacrifié mon œil droit afin de le donner à mon ombre. J'ai maintenant deux champs de visions différents, l'un regarde mon ombre et l'autre me regarde, quelle sensation étrange. Mais ceci me permet d'observer sans être vu.
Une fois l'opération terminée, je retourne dans le salon et m'installe dans un fauteuil. Je ferme mon œil gauche afin de ne plus avoir que la bibliothèque dans mon champ de vision, mon ombre dissimulée dans un recoin, invisible.
Je suis prêt, à vous de jouer Yûna Rose Walter.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 16 Nov - 21:24













 ❝ Ça c'est de la baraque❞
feat Azazel



Le point s'arrêta enfin.
Yûna repéra le chemin pour y aller. Ce n'était pas si loin que ça, il fallait descendre un étage et aller dans une grande salle. La jeune fille soupçonna un quelconque piège. Quel intérêt y aurait-il à risquer de la perdre dans une salle où tu ne peux pas tout surveiller. Elle sauta de son perchoir et atterrit en douceur sur le sol. Elle savait maintenant qu'il n'y avait pas de caméra, donc autant y aller franco jusqu'à la salle en question. Elle se transforma donc en panthère, sûre qu'il ne la verrait pas pour le moment. Yûna dévala donc les escaliers avec souplesse et silence. On entendait le bruit de ses coussinets seulement si l'on se concentrait vraiment. Autant dire que c'était quasiment impossible.

La panthère s'arrêta à quelques mètres de la porte, et reprit forme humaine. Elle regarda au plafond, les murs et sous les meubles du couloir, aucune caméra non plus. La porte était ouverte. Yûna y risqua un coup d'oeil. Une bibliothèque ! Mince, en plus quelques bougies étaient allumées. Elle réfléchit à toute allure. S'il y avait des caméras, elle risquait de se faire voir tout de suite, en plus elle ne pouvait pas chercher l'émetteur et en même temps surveiller son ombre. Il fallait qu'elle trouve un moyen d'éteindre ses lumières chancelantes. Il y en avait quelques unes un peu partout dans la salle, surtout à l'entrée. Une idée lui vint, le courant d'air. Elle bloqua délicatement la porte et ouvrit en grand la fenêtre du couloir. Toutes les portes non fermées se mirent à claquer et rapidement, un grand courant d'air arriva dans la bibliothèque et éteignit toutes les bougies, sauf une ou deux, mais la salle était maintenant dans le noir. Dans le doute, Yûna se dépêcha d'entrer et bondit sur les étagères pour atteindre le haut, puis se suspendre aux poutres et y grimper. Elles parcouraient toute la salle en se croisant, un parfait chemin pour notre équilibriste.

Elle se métamorphosa une fois de plus avant d'avoir repéré le point sur la carte. Dans le noir, elle y voyait très bien avec sa vision nocturne de félin. Elle avança donc prudemment sur les poutres étroites, espérant qu'elles n'étaient pas aussi fragiles qu'elle en avait l'air. Il fallait qu'elle surveille aussi comment il comptait la trouver, car sa cachette était très bien, elle pouvait voir facilement tous les endroits de la bibliothèque. Elle marcha jusqu'au fond de la pièce, aux étagères du fond. Une fois au-dessus, elle reprit forme humaine, se laissa pendre à la poutre puis la lâcha pour tomber sur l'étagère, qui grinça légèrement. Mince ! Evidemment, c'est pas un meuble Ikea qui aurait grinçé ! Elle regarda à droite puis à gauche, et sauta à terre sur les dalles dures.

Est-ce qu'il l'avait entendu ? Ou même vu ? Comment aurait-il pu la voir dans le noir ? Elle regarda son radar. Pile devant la bonne étagère, restait plus qu'à trouver l'émetteur. Bordel il est où ? Elle eut beau tâtonner derrière chaque livre, pas moyen de trouver. Elle crut d'abord que le radar était bloqué, mais pas du tout. Raaaaah ! Elle essaya de passer sa main sur chaque recoin de l'étagère, même dessous et les murs, mais toujours rien. Cherche allez cherche ma ptite Yûna, tu vas trouver ! Mais soudain, en passant trop vite, elle percuta un livre qui tomba avec un BAFF, sur le sol des dalles. Yûna se prit la tête entre les mains. Mon Dieu mais qu'elle était stupide ! Y avait plus qu'à attendre de savoir s'il l'avait entendu ou pas...



© FICHE D'APOLLINA POUR LIBRE GRAPH

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 16 Nov - 22:10
La demi-heure est maintenant passée, notre charmante voleuse et surement en action quelque part dans le manoir, malheureusement, je dois me concentrer sur le gardien de la pièce. Pendant le temps où rien ne bouge dans la bibliothèque, je tente d'écouter les bruits de la maison, mais rien, comme si elle était passée de l'être humain au fantôme, je n'entends aucun grincement, aucun bruit sourds de là où je suis. Habile, très habile, elle ne devait donc pas être au maximum de ses capacités lors de sa première tentative.
Soudain, un mouvement au niveau de la porte, te voilà déjà . Ce fut beaucoup plus rapide que prévu je suis très surpris. Je ne m'attendais pas à te voir avant au moins dix bonnes minutes.
Tu hésites à rentrer... comment vas-tu t'y prendre ? D'un coup, un courant d'air envahit la pièce, les portes claques et une grande partie des bougies s'éteignent. Alors tu optes pour plonger la pièce dans la noire, c'est une bonne idée. Je ne vois presque plus rien dans la pièce, juste assez pour déceler que tu dois être entrée à l’intérieur.
Il est temps pour moi de bouger, je me lève et me dirige sans bruit vers la pièce où tu te trouves.
Je ne regarde toujours pas dans ta direction avec mon ombre ce qui fait que je ne t'aie toujours pas vue ce qui m'arrange je dois dire.
Me voilà de l'autre côté du mur juste derrière toi, tu dois toujours être à la recherche de la cache en ce moment, mais je n'entends rien, comme si ta présence était effacée.
Une ombre partant de mes pieds entre dans la pièce rampant sur le sol comme un serpent. Pas besoin de voir où je vais pour la diriger, je connais chaque pièce de ce manoir par cœur. Cette ombre se dirige rapidement vers la cache et en déverrouille le loquet ce qui surélève les panneaux de bois.
Je me doute qu'il ne me reste que quelques secondes pour agir, le bruit t'ayant indiqué la cachette. Je rentre dans la pièce, rapide et silencieux, m'aidant de l’œil de mon gardien pour plus ou moins me diriger. Au dernier moment j'entends le livre au-dessus de l'émetteur être retiré.
Me voici maintenant collé derrière toi, une main sur tes hanches et l'autre des doigts glissés entre ceux de ta main qui vient juste de saisir l'émetteur.
Je fais rapidement disparaître les ombres, ne laissant qu'une sorte de brume presque invisible sur mon œil.
Je pose ma tête presque sur ton épaule et dans un souffle ;

"Il semble que vous ayez réussi à prendre l'émetteur au même moment où je vous attrape, amusant n'est ce pas ? Que faisons-nous ? Matche nul ? Vous avez droit à trois demandes et moi à deux ? J'aimerais qu'il en soit ainsi pas vous."
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 16 Nov - 22:57













 ❝ Ça c'est de la baraque❞
feat Azazel



Un bruit de vieux bois la fait lever la tête vers l'armoire.
Elle ne sait pas comment ça s'est fait, mais une trappe viens de se dévoiler, derrière deux livres. Sur la pointe des pieds, elle approche la main et passe les doigts entre la petite porte et l'étagère. Il y a une cavité secrète ! Eh ben elle aurait pu courir pour la trouver celle-là... Elle ne savait pas comment cette cachette avait été ouverte mais c'était une chance pour elle, car elle attrapa aussitôt le livre et l'émetteur posé en dessous. Mais en même moment, elle sentit quelque chose se poser sur ses hanches et vit une main sur la sienne :

"Il semble que vous ayez réussi à prendre l'émetteur au même moment où je vous attrape, amusant n'est ce pas ? Que faisons-nous ? Matche nul ? Vous avez droit à trois demandes et moi à deux ? J'aimerais qu'il en soit ainsi pas vous."

Les cheveux de Yûna se dressèrent sur sa tête, et son corps devint si raide qu'il aurait pu casser une brique.

- KYAAAAA !!!

Sans prendre le temps d'y réfléchir, elle avait pris le livre qu'elle avait dans la main et s'était retourné dans un élan pour assommer le truc derrière elle qui venait de lui faire une trouille bleue. Azazel, car c'était lui, finit allongé par terre, tant Yûna avait frappé de toutes ses forces. Le livre lui, n'avait rien du tout, à part peut-être un peu chaud. Puis la jeune voleuse prise sur le fait réalisa ce qu'il venait de se passer et écarquilla les yeux, bien qu'il fasse un peu noir, et se précipita vers le jeune homme encore un peu assommé :

- OH MON DIEU ! J-je suis désolée ! J-je savais pas que c'était vous ! V-vous.... Vous m'avez fait p AAAAAH !

En voulant se précipiter pour l'aider à se relever, elle avait buter sur le livre qu'elle avait fait tomber, et s'était emmêlé dedans. Elle tomba comme une masse et atterrit, eh ben évidemment sur le jeune homme qui traînait là. Un peu étourdie, elle mit du temps à capter dans quelle position elle se trouvait. A quatre pattes au-dessus du jeune Azazel, elle était carrément en train de l'embrasser. Yûna devint rouuuuuuge comme elle ne l'avait jamais été auparavant, et encore plus quand elle se rappela qu'il l'avait attrapé par les hanches, la tête posée sur son épaule. Elle rompit rapidement le contact et  eut les larmes aux yeux. Pourquoi est-ce que cette situation des plus gênantes lui arrivait comme ça ! Elle n'avait jamais eu de problème dans ses vols, pourquoi celui-ci était tellement différent !

- P-p-p-pardon !

Elle se releva et s'enfuit en courant dans le manoir. Elle grimpa quatre à quatre les marches des escaliers, et vola littéralement jusqu'au toit où elle se réfugia accroupie. Elle posa la main sur ses lèvres. Oh mon dieu. Elle avait embrassé un homme ! Et si on se rapprochait pour voir son visage, on aurait pu voir un grand sourire débile qui barrait son visage et des yeux étincellants. YÛNA ! T'es censée être gênée ! C'était son premier baiser quand même, est-ce qu'elle devait le compter ? En même temps elle était morte de honte d'avoir été dans une situation pareille, mais en même temps ce type était juste trop son genre, elle ne pouvait pas le nier. Mais elle allait le faire quand même.

- Allez respire ma vieille, c'était juste un accident, il s'est rien passé du tout, tout va bien, t'as pas du tout embrassé un canon blond riche intelligent et top model.

Ça y est décompression terminée, à moins que le beau gosse revienne dans son champs de vision en trente secondes, elle était redevenue normale. En position de lotus, elle reprenait ses esprits "caaaaalme, nickel tu es caaalme". A voir son visage, elle semblait être redevenue comme avant, c'est à dire aussi provocante et empreinte du défi de le battre. Même si elle ne pouvait pas nier que ce qu'il venait de se passer était tout à fait étrange !



© FICHE D'APOLLINA POUR LIBRE GRAPH

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 17 Nov - 9:32
- KYAAAAA !!!

Ho !Il semble que la réaction obtenue ait quelque peu différente de celle que je voulais créer, plutôt que d'être embarrassé et de tenter vainement de me débattre, en une fraction de seconde, je vis le carnet de me père faire un aller de l'étagère vers mon front avec la force d''une météorite. En même temps j'aurais dû me douter qu'une voleuse doive avoir des réflexes d'autodéfense super-développés. J'ai à peine le temps de comprendre ce qui sa passe que le choc me fait voir de nouvelles couleurs encore jamais vue auparavant.
Me voici maintenant à terre... enfin je crois, j'ai la tête qui tourne à en donner mal au cœur. Je me remets doucement et retrouve petit à petit mes esprits. Bon chose à retenir, ne jamais trop la surprendre au risque de devoir prendre un abonnement chez Doliprane.

- OH MON DIEU ! J-je suis désolée ! J-je savais pas que c'était vous ! V-vous.... Vous m'avez fait p AAAAAH !

PAAAAAH ? Comment ça pAAAAAH ? À peine le temps de me poser la question que je sens quelque chose me tomber dessus et une une sensation humide arrive sur mes lèvres. Reprenant vite mes esprits sous le coup de la surprise, je comprends qu'elle est... tombée sur moi ? Ou bien qu'elle s'st jetée sur moi . Dans tous les cas le fait est que nous sommes dans une position dont je ne m'attendais pas le moins du monde ce soir. Mais je dois dire que c'est plutôt agréable. Au moins, je n'aurais vraiment pas perdu ma soirée.

- P-p-p-pardon !

"Ne t'excuse pas.... c'est ma faute je n'aurais pas dû...

Tu parles, j'ai à peine le temps de finir ma phrase que la voilà qui détale comme un lapin. En même temps je la comprends, elle ne devait pas non plus s'attendre à en arriver là ce soir. Et puis au fait... si elle a déjà quelqu’un dans sa vie alors ce qui vient de se passer doit être encore plus gênant pour elle... faut dire qu'à trop vouloir jouer avec elle sait carrément de ma faute. Enfin bon, c'est plus vraiment le moment de se poser des questions inutiles mais plutôt celui de réconforter une demoiselle quelque peu perdue. D'après ce que j'ai pu entendre, elle doit être au dernier étage, ou bien même sur le toit.
Une fois au dernier étage, je m'inquiète de savoir si elle est toujours là :

"Milady Walter ?"

À première vue, elle n'est pas ici. Puis en regardant dans une pièce, je remarque une fenêtre ouverte. Elle doit surement être sur le toit.
Je frisonne en ressentant le courant d'air qui entre dans la pièce. La nuit est bien avancée et et plutôt froide je dois dire. Je fouille quelques secondes dans une armoire et en ressort deux de mes manteaux d'hivers assez chauds.
Je sors ensuite par la fenêtre, certainement moins facilement qu'elle arrive à le faire. Je n'ai pas spécialement le vertige mais pour ma part, je sors plus souvent des maisons par la porte que la fenêtre. Après chacun son truc.
Je m'affaire donc à la rejoindre, sans tenter d'être discret, je ne voudrais pas me prendre un coup d'autodéfense pour ensuite tomber du troisième étage.

"Et bien milady Walter, je ne pense pas que vous ayez l'habitude que vos casses se passent ainsi je me trompe ....... Quant à ce qui s'est passé ce soir... eh bien... je vous prie de m'excuser si je suis aller trop loin".

Alors que je parle, je pose délicatement le manteau qu'il me reste sur ses épaules et m'installe à coté d'elle, prêt à me prendre toutes les remarques du monde de sa part.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 18 Nov - 21:43













 ❝ Ça c'est de la baraque❞
feat Azazel



"Milady Walter ?"

La jeune interpellée lève la tête en entendant son nom, un peu lointain. En voyant le jeune Azazel légèrement inquiet et curieux qui arrive sur le toit, Yûna eut un sourire en coin, et se détentit de sa position zen :

- Vous pouvez pas m'appeler Yûna, comme tout le monde ?

Elle le voit débarquer pas très à l'aise sur les tuiles en ardoises mais il a l'air de s'en sortir un minimum on dirait. Il s'assoit près d'elle, après lui avoir posé sur les épaules un manteau très chaud. C'est frais qu'il faisait assez froid en fait, mais Yûna avait tellement eu un coup de chaud avec ce qu'il s'était passé qu'elle avait complètement zappé la sensation de froid sur sa peau. Elle resserra autour d'elle le manteau d'homme trop grand pour elle et se réjouit qu'il y ai pensé, parce que ce blouson était juste trop chaud, et trop agréable.

"Et bien milady Walter, je ne pense pas que vous ayez l'habitude que vos casses se passent ainsi je me trompe ....... Quant à ce qui s'est passé ce soir... eh bien... je vous prie de m'excuser si je suis aller trop loin".

La jeune fille partit en éclat de rire.

- Ah bah ça tu l'as dit ! Normalement je rentre, je prends ce qui m'intéresse et hop, je suis de retour chez moi sans aucun problème ! Je dois avouer que cette nuit est très étrange ! Mais ne t'en fais pas, dit-elle en posant son menton sur ses mains accoudées aux genoux, ça mets un peu de piment justement ! Quand à la situation... Ne t'excuse pas, c'était un accident, rien de plus, je me suis juste un peu emballée.

Elle souriait toujours, comme à l'Académie, quand elle sautait sur tout le monde. Ça devait être la première fois qu'elle lui souriait dans cette nuit, sans gêne. Elle se rapprocha un peu de lui sans glisser sur les tuiles.

- Au fait excuse-moi déjà pour ce qu'il s'est passé, je ne tenais plus debout ! Ah est-ce que ça te gêne que je te tutoies ? Je n'arrive vraiment pas à parler comme toi ! (Elle sourit) D'ailleurs ne détourne pas ma question cette fois : comment tu m'as trouvé ? Un humain normal ne pourrait pas me percevoir quand j'utilise ma "technique". Je pourrais parier que tu n'es pas normal non plus pas vrai ?

Oui parce que décidément, c'était très bizarre quand même. Il avait réussi à savoir où elle était, alors qu'elle avait utilisé son pouvoir, sa forme de panthère, et ses méthodes de voleuses au maximum. Et cette aura noire, dans la vitre, ce n'était sensiblement pas une illusion d'optique, elle en était sûre.



© FICHE D'APOLLINA POUR LIBRE GRAPH

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 18 Nov - 22:38
Ah bah ça tu l'as dit ! Normalement je rentre, je prends ce qui m'intéresse et hop, je suis de retour chez moi sans aucun problème ! Je dois avouer que cette nuit est très étrange ! Mais ne t'en fais pas, dit-elle en posant son menton sur ses mains accoudées aux genoux, ça mets un peu de piment justement ! Quand à la situation... Ne t'excuse pas, c'était un accident, rien de plus, je me suis juste un peu emballée.

Effectivement, pour un vol peu ordinaire, elle est servie je dois dire. Heureux que cela est pimenté sa soirée. Je connais plus d'une personne qui n'aurait vraiment pas apprécié les tours que j'ai faits ce soir. Mais au moins, chacun de nous en a eu pour son compte. Jusqu'à la prochaine fois.
Je la sens s'approcher quelque peu de moi. C'est la première fois que quelqu'un m'approche sans crainte ou sans toutes les formes de respects qui font que le contacte sont trop distant, ici, c'est juste comme... naturel, et c'est tellement agréable. Nous sommes justes deux jeunes gens qui discutent... bon assis sur un toit en pleins milieux de la nuit, mais cela aurait été trop banal de le faire dans un salon ou une cuisine.

- Au fait excuse-moi déjà pour ce qu'il s'est passé, je ne tenais plus debout ! Ah est-ce que ça te gêne que je te tutoies ? Je n'arrive vraiment pas à parler comme toi ! (Elle sourit) D'ailleurs ne détourne pas ma question cette fois : comment tu m'as trouvé ? Un humain normal ne pourrait pas me percevoir quand j'utilise ma "technique". Je pourrais parier que tu n'es pas normal non plus pas vrai ?

Je me raidis quelques secondes à cette question... alors cela était tellement évident... je suis un piètre dissimulateur n'est-il pas ? Bon il semble que sur ce coup je ne plus de trouver d'excuse. Nous sommes donc tous deux des personnes... différentes des autres, je connais ma malédiction, mais elle ? Qu'est elle capable de faire . Quelles sont ses capacités qui la rendent supérieur à un humain lambda ?
Je réfléchis quelques secondes à ce que j'allais bien pouvoir raconter, les yeux perdus dans le vide, j'allais pour la première fois déballer une partie de mes secrets à quelqu'un.

"Il ne sert plus à rien de cacher les choses alors. Je dois avouer une chose c'est que tu n'aurais probablement jamais pu gagner le jeu proposé. C'était surtout une excuse pour passer plus de temps en ta compagnie. Au fait, si tu me tutoies je pense pouvoir le faire aussi non .
Le fait est que ce manoir est à la fois une maison, et une prison pour moi si je puis dire. La raison pour laquelle je ne suis presque jamais sortis est que j'ai peur de ce qui pourrait arriver. Je suis "maudit"... depuis que je suis né, je peux faire des choses au-delà des capacités humaines, pour ma part, je contrôle les ombres un peu comme je l'entends. Mais là ou l'histoire se complique, c'est que ce pouvoir est trop instable, alors je ne sais ni quand, ni où, mais des "effets secondaires" n'accompagnent ses capacités. *regard qui trahit un souvenir douloureux* heureusement, cela ne touche que ma personne alors je suis plutôt chanceux je trouve".


Puis reprenant rapidement sur moi, je me rapproche de Yuna, comme attiré par l'aimant que représente cette demoiselle, ayant repris un air entre le sérieux et le charmeur, de nouveau le visage proche du sien.

"Et toi... tu n'es pas du genre... une simple humaine non plus alors ? Dis-moi... qui est tu au final ? Je veux connaitre vos secrètes milady Rose Walter. En échange, je passerais l'éponge sur le fait que vous m'ayez sauvagement bondit dessus dans la bibliothèque".

La dernière pique était simplement pour remettre un peu d’entrain dans cette discussion, je la regardais avec un sourire espiègle sur le visage.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 18 Nov - 23:09













 ❝ Ça c'est de la baraque❞
feat Azazel



La question de la voleuse sur son potentiel don semblait l'avoir rendu nerveux. Avait-elle dit quelque chose qu'elle n'aurait pas dû ? Yûna le sentit céder quand son regard se fit vitreux. Elle se fit plus attentive, et plus sérieuse aussi, car elle sentait que ce n'était pas facile pour lui, et peut-être plus compliqué qu'elle ne le soupçonnait.

"Il ne sert plus à rien de cacher les choses alors. Je dois avouer une chose c'est que tu n'aurais probablement jamais pu gagner le jeu proposé. C'était surtout une excuse pour passer plus de temps en ta compagnie. Au fait, si tu me tutoies je pense pouvoir le faire aussi non. Le fait est que ce manoir est à la fois une maison, et une prison pour moi si je puis dire. La raison pour laquelle je ne suis presque jamais sortis est que j'ai peur de ce qui pourrait arriver. Je suis "maudit"... depuis que je suis né, je peux faire des choses au-delà des capacités humaines, pour ma part, je contrôle les ombres un peu comme je l'entends. Mais là ou l'histoire se complique, c'est que ce pouvoir est trop instable, alors je ne sais ni quand, ni où, mais des "effets secondaires" n'accompagnent ses capacités. *regard qui trahit un souvenir douloureux* heureusement, cela ne touche que ma personne alors je suis plutôt chanceux je trouve".

Yûna haussa un sourcil. Comment ça elle n'aurait jamais pu gagner le jeu ? Pourquoi l'avoir proposé dans ce cas ? La raison qu'il donna la fit rougir et elle claqua son visage ses deux mains, mais il ne sembla pas le remarquer. Le mot "maudit" la fit tiquer. Comment pouvait-on être maudit ? Enfin plus qu'un Altéré ? Quand il lui révéla en gros qu'il était un Indésirable comme elle, la jeune voleuse ne put se retenir d'un sourire. Alors il était comme eux ? Mais c'était cool ! Elle lui attrapa une main et le regarda avec un air mi sérieux mi ironique.

- Eh bien Cher Azazel, nous sommes dans la même galère ! Voilà une bonne chose de trouvée ! Crois-tu être le seul maudit ? Bienvenu au club je dirais ironiquement ! Ca s'appelle être un Indésirable (elle lui fit un clin d'oeil) en tout cas, je pense que Hight Storm pourrait t'aider à régler ce petit "problème d'instabilité" alors passe y faire un tour un de ces jours !

Elle était ravi que ce "jeune homme attirant" ne soit finalement pas un ennemi Normal, qui aurait pu potentiellement la trahir ou même l'attaquer. Car elle n'aurait probablement jamais pu le blesser d'une quelconque manière. Pas lui. Le jeune Azazel se rapprocha d'elle et la mit encore une fois dans l'embarras :

"Et toi... tu n'es pas du genre... une simple humaine non plus alors ? Dis-moi... qui est tu au final ? Je veux connaitre vos secrets milady Rose Walter. En échange, je passerais l'éponge sur le fait que vous m'ayez sauvagement bondit dessus dans la bibliothèque".

Yûna se leva et posa le manteau délicatement à côté d'elle, tout en se tournant vers le jeune bourgeois curieux. Elle ne releva pas la pique qu'il lui avait lancé mais elle avait tout de même rougit en bougonnant un "je ne vous ai pas sauté dessus..."

- Quant à mon pouvoir à moi, le voici.


Yûna se concentra, et peu à peu, ses vêtements se fondirent dans son corps qui passait de debout à quatre pattes, et se recouvrait d'une fourrure noire soyeuse. En quelques secondes qui paraissait interminable et assez douloureuses (car la transformation ne se fait pas comme ça en claquant des doigts) Azazel avait maintenant devant lui une panthère noire que l'on distinguait à peine dans la nuit. Le félin s'approcha d'une démarche souple, qui correspondait parfaitement à celle qu'adoptait Yûna sous sa forme humaine et approcha son visage sauvage en montrant ses crocs aiguisés. Elle eut un genre de rictus, et essaya de parler de façon compréhensible :

- Alors ? Tu comprends maintenant mon métier avec ça non ? Quand je te dis que tu n'es pas seul, tu me crois ? Pleins d'amis à moi peuvent faire pareil. Il y en a qui émettent de la lumière, qui créent de la glace, ou des illusions, d'autres qui peuvent maîtriser le métal. N'ais pas peur de ta "malédiction" et considère la plutôt comme un don unique.

Yûna essayait d'être rassurante un minimum. Elle s'assit face à lui, s'attendant tout de même à une réaction surprise. Elle resterait le temps qu'il faudra pour qu'il accepte son altération. C'était la première fois que les jeune fille rencontrait un Indésirable non Repéré, et c'était assez unique comme rencontre.


© FICHE D'APOLLINA POUR LIBRE GRAPH

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 19 Nov - 9:58
- Eh bien Cher Azazel, nous sommes dans la même galère ! Voilà une bonne chose de trouvée ! Crois-tu être le seul maudit ? Bienvenu au club je dirais ironiquement ! Ca s'appelle être un Indésirable (elle lui fit un clin d'oeil) en tout cas, je pense que Hight Storm pourrait t'aider à régler ce petit "problème d'instabilité" alors passe y faire un tour un de ces jours !


Un indésirable... oui, je le sais que je fais partie de cette nouvelle génération, composée de jeunes gens capables de réaliser ce qui, avant la guerre paraissait comme de la science-fiction. Seulement, j'ai toujours vécu dans un milieu où cela est mal vu, les quelques personnes qui connaissent mes capacités sont top effrayés ou alors se taisent pour ne pas traîner les noms des Demarçay dans la boue. Mais le fait est que ce soir, je parle enfin avec une de mes semblables, et je dois dire que j'ai tiré le meilleur lot possible pour un premier contacte.
Je souris en l'écoutant, plus décontracté que lors de mes aveux.
Voici le moment que j'attends, je vais enfin savoir ce qui la rend spéciale. Quelle est sa capacité ? Invisibilité, vol... du moins quelque chose qui la rend d'une discrétion presque sans failles.

- Quant à mon pouvoir à moi, le voici.

C'est alors que la jeune fille se transforme en... panthère ! Je m'attendais à tout sauf au fait qu'une demoiselle puisse se transformer en animal aussi impressionnant. Je suis totalement hypnotisé par cette découverte. Elle s'approche de moi, laissant transparaître ses crocs qui ne me donnent pas la moindre envie de l’énervé sous cette forme. Du moins pas tout de suite.

- Alors ? Tu comprends maintenant mon métier avec ça non ? Quand je te dis que tu n'es pas seul, tu me crois ? Pleins d'amis à moi peuvent faire pareil. Il y en a qui émettent de la lumière, qui créent de la glace, ou des illusions, d'autres qui peuvent maîtriser le métal. N'ais pas peur de ta "malédiction" et considère la plutôt comme un don unique

Alors il y en a autant que cela dans la capitale . Comment peuvent ils vivre tranquillement, je croyais que cela était mal vu par ceux qui sont... normaux.

"Oui effectivement, ta capacité est très bien adaptée avec un rôle de voleuse. Tu pourrais devenir la plus grande chapardeuse du siècle avec ça ! Mais dis-moi... toute ces... personnes comme toi et moi, comment faite vous pour être regroupés dans la capitale ? Je crois savoir que les jours ne sont pas aux beaux fixes entre les altérer et les normaux non . Ce... High Storm auquel tu as fait allusion, c'est quoi . Un centre ? Un camp ?"

Je parle sans détaché la panthère du regard, je n'ai qu'une envie qui me traverse l'esprit, comme un enfant devant une magnifique peluche, je tends doucement la main vers elle.

"Me permet tu ?

J'affichais un sourire franc et sincère, quand soudain, une douleur atroce me traversa, concentrée au niveau du visage. Merde ! Merde ! J'ai surement un peu trop abusé ce soir. Durant une fraction de seconde, une sorte de masque noir me recouvre le côté droit du visage, comme une illusion semblable à l'aura de brume. Ce masque affiche un regard et une partie de sourire bien effrayants, comme un celui d'un bouffon diabolique. Rapidement je plaque ma main sur mon œil, par réflexe et détourne le regard.
Je me lève désireux de rentrer au manoir.
Je tente de parler avec le ton le plus rassurant possible.

"Bien, maintenant que notre jeu est terminé, que dirais-tu de faire nos demandes devant quelque chose de chaud, et de quoi grignoter, nous serons plus tranquilles pour parler que sur le toit non .
milady, il serait fort peu courtois de te laisser repartir à une heure aussi tardive, accepte-tu d'être mon invité ce soir ? J'ai plusieurs chambres de libres, vous en trouverez surement une à ton goût.


La douleur ayant fini de transpercer la tête, je reporte mon regard vers la panthère, je lui tend la main afin de l'inviter à me suivre.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 19 Nov - 19:57













 ❝ Ça c'est de la baraque❞
feat Azazel



"Oui effectivement, ta capacité est très bien adaptée avec un rôle de voleuse. Tu pourrais devenir la plus grande chapardeuse du siècle avec ça ! Mais dis-moi... toute ces... personnes comme toi et moi, comment faite vous pour être regroupés dans la capitale ? Je crois savoir que les jours ne sont pas aux beaux fixes entre les altérer et les normaux non . Ce... High Storm auquel tu as fait allusion, c'est quoi. Un centre ? Un camp ?"

Le commentaire sur la plus grande voleuse la fit sourire. Elle n'adorait pas ce boulot, et ce n'était pas son rêve futur, mais ça faisait plaisir d'avoir ce compliment. Comment on fait pour être tous regroupés dans la capitale ?

- Il existe une académie pour nous, qui protège les Altérés. (Mine triste) Oui, récemment on a eu une attaque surprise des Normaux, mais maintenant, on est beaucoup plus forts et alertes, donc ça ira. Oui, Hight Storm est un pensionnat pour nous, dirigé par Tanaka Izumi, mais il est très peu là, toujours à la recherche des gens comme toi, qui n'ont pas été découverts encore.

Elle est un peu mal à l'aise quand elle parle, déjà parce que l'académie a perdu de nombreux étudiants dans la bataille, et parce qu'Azazel n'arrête pas de la fixer. Il lui demande même à la fin la permission de toucher sa fourrure, mais avant qu'elle ne puisse lui répondre, il est prit d'un spasme et Yûna s'inquiéta de le voir soudain si mal, elle se retransforma même au cas où il aurait besoin d'aide. La moitié de son visage, elle l'aperçoit pendant une fraction de seconde, il est couvert d'un voile noir, et la terrifie presque. Il essaye d'être rassurant, mais la jeune fille vit bien qu'il se passait quelque chose de bizarre.

"Bien, maintenant que notre jeu est terminé, que dirais-tu de faire nos demandes devant quelque chose de chaud, et de quoi grignoter, nous serons plus tranquilles pour parler que sur le toit non. milady, il serait fort peu courtois de te laisser repartir à une heure aussi tardive, accepte-tu d'être mon invité ce soir ? J'ai plusieurs chambres de libres, vous en trouverez surement une à ton goût.

Il lui tendit la main, et Yûna hésita à la prendre. Finalement, elle lui attrapa le bras et ils redescendirent tous les deux du toit, dans une salle plus sécurisante. La jeune fille ne faisait que lui jeter des coups d'oeils inquiets, elle avait bien vu qu'il n'allait pas bien.

- J'accepte volontiers, mais s'il te plaît, laisse moi préparer ça, je vois bien que tu n'as pas l'air bien. Installe toi dans le salon de tout à l'heure, je trouverais bien la cuisine. Et après que tu te sois remis, nous discuterons de ça, sourit-elle d'un ton rassurant.

Une fois certaine qu'il n'allait pas lui faire un malaise entre les bras, elle partit en direction de la cuisine qu'elle pensait avoir vu dans le coin. Elle trouva difficilement, mais la trouva quand même, elle passa par une espèce de salon, et crut deviner qu'elle trouverait facilement ce qu'elle cherchait. Bingo ! En ouvrant un tiroir en pif, elle trouva différents sachets de thé, qui avaient l'air de tous coûter un bras. Elle attrape un plateau, prépare tout son bazar dessus et revient lentement dans le salon, en essayant de ne rien renverser pour une fois. Faut avouer, elle est un peu maladroite de temps en temps. Yûna rentre donc le salon, jette un coup d'oeil à Azazel et pose le plateau sur la table, avant de s'asseoir en face de lui.

- Est-ce que ça va mieux ? Que t'es-il arrivé tout à l'heure ? Tu n'es pas obligé de me le dire, mais sache que je m'inquiète pour toi quand même... est-ce ton altération ? Sinon, je donnerais mes "voeux" dès que tu auras posé les tiens, j'avoue ne pas avoir énormément d'inspiration.

Elle attrape sa tasse et la sirote un instant, attendant sa réponse. Il allait sans doute aussi lui demander ses 2 "voeux" elle se sentait comme un génie. Elle profita du moment de répit pour se détacher les cheveux et ouvrir un peu sa veste moulante qu'il lui donnait trop chaud maintenant.



© FICHE D'APOLLINA POUR LIBRE GRAPH

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 19 Nov - 20:30
- Il existe une académie pour nous, qui protège les Altérés. (Mine triste) Oui, récemment on a eu une attaque surprise des Normaux, mais maintenant, on est beaucoup plus forts et alertes, donc ça ira. Oui, Hight Storm est un pensionnat pour nous, dirigé par Tanaka Izumi, mais il est très peu là, toujours à la recherche des gens comme toi, qui n'ont pas été découverts encore.

C'est donc une école. Intéressant, elle doit regrouper une quantité de capacités plus diverses les unes que les autres. Ce lieu doit être une sorte d'ultime refuge pour ceux qui ne peuvent vivre en "paix" avec les normaux.
Une attaque ? Alors un massacre avait eu lieu là-bas... le genre humain est souvent amené à agir de la manière la plus folle quand elle a peur. Peut-être cette haine envers les altérés est due au fait d'un mélange de jalousie, de peurs et d'incompréhension. Un regroupement de telle personne pourrait facilement commettre des actes horribles, mais aussi de grandes choses quand on y pense. Pourquoi l'humain est-il plus prompt à voir le mauvais côté du monde ?

- J'accepte volontiers, mais s'il te plaît, laisse moi préparer ça, je vois bien que tu n'as pas l'air bien. Installe toi dans le salon de tout à l'heure, je trouverais bien la cuisine. Et après que tu te sois remis, nous discuterons de ça, sourit-elle d'un ton rassurant.

Une fois redescendu dans le salon, je déplore le fait qu'elle ait remarqué ce qu'il venait de m'arriver, j'aurais préféré que cela ne ce déclenche pas, pas devant elle, je ne veux pas l'inquiéter plus que cela. Et puis, je n'ai pas suffisamment utilisé mon pouvoir pour que quelque chose de sérieux arrive.
Résigné, je m'installe dans une chaise et la regarde partir. Elle possède donc aussi un aspect protecteur en plus de celui de défis. Que demander de plus . Que cette soirée ne finisse jamais . Je souris en attendant son retour, je me lève pour marcher un peu, je me stop devant un miroir dans la pièce et me regarde quelques secondes, ma main se pose sur mon œil droit. Que dois-je faire... j'aimerais ne pas l'inquiéter plus que cela... je sais, la solution se trouve peu à être dans ce genre de compromis....

- Est-ce que ça va mieux ? Que t'es-il arrivé tout à l'heure ? Tu n'es pas obligé de me le dire, mais sache que je m'inquiète pour toi quand même... est-ce ton altération ? Sinon, je donnerais mes "voeux" dès que tu auras posé les tiens, j'avoue ne pas avoir énormément d'inspiration.

J'attends qu'elle finisse de siroter son thé, elle semble plus décontracter les cheveux détachés et la veste un peu ouverte. Lorsqu'elle se lève pour enlever le plateau, je me rapproche dans son dos, je pose de nouveau mes mains sur ses hanches et ma tête sur son épaule. Au moins si je me prends un coup ce ne sera pas parce qu'elle est surprise ou effrayée.

"Merci de t'inquiéter pour moi, je suis touché. Effectivement, c'est... un revers de la grande capacité qu'offre la manipulation des ombres, mais ne t'inquiète pas, j'ai l'habitude.
Quant à mes deux... et bien milady, je voudrais que vous reveniez me voir plus souvent, comme ce soir. Et mon second...avez-vous déjà participé à un bal milady Walter ?"


Je suis bien comme nous sommes, je la tiens presque dans mes bras durant un instant, sans pour autant forcé au cas où elle préférerait se retirer, un gentilhomme ne forcerait jamais une dame à faire ce qui la gêne ou la dérange. Mais je suis bien comme ça.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 22 Nov - 19:30













 ❝ Ça c'est de la baraque❞
feat Azazel



Au moment où elle veut enlever le plateau pour le ramener dans la cuisine elle sentit des mains se poser sur ses hanches, une fois de plus, et un menton sur son épaule. Son visage vira au joli rouge crevette encore une fois. Son étreinte était chaude pourtant, et tellement agréable. Ça donnait des frissons électriques à notre petite voleuse.

"Merci de t'inquiéter pour moi, je suis touché. Effectivement, c'est... un revers de la grande capacité qu'offre la manipulation des ombres, mais ne t'inquiète pas, j'ai l'habitude. Quant à mes deux... et bien milady, je voudrais que vous reveniez me voir plus souvent, comme ce soir. Et mon second...avez-vous déjà participé à un bal milady Walter ?"

Yûna posa ses deux mains fraîches pour refroidir son visage en feu. Décidément, cette soirée était plus que bizarre ! Si ça se trouve, elle était simplement en train de dormir dans son lit douillet à Hight Storm, c'était presque plus plausible que ça. Parce que là, les situations gênantes, elle les enchaînait. Elle poussa doucement Azazel, ce n'est pas qu'elle ne voulait pas, mais elle était un peu gênée par la situation. Elle lui jeta un coup d'oeil timide :

- ... je reviendrais avec plaisir, et pas par la fenêtre les fois prochaines, je te le promets. Quant aux bals, je n'ai malheureusement pas eu la possibilité d'y aller, donc je dois t'avouer que je n'en ai jamais fait, et je ne vois pas qui aurait pu m'inviter, vu de quel milieu social je sors (elle sourit) par contre, des fêtes très... hum viriles, ça j'en ai faite, mais je sais qu'il n'y a aucun rapport avec.

Oui, les fêtes organisées par ses parents, c'était quelque chose dis donc. Tous les clans et gangs amis avec celui des Walter arrivaient avec des bouteilles d'alcools, des apéros immenses, et les fêtes duraient au moins deux trois jours, Yûna et ses frères pouvaient même sécher les cours pour y participer. Yûna avait d'ailleurs vu des drôles de choses là bas. Notamment des gens faisant des drôles de positions, mais ça elle n'allait pas lui dire, si elle ne voulait pas qu'il parte en courant.

Elle rélféchit un instant, l'index sur la lèvre inférieure. Ah quoi pouvait donc ressembler un bal chez les Demarçay ? Bonsoir Mesdames et Messieurs, c'est un plaisir de vous accueillir dans ma demeure en cette charmante soirée. J'espère que vous passerez un agréable moment en ma compagnie, tout le blabla habituel de réception, avec musique classique, grandes robes à froufrous et personnes de hauts rangs. La jeune fille voleuse eut une grimace.

- Dis, tu es vraiment sûr que ce genre de truc est fait pour moi ? Je veux dire, j'ai jamais fait ça, j'aurais vraiment l'air tâche dans le paysage, surtout avec mon allure. Et puis, je n'ai strictement rien à mettre, si jamais je viens...

Une horloge sonna, indiquant trois heures du matin. Oh déjà ? Puis elle se rappela que Azazel lui avait proposé de dormir ici. En attendant sa réponse, elle se demanda si elle pourrait lui emprunter une douche. Parce qu'avec toute cette agitation, il fallait absolument qu'elle se lave un peu.

- Azazel, aurais-tu une salle de bain que je pourrais emprunter ? J'ai vraiment besoin de prendre une douche, autant d'actions donnent chaud.



© FICHE D'APOLLINA POUR LIBRE GRAPH

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Nergal Vs Ezekiel Jackson
» Chez Ryuuku
» Luxus Dreyar vient casser la baraque !
» [Guerre Civile] Discussions
» Kurt Wagner / Diablo {Terminée}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hight Storm - Kaminari tōjō :: Zone détente :: Archives :: Le passé-
Sauter vers: